Le punk/rock fait par des femmes

Le punk/rock fait par des femmes dans Etats-Unis Riot-Grrl-008

Je ne prétends pas avoir une connaissance encyclopédique du sujet, aussi ne me risquerai-je pas à l’exhaustivité, et je ferai des oublis c’est certain. Néanmoins, pour autant que je puisse et doive faire preuve de modestie devant le sujet, je dois dire que celui-ci m’a toujours intéressé, en tout cas depuis grosso modo 1995. Je n’ai jamais pu mettre de posters dans ma chambre, mais nul doute que si j’avais pu, j’aurais adoré avoir le beau visage de Joan Jett à regarder tous les jours. Cela correspond à des écoutes adolescentes qui ont profondément marqué cette période de ma vie mais aussi la musique alternative et rock en général. Même si certaines artistes que je vais citer ne relèvent pas forcément du son et de la catégorie rock/punk pur, c’est aussi au regard de l’attitude (scénique, en interview) qu’elles appartiennent je crois au punk/rock et à l’identité qui en découle.

31702981-the-runaways dans Etats-Unis

runaways

The Runaways

tumblr_liucq8DTY71qbgvpzo1_1280Joan Jett

Jusqu’à la fin des années 60, puis milieu des années 70, le rock était essentiellement une question d’hommes. Même si Janis Joplin a posé les bases du rock féminin à venir.

joplinhappy_2454258b

Janis Joplin

Nombreux étaient les groupes à imposer leur patte, leur identité visuelle et musicale, si bien que voir arriver les Runaways à cette époque bouleversa la donne. Le groupe féminin qui est né en Californie, a permis à tout un pan de la musique alternative de justifier la présence de femmes non pas seulement en qualité de musiciennes, mais aussi porte-paroles, faisant des femmes, le cœur et le motif principal de cette musique, à la fois revendicative et en recherche de liberté artistique. Même si cela devait passer par la promotion (la chose la plus commerciale qui soit), et la production par une maison de disque (difficile de s’auto-produire, même si cela devint possible par la suite, avec la création de labels individuels et collectifs).

Image de prévisualisation YouTube

Wasted

Image de prévisualisation YouTube

California Paradise

Image de prévisualisation YouTube

Hollywood

Image de prévisualisation YouTube

Cherry Bomb

Les Runaways et Joan Jett leadeuse charismatique (que j’ai toujours trouvé terriblement sexy) de ce groupe féminin phare du rock 70′s ont eu droit à leurs hagiographies et aussi à un long-métrage (l’un de mes préférés de 2010), dans lequel Kristin Stewart échappée des romances néo-fantastiques et vampiriques de Twilight, jouait Joan Jett aux côtés d’Amanda Seyfried (vue dans Mamma Mia ! , une de mes comédies préférées des années 2000 avec Le Diable s’habille en Prada, puis Le Chaperon Rouge de Catherine Hardwick qui avait réalisé Thirteen plus tôt). The Runaways eût son succès, puis Joan Jett entama une carrière solo dont on sait aujourd’hui que l’un des titres phares est I love rock’n'roll.

Image de prévisualisation YouTube

I love rock’n'roll

Image de prévisualisation YouTube

Do you wanna touch me

Il fallait être gonflée en 1976 pour interpréter du haut de ses 15 ans un titre comme Cherry Bomb, en parlant du fait d’être une gamine instable dont le souhait est de jouer fort et vite. Avec ses talons hauts compensés, ses bas résilles et son rouge à lèvres pimpant Cherrie Curie imposait un style qui allait influencer toute une génération.

L7%2BFemmchismo%2Bfront

BikiniKilltobikathleenkathi

riot-grrrlBikini Kill

A la fin des années 80 naquit en réaction aux groupes de rock masculins FM, mais aussi en héritage des années 70, le Riot grrrl, symbolisé par les groupes L7, Babes in Toyland ou Bikini Kill.

Nina-Hagen_portrait_w858

Nina Hagen

Avant elle, Nina Hagen avait beaucoup fait parler d’elle en Allemagne, en se livrant notamment à une version mémorable de My way

Image de prévisualisation YouTube

My way

Avec leurs guitares, leurs basses, leurs batteries et leurs paroles sans équivoque, le mouvement émergea puis conforta une position musicale inspirée, et influença un des courants féministes de la fin des années 80 début des années 90. Il est amusant d’entendre aujourd’hui des femmes se prétendre du féminisme, comme si à les écouter il n’y avait qu’un féminisme en citant Isabelle Alonso (qui pense parler au nom de toutes les femmes avec son discours récurrent sur le patriarcat et les femmes forcément victimes des hommes), Osez le féminisme !, ou l’association du Nid, Les chiennes de garde, alors qu’à mes yeux il existe des féminismes et non pas un seul féminisme, les femmes étant différentes et ayant le droit de choisir, de s’orienter, vers celui avec lequel elles se sentent le plus en phase et non pas le seul dicté par les puissances gouvernantes et/ou les décisionnaires.

