La France est-elle raciste ?

La France est-elle raciste ? dans ActualitésTout est parti, comme cela a souvent été le cas lors des dernières polémiques/derniers débats d’une situation particulière et d’une personne visée, comme cela fut le cas aussi pour la vidéo de Guillaume Pley ou encore l’article de Causette (dont la rédaction est aujourd’hui en grève) sur un sujet de société. Il faut dire que l’existence aujourd’hui même de la polémique, son essence et son essor font partie intégrante de la bulle médiatique, de ses ressorts et de sa visibilité.

La presse indépendante est devenue rare, ou elle se trouve sur le net. Les blogueurs ayant même aujourd’hui parfois plus d’impact que la diffusion papier, du fait de l’instantanéité de l’information (même si le rôle du journalisme demeure toujours celui de vérifier l’authenticité d’une source avant de diffuser une info de quelque nature qu’elle soit).

Une anecdote avant d’entrer dans le cœur du sujet. Cela s’est passé il y a maintenant une petite dizaine d’années. J’étais alors étudiant (dilettante) et ne suis pas allé au-delà de la première année de DEUG que je n’ai jamais obtenu. J’ai alors connu un moment assez perturbant lors d’un oral semestriel de français. Je me présente à ce fameux oral avec de l’avance et prends connaissance du texte que je devais expliquer. Je confesse que je ne me rappelle plus de quel texte il s’agissait mais je me rappelle encore comme si c’était hier des circonstances et du contexte qui l’ont accompagné.

Je me présente et salue mon interlocuteur. Il me demande si j’ai fini ma préparation, à cette question je réponds par l’affirmative. Juste après mon exposé qui dura une vingtaine de minutes, il m’interrompt et me dit alors, au point où nous parlons de mes origines

-   » Très bien, mais dîtes-moi, vous n’avez jamais eu de problèmes d’intégration en France ? « 

Cette question a résonné en moi comme une demande de justification. Du fait de mon nom je ne pouvais selon lui qu’avoir eu des problèmes d’intégration après être né à l’étranger. Nous étions en train de parler de l’origine de mon nom de famille puisque apparemment cela l’interpella. Je n’avais jusqu’à présent jamais eu le sentiment de devoir me sentir inférieur aux personnes nées en France portant un nom français (ce que certains appellent le « français de souche »).

Lorsque j’ai entendu cette question, je me suis dit qu’il me fallait me justifier, qu’il me fallait prouver que j’étais bien français, et que par définition, portant un nom d’origine étrangère, je devais avoir eu des problèmes d’intégration en arrivant en France. Il se trouve que je suis né en France comme je lui ai expliqué, après un moment d’hésitation, ne m’attendant pas du tout à ce genre de question, laquelle qui plus est, n’avait rien à voir avec la raison pour laquelle je me présentais à cet examen.

Un professeur, installé, sûr de son verbe, mais tout sauf affable à mes yeux me posait une question qui me déstabilisait grandement. A celle-ci je répondis

-  » Mais, Monsieur, je suis né en France et je suis français. Certes mes grands-parents sont nés à l’étranger, ont émigré au milieu des années 40, mais ils ont obtenu la nationalité française, et mes parents sont français également tous deux ».

742211_carte-identite dans Actualités

Cette question sur l’identité, sur ce que l’on est dans la société française et ce que l’on représente aux yeux des autres me bouleversa. Je ne me sentais pas à l’aise, pas à ma place, et je pris beaucoup de temps à prendre du recul là-dessus. Rétrospectivement, j’en plaisante, et cela ne me pose aucun problème d’aborder mes origines aujourd’hui avec des proches amis, des collègues ou des gens que je suis amené à rencontrer personnellement et ou professionnellement.

Lorsque j’ai refermé la porte de la salle d’entretien j’ai su que quelque chose avait changé en moi. Cela a été un déclencheur qui a mis du temps à se mettre en route. Je me suis promis après ce jour-là, pas immédiatement cependant,  de ne plus avoir à ressentir de honte ou de gêne si l’on venait à me parler de mes origines et de mon nom.

