Mes 30 albums préférés (2ème partie)

Mes 30 albums préférés (2ème partie) dans Divers Les-Thugs-As-Happy-As-Possi-550720

Deuxième partie consacrée à mes albums préférés. On retrouve ici les places 24 à 19. Ce sont des disques que j’ai là encore beaucoup écoutés, certains des dizaines de fois, sans doute pas de suite, mais très régulièrement et sur lesquels je reviens encore régulièrement sans m’en lasser. C’est la marque des grands disques, ceux dans lesquels on peut puiser l’inspiration, un souvenir particulier, une émotion parfois enfouie qui remonte à la surface.

1s3r5mstdzb3ta5ru7kbqj3hr dans DiversThe Red Hot Chili Peppers

tumblr_lxlejbqlh61r5qiggo1_500

Foo Fighters

hole1998wide

Hole

Les places 24 à 19

 

24) The Red Hot Chili Peppers/ One Hot Minute (1995, Etats-Unis)

one_hot_minute_cover

Très attiré par la pochette que je trouvais (et trouve toujours) merveilleuse, et connaissant au moment de sa sortie finalement que peu le groupe (sauf Give it away et un ou deux autres titres), j’ai voulu en savoir plus sur ces « piments ». Je venais de rentrer au lycée, et pour moi, à l’inverse du collège, le fait de pouvoir sortir entre les cours avec les heures de perm’ était formidable. Ainsi, un matin, j’ai pu écouter sur un jukebox le single Aéroplane dans un petit café entre deux parties de flipper et une limonade. Grand souvenir. J’ai adoré le clip découvert chez un pote. L’album est sans doute mon préféré du groupe pour son équilibre entre pop et rock, funk, fusion et groove limite hip-hop parfois. Et puis quelle basse !

Image de prévisualisation YouTube

23) Mylène Farmer / Anamorphosée (1995, France)

mylene-farmer-album-anamorphosee-pochette-001

Mylène Farmer s’envole aux Etats-Unis, s’entoure d’Abel Ferrara et réalise son disque américain dans sa production comme sa représentation visuelle, sanguin, rock et moderne. On est loin de ses clips des années 80 de Désenchantée, mais c’est ce versant là que j’aime. J’avais été impressionné par le clip de XXL, et trouvais qu’elle arrivait à imposer une patte française dans un univers anglo-saxon en chantant en français. Je ne crois pas qu’elle ait fait mieux depuis. L’album a une saveur toute 90′s qui n’a rien perdu de son goût depuis vingt ans.

Image de prévisualisation YouTube

 

22) Hole / Celebrity Skin (1998, Etats-Unis)

celebrity-skin-4f7090685b9d0

Sorti quatre ans après le remarquable Live through this, Celebrity Skin est pourtant mon album préféré de Hole. Je l’ai découvert dès sa sortie en septembre 1998 à la rentrée de ma dernière année de lycée, de loin ma plus belle. Je l’ai écouté une dizaine de fois en boucle en une semaine, complètement happé par l’énergie pop/rock du disque. Car si la tonalité précédente (sur Pretty on the inside et Live Through this) était clairement grunge (avec un son extrêmement rêche sur Pretty), elle est au contraire limpide, puissant et surtout follement pop sur Celebrity Skin (Celebrity Skin, Awful, Boys on the radio) tout en se montrant radicalement rock (Reasons to be beautiful). Je me rappelle que je prenais des baguettes et tapais sur la couverture de mon lit en imitant tous les morceaux du disque pendant des heures. Je le dis, c’est pour moi un chef-d’œuvre et le seul disque aussi sur lequel ne joue pas Patty Schemel des albums 90′s, la batteuse géniale de Hole.

Image de prévisualisation YouTube

 

21) Foo Fighters / Foo Fighters (1995, Etats-Unis)

foos-self-titled

Un autre disque marquant et important des années 90 dans mon éducation musicale. C’était la fin du collège et je partais avec mes parents en vacances en Espagne là où je l’ai acheté sans hésiter une seconde, avant la rentrée au lycée. En 1995, Dave Grohl, précédemment derrière les fûts de Nirvana sortait un disque intégralement écrit, produit et joué par ses soins. Le son brut de décoffrage, parfois à la limite du brouillon sur la partie rythmique (mais c’est voulu), l’authenticité et l’honnêteté de la voix rendent ce disque touchant et percutant : il montre le virage musical abordé par un musicien de 26 ans qui joue comme s’il avait encore tout à prouver , c’est-à-dire à fond, et ce dès This is a call jusqu’à Exhausted. The Color and the Shape sorti en 1997 sera aussi un excellent disque, mais ce premier album reste pour moi le meilleur du groupe.

 Image de prévisualisation YouTube

 

 20) The Thugs / As Happy As Possible (1993, France)

0557-les-thugs-as-happy-as-possible

Une découverte que je dois à mon ami rêveur. Nous étions une après-midi de 1995 en train de parler musique lorsqu’il me fit écouter la cassette d’un groupe français alors inconnu (pour moi). Il s’agissait de The Thugs, des frangins ayant formé un groupe d’origine angevin, le seul qui ait signé chez Sub Pop, légendaire label du rock indé US. Ce qui m’a immédiatement frappé c’est la puissance du son, ce son de guitare abrasif que je n’ai jamais retrouvé ensuite dans le rock français (même chez Noir Désir). Le disque est d’une énergie constante, original, inspiré, porté par une batterie magnifique et des riffs qui ne le sont pas moins. The Thugs mérite d’être réécouté, surtout par les jeunes générations (mais pas que) parce qu’il a marqué le rock français comme peu de groupes l’ont fait.

Image de prévisualisation YouTube

As Happy As Possible

Image de prévisualisation YouTube

Papapa

Image de prévisualisation YouTube

Dreamer song

 

0 Réponses à “Mes 30 albums préférés (2ème partie)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...