On peut être une femme et adorer les hommes, heureusement. Et être un homme qui ne supporte pas les propos machistes/sexiste d’autres hommes. Le mouvement riot grrrl aura une influence majeure sur les courants féministes français issus de la culture alternative, dans lesquels la place de la femme est importante mais celle de l’homme aussi, en opposition à certains autres courants féministes qui considèrent toujours l’homme comme un ennemi castrateur. Les écrivains auront aussi leur rôle à jouer, dont Virginie Despentes en France, auteure du remarquable documentaire Mutantes auquel on peut associer Too Much Pussy

Je crois que j’ai entendu Andres la première fois fin 1994, début 1995, en même temps que Four Non Blondes. Gros choc. La puissance du riff électrique, la batterie martelant sa puissante dynamique et surtout le charisme de Donita Sparks ont emporté mon adhésion.

Image de prévisualisation YouTube

Andres

A l’époque sur les plateaux télé des émissions de variété telle que Live on the word (une émission britannique durant laquelle Donita montra ses poils pubiens, puisque à l’époque les filles en avaient), on pouvait entendre L7 interpréter ce titre (et sans playback). En 1992, elles ont fait bouger tout ce petit monde sur leur titre Pretend we’re dead

Image de prévisualisation YouTube

Pretend we’re dead

Mine de rien, ce groupe libérait une parole et certainement aussi une frustration pour certaines adolescentes qui trouvaient  une réponse à leurs questions : Fais-toi même de la musique, et amuse-toi ! Ce sont Hungry for Stink et Bricks are Heavy qui sont les deux albums les plus connus du groupe.


Image de prévisualisation YouTube

Bricks are heavy

Image de prévisualisation YouTube

Hungry for stink

hole90s

Le choc émotionnel, je le ressentis aussi en 1995 lorsque je découvrais un autre groupe devenu culte avec les années, porté par Courtney Love, avec son Live Through This, et sa pochette immortalisant les larmes de joie d’une Miss qui vient de gagner un concours. La jeune fille de la pochette est devenue ensuite modèle de photo. Sur la photo elle avait 14 ans.

Live_through_thisLive through This (1994)

tumblr_mr8eool8BU1qisi6to1_500

La suite de la photo de Live through This

L’album

Image de prévisualisation YouTube

courtney-love-bannerCourtney Love

Le mascara dégoulinant, les paroles et la guitare bien tranchantes, Courtney Love apparaissait comme une poupée blonde aux fringues chiffonnées et à la langue bien pendue, n’hésitant pas à fermer le clapet aux personnes qui la détestaient. C’est aussi à ce moment là que mon intérêt pour les batteuses s’éveilla en découvrant Patty Schemel. Il faut aussi réécouter le disque précédent de Hole, intitulé Pretty on the inside. Le son d’une époque et d’un courant y est en filigrane : à la fois grave et rêche, brutal et poétique, introduit par des paroles comme When I was a teenage whore. Pour l’anecdote, les deux albums, Pretty on the inside et Live through this ont exactement la même durée : 38 min 28′s.

Image de prévisualisation YouTube

Pretty on the inside

1ED85751B3DF4DE38A5ABAE843DDE7B1

Il se trouve qu’à la même période, portée par la vague rock féminin alternatif/indie, un groupe se fait aussi remarquer. Il vient de Chicago et compte deux filles. Il s’appelle Veruca Salt. Et j’ai adoré et adore toujours Seether extrait d’American Thighs sorti en 1994 . Elles sont même passées en 1994 à Nulle part ailleurs.