Nous revoilà revenus en 2013, au moment où la France connaît une crise industrielle, sociale, économique et politique de grande ampleur. C’est le terreau parfait pour que les partis s’affrontent sur les problématiques qui sont celles que nous connaissons depuis 2008, et pour que certains sujets reviennent sur le devant de la scène, tels ceux du racisme et de l’immigration.

A une époque où l’on peut s’épancher sur « le stylo que suce très érotiquement » Nadjat Vallaud-Belkacem, sur le fait qu’untel soit « un salaud » ou qu’une autre soit « une salope« , la faiblesse générale du débat qui vire à la gabegie et à l’insulte gratuite se traduit en actes et en faits répréhensibles et punis par la loi. Mais cela n’empêche pas une certaine presse de s’en régaler.

nouvel_obs_antisemitisme

Il y a quelques jours, la Ministre de la Justice, la Garde des Sceaux Christiane Taubira est traitée de guenon par une gamine de 10 ans (!).  Loin de déclencher l’esclandre, cette nouvelle est pourtant montée en mayonnaise et en scandale anti-républicain et raciste par la gauche et le PS. Une photo d’elle comparée à un singe sur Facebook par une militante FN fait aussi grand bruit. Et la militante d’être déboutée de ses fonctions par la présidente du parti. Idem pour un militant du même parti qui rappelle les heures les moins heureuses de la France Vichyste.

Ce qui est intéressant c’est de voir qu’au sein de ce même parti, lorsqu’une militante française d’origine algérienne parle de racisme, elle se retire de la course aux municipales. Cela tend-il à faire de tous les militants du FN des racistes profonds ? A celles et ceux qui ont voté en 2002 contre Jospin afin de sanctionner sa politique et laisser passer Le Pen au second tour des fascistes notoires ou pire qui s’ignorent ? Certainement pas. Une base l’est sans aucun doute, mais le FN n’est au même titre que le PS/UMP ou tout autre parti pas à l’abri de cas de racisme, même si je doute qu’une personne puisse se revendiquer ouvertement raciste lorsqu’elle brigue un mandat supposé représenter le plus grand nombre de personnes.

Ce point précis m’amène naturellement vers une tribune qui a aussi connu un certain retentissement, d’une part parce qu’elle est signée d’une personne loin d’être inconnue du grand public, et d’autre part parce qu’elle est signée d’une personne noire. Il y a quelques jours, le journaliste et homme de télé Harry Roselmack (producteur et présentateur de l’émission « En immersion » sur TF1) se fend d’une tribune dans laquelle il fustige le « retour de la France raciste ».  Cette tribune publiée dans Le Monde ne restant pas lettre morte, il est invité sur le plateau du Grand Journal pour expliquer ses arguments, évoquer sa négritude et d’autre part appeler au réveil des consciences.

Je dois vous remercier Monsieur Roselmack pour ce réveil, ou plutôt ce sursaut républicain. Je m’étais un peu endormi. Ne croyez pas que je ne reste pas en alerte devant les manifestations de racisme, de sexisme, d’homophobie dont je suis témoin chaque jour, sachant que je dois professionnellement rester en alerte et lutter (avec l’appui de la juridiction) à veiller à ne commettre aucun impair clairement discriminatoire. J’ai eu le sentiment en lisant cette tribune d’assister à une leçon de morale, et surtout avec l’emploi du présent à un ton péremptoire. Si j’écris volontairement dans ce papier « La France est-elle raciste ? « , c’est que je peux me poser cette question, mais que je n’affirme rien.

Si en revanche j’écris que c’est « Le retour de la France raciste » ou bien que « La France raciste est de retour » ce qui revient au même, alors cela signifie que la France n’a jamais rien été d’autre, qu’elle est par essence, de facto, raciste, et qu’il faut donc combattre le racisme, puisqu’il n’est plus supposé, mais réel. Le problème c’est que cela sous-entend que la France par nature est raciste, et non pas qu’il existe en France une expression du racisme. Il ne s’agit pas d’une différence entre la sémantique (le sens des mots) et la rhétorique (la façon de les exprimer). Vous êtes intelligent, vous maniez un français parfait. On n’arrive pas où vous êtes par hasard. Ce n’est pas cela. C’est l’amalgame qui est fait d’un évènement isolé (et condamnable) qui fait que je ne vous suis plus.

