Cannes 2013 : Le Palmarès

Cannes 2013 : Le Palmarès dans Actualités director_abdellatif_k_12007052

La 66ème édition du festival de Cannes (qui de l’avis de beaucoup était un grand cru)  vient de s’achever avec la traditionnelle remise des prix lors du Palmarés.

Il y a eu des attentes fortes, car certains films ont semble-t-il crée le consensus autour d’eux. Je suis toujours désagréablement surpris, néanmoins à quand une journaliste, en l’occurrence celle d’i-Télé, annonce avant l’ouverture de la cérémonie de clôture, que La Vie d’Adèle en forte concurrence avec Le Passé n’aura pas la Palme d’Or (et quelques plans sur le réalisateur Asghar Fahradi le montrait plutôt grimaçant ou amer à l’annonce du film qui l’a emporté). Elle indique également que Michael Douglas ne sera pas primé. Je ne sais toujours pas d’où elle sort ces infos, sachant que seul le jury est souverain et qu’il faudrait déjà savoir où se trouve le lieu où se réunissent les jurés mais aussi être dans les petits papiers pour annoncer cela avec fracas…

2836611_jury dans Cinéma

Le jury au grand complet

Une cérémonie de clôture emmenée par Audrey Tautou qui avait ouvert les festivités et qui dans sa robe s’est montrée une nouvelle fois assez sémillante.

2836661_bejo%20ok

Bien sûr, il y avait des pronostics, des actrices et acteurs souvent cités pour les prix d’interprétation, des rumeurs sur la potentielle Palme d’Or. Michael Douglas repart bredouille, et le Palmarès a fait la part belle à un cinéma social et à des thématiques on ne peut plus quotidiennes, à l’image même de la Palme D’or dont il est question ci-dessous.

Une surprise, avec le prix pour Bruce Dern dans le film Nebraska. Une consécration pour Bérénice Béjo, prix d’Interprétation féminine, et puis le Grand Prix pour Inside Llewyn Davis des Frères Coen. Tandis que  Kore Eda remporte le Prix du Jury pour Tel Père Tel fils (avec Naomi Kawase dans le jury qui a sans doute appuyé la décision, ce qui n’est pas un mal mais qui demeure compréhensible). Le plus étonnant des prix c’est peut-être celui de la Mise en scène pour le réalisateur mexicain et le film Heli, pourtant assez décrié à sa projection officielle.

352517-lea-seydoux-et-adele-exarchopoulos-620x0-1

La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche (2013)

La Palme d’Or elle revient, et c’est une exception à La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche et son duo d’actrices qui vient récompenser une carrière entamée avec le très beau La Faute à Voltaire, poursuivi par le très applaudi et remarqué L’esquive et ici primé meilleur film de la compétition. Des échos du festival disaient que le réalisateur roumain Cristian Mungiu avait beaucoup appuyé la Palme d’Or pour le film de Kechiche mais apparemment le film a surtout fait l’unanimité. Reste que c’est bien le réalisateur français qui reçoit une Palme d’Or pour un film qui a crée le consensus

Je suis impatient de le découvrir, en parallèle au film d’Alain Guiraudie, l’Inconnu du lac, lui aussi très remarqué dans la section parallèle, par rapport à son histoire, celle de l’éveil aux sentiments et à l’amour d’une jeune fille qui en rencontre une autre au lycée, la patte de son cinéaste, les influences de Marivaux mariée aux dialogues à la Rohmer,  le duo d’actrices, dont Léa Seydoux largement critiquée voire conspuée pour certains de ses rôles, et qui obtient aussi la Palme d’Or comme l’a annoncé Spielberg et son jury. Pour l’autre révélation semble-t-il, la jeune Adèle Exarchopoulos, très émue, larmes aux yeux, voix pleine de trémolos pour son petit discours. Voir ce film triompher au moment où une énième manifestation anti-mariage pour tous rassemble autour d’elle des milliers de manifestants a quelque chose de revigorant, pour le cinéma, pour ses actrices, pour la notion même d’amour.

 

Le Palmarès

Palme d’or du court métrage : Safe de Moon-Byoung-gon (Corée du Sud)

Caméra d’or (premier film) : Ilo, Ilo de Anthony Chen

Prix d’interprétation masculine : Bruce Dern dans Nebraska d’Alexander Payne

Prix d’interprétation féminine : Bérénice Bejo pour Le passé d’Ashgar Farhadi

Prix du scénario : Jia Zhangke pour A Touch of Zin

Prix du jury : Tel Père, tel Fils de Kore-Eda Hirokazu

Prix de la mise en scène : Heli d’ Amat Escalante

Grand Prix : Inside Llewyn Davis de Joel et Ethan Coen

Palme d’Or : La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche

 

0 Réponses à “Cannes 2013 : Le Palmarès”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...