Image de prévisualisation YouTube

Seether

Image de prévisualisation YouTube

Number one Blind

 Image de prévisualisation YouTube

Seether à Nulle part ailleurs

Même si leur album est sorti avant celui de Hole et Veruca Salt, j’ai découvert The Breeders et The Last Splash seulement en 1995. La première chose qui m’ait attiré : la pochette. Une des plus belles de la musique des années 90 et de la musique tout court. Je ne sais pas qui l’a réalisé, mais ce visuel immédiatement imprimé dans la tête reste un de ceux qui donnent envie de créer quelque chose, artistiquement parlant. Les Breeders étaient aussi passés dans Nulle part ailleurs pour interpréter Cannonball, le single le plus connus de The Last Splash, mais curieusement la version qu’ils avaient interprété était très rapide. Bien plus que sur le disque. Le clip est devenu fameux.

The-Breeders-The-Last-Splash-Tour-Vicar-Street-Dublin

 Image de prévisualisation YouTube

Cannonball

letigrethisisland

Le tigre

 J’ai continué d’écouter des groupes musicaux féminins, entre la fin des années 90 et le milieu des années 2000, jusqu’à ce que mon intérêt soit relancé vers 2003 avec Le Tigre. Il s’avère que l’une des chanteuses n’est autre qu’une ex-membre d’un groupe très connu (dans le milieu alternatif des années 90), en l’occurrence Kathleen Hanna de Bikini Kill.

Image de prévisualisation YouTube

TKO

Le son évolue, on est plus proche de la pop, moins dans l’énergie contestataire du début des années 90, mais les filles de Le Tigre ne se privent pas pour faire revenir des motifs auparavant associés à la masculinité et ici repris sur le compte de la féminité, une féminité différente, loin des clichés et de la caricature de la fille top modèle ou lisse. La moustache, les poils pubiens mais aussi les poils sous les bras reviennent non pas au premier plan mais sont assumés. Il y a bien des gens qui fantasment sur les aisselles non rasées, leur trouvant un côté sexy, laissant apparaître un fin filet de poils, fétichisme aussi appelé axilisme, pourquoi les en priver ?

Riot-Grrl-Banner1

Le mouvement riot grrrl fait toujours des émules

La carrière de Melissa Auf Der Maur, surtout en solo portait aussi les fruits d’un héritage punk/rock et une personnalité attachante. Notamment par le biais de son album éponyme sorti en 2004. La musique reste une source importante pour assurer la promotion d’un courant en général, c’est le cas pour le riot grrrl comme pour d’autres mouvements féministes. Et j’ai aussi vu dans Bliss de Drew Barrymore une expression sincère, généreuse et amusante.

Auf+Der+Maur+melissa03Melissa Auf Der Maur

peachesPeaches

Peaches fait aussi beaucoup parler d’elle, elle qui est absolument hétéroclite dans les genres musicaux travaillés, capable par exemple de sortir autant de vidéoclips que de singles pour son album le plus récent. La quarantenaire balaie les préjugés et distille un cocktail abrasif fait de provocations et de démarches artistiques sensées. Elle est capable de composer la chanson la plus brutale qui soit avec la ballade la plus romantique.

Image de prévisualisation YouTube

Talk to me

Image de prévisualisation YouTube

Boys wanna be her

 Image de prévisualisation YouTube

I feel cream

Quels sont les autres groupes qui m’ont interpellé, marqué, récemment, même si leurs albums ont presque dix ans ?

Lesbians on Ecstasy, Ping Pong Bitches, Chicks on Speed, Juliette and the licks (avec Juliette Lewis, actrice principale de Tueurs-Nés en 1994), Spinerette,  et surtout Amanda Palmer avec deux clips en particulier, dont un, c’est amusant, censuré pour son contenu sexuel, quand l’autre, plutôt orienté sur la violence visuelle ne l’a pas été même s’il y a un avertissement. J’aime beaucoup Youtube, mais le côté censeur sur certaines vidéos a ce quelque chose d’agaçant. Cela dit ce clip de Do it with a rockstar  en version intégrale sur viméo. J’ai d’ailleurs l’impression que la plupart des vidéos aujourd’hui non censurées, en version intégrale se trouvent sur viméo.

176291495_640Amanda Palmer

Image de prévisualisation YouTube

The killing type

Do it with a rockstar

 Lesbians on Ecstasy

Image de prévisualisation YouTube

Revolt

Image de prévisualisation YouTube

Manipulation

 

Ping Pong Bitches

Image de prévisualisation YouTube

Roc ya body

Image de prévisualisation YouTube

The beast

Juliette and the licks

Image de prévisualisation YouTube

Sticky Honey

 Spinerette

Image de prévisualisation YouTube

Baptized by fire

 

220 Réponses à “Le punk/rock fait par des femmes”


1 3 4 5
1 3 4 5

Laisser une réponse à all in seo sex




Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...