C’est un amalgame extraordinaire, sans doute pas ad hominem (on n’attaque pas une personne en particulier, mais une communauté, en l’occurrence le peuple français) mais qui me gêne. Je ne suis ni noir, ni juif, ni arabe. Faut-il pour autant que je me désintéresse des problèmes que peuvent rencontrer les noirs, les juifs et les arabes en France ? Et ce en raison de leurs origines, ou parce qu’ils sont naturalisés français mais qu’on leur rappelle directement ou indirectement qu’ils ne s’appellent pas Martin ou Dupont ? Certainement pas.

3494050_3_85d7_la-marche-pour-l-egalite-des-droits-et-contre_6ada0a5462624608da39cfcfb64d6478

Les personnalités qui sont invitées à s’exprimer à l’instar de Princess Erika ne sont d’ailleurs pas de votre avis. Tous les français ne sont néanmoins pas à ranger dans le même sac, auquel cas je me sens insulté, littéralement, par votre tribune, puisque je suis français et que la France d’après vos dires est un pays dans lequel le racisme est de retour.

Il ne me semble pas que vous ayez eu de très grandes difficultés à accéder à la notoriété (une notoriété dont TF1 raffole puisque l’audimat est selon cette chaîne, et ce n’est pas la seule, à se gargariser quotidiennement des chiffres de l’audience) contrairement à d’autres personnes noires qui ont été victimes de discrimination à l’embauche. Je ne crois pas que vous soyez là où vous êtes parce que vous ne représentiez qu’une « minorité visible », mais parce que vous êtes un professionnel de l’information, et le fait d’être noir est dans ce cas secondaire, n’est-ce pas ? 

Je ne crois nullement à la discrimination positive mais je ne crois pas que des personnes interrogées dans la rue à votre sujet exprimeront, forcément, un sentiment de rejet à votre encontre, y compris parmi celles et ceux que l’on appelle « français de souche ». Il y a même des libertins qui vous ont accueilli à bras ouverts.

Il est important que vous puissiez parler et même revendiquiez votre négritude, vos références à Aimé Césaire, un grand poète de son état.  Vous avez même évoqué en toute décontraction la façon dont vous avez été accueilli à TF1, une chaîne sur laquelle vous projetiez vous-même des a priori. Et je le redis, oui il y a des français homophobes, racistes, misogynes. Je crois qu’on l’a suffisamment vu lors des Manifs pour tous, durant lesquelles des gens disaient ouvertement n’avoir rien contre les homosexuels tout en manifestant l’exact contraire par leur présence même et certains discours.  Pour autant je ne suis pas sûr que la France soit un pays homophobe, raciste et misogyne malgré ce que certaines tribunes, comiques et autres affirment à longueur de journées.

Et puis, pourquoi ne pas parler du racisme anti-blanc (si l’on combat le racisme, ce qui est un combat noble, autant le combattre sous toutes ses formes non ?)  Pourquoi ne pas parler du sentiment de racisme que peuvent éprouver les coptes d’Egypte ou du Liban (puisque tous les arabes ne sont pas musulmans, et que certains arabes sont justement chrétiens et qu’ils ne vivent pas qu’en France). La colonisation reste une immense problématique dans l’inconscient collectif français. Vouloir faire de l’Algérie une Algérie française était à mon sens une grande erreur, et je comprends qu’il y ait toujours du ressentiment de certains algériens à l’égard du pouvoir français (et pas forcément du peuple français lui-même), l’amitié qui a été liée entre notre peuple et le peuple algérien reste fragile mais il faut capitaliser là dessus plutôt que de se lamenter dans un discours victimisant.

Je crois que le jour où des gamins dans une cour d’école seront représentatifs de la France d’aujourd’hui (arabes, asiatiques, noirs, blancs) et qu’ils ne se jugeront pas, mais n’en auront justement rien à faire qu’ils n’aient pas la même couleur de peau, c’est que l’on aura avancé.

 

265 Réponses à “La France est-elle raciste ?”


1 4 5 6
1 4 5 6

Laisser une réponse à Rosaria




Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...