Archive pour la Catégorie 'Actrices'

Marine Vacth : nouvelle étoile du ciné français ?

Marine Vacth : nouvelle étoile du ciné français ? dans Actrices

Elle n’est pour le moment pas forcément très connue (sauf du milieu de la mode, haute couture et du mannequinat en général), a tourné avec Cédric Klapisch en 2011 dans Ma part du gâteau avec Gilles Lellouche. Et cette année, elle a présenté à Cannes, son premier grand rôle au cinéma, celui d’une jeune fille de 17 ans qui rencontre des hommes beaucoup plus âgés qu’elle par le biais d’Internet et des relations tarifées. De l’avis de beaucoup, elle semble irradier l’écran de sa présence. Une présence naturelle, et à mes yeux, des faux airs assez troublants de l’actrice britannique Felicity Jones. Marine Vacth fait ainsi parler d’elle et une carrière s’ouvre, Cannes étant généralement le plus grand tremplin cinématographique du monde.

 dans ActricesIci, entourée de Géraldine Pailhas à gauche et François Ozon, le réalisateur de Jeune et Jolie au centre.

Elle était l’égérie des parfums Yves Saint Laurent, en particulier Parisienne.

1

On la retrouvait aussi dans le court-métrage La Nuit de l’homme avec Vincent Cassel. Un clip réalisé par Gaspar Noé.

La-Francaise-Marine-Vacth-est-conquise_portrait_w858

Le visage de Marine Vacth dans La Nuit de l’Homme.

Image de prévisualisation YouTube

Un visage qui me rappelle surtout sur cette photo celui de Felicity Jones

603928_548256905193778_706157660_n

 

Beauté assez classique, de plus en plus rare.

YSL_Parisienne_Marine%20Vacth

 

v486015_12425_6_HD

A l’affiche de Jeune et Jolie (2013)

Image de prévisualisation YouTube

Diane Kruger actrice de talent

Diane Kruger actrice de talent dans Actrices Chanel-reste-fidele-a-Diane-Kruger_article_landscape_pm_v8

Un portrait par l’image en 16 films plutôt qu’un long discours, d’une artiste née le 15 juillet 1976 à Hildesheim en Allemagne, comédienne douée, sourire pétillant, œil malicieux, que j’affectionne et dont j’essaie de voir tous les films. Il m’en reste à découvrir bien sûr, j’ai les Blu-ray de Pour elle (Ohne Schuld dans sa traduction allemande), Forces spéciales, il me reste d’autres films à avoir dont Goodbye Fofana et même L’élève de Beethoven largement moins connu que ses dernières productions. Je me rappelle des débuts de carrière, de Troie en particulier que certains détestèrent en partie à cause de sa présence, critique qui m’étonna et m’étonne toujours, de l’étonnement que je ressentis à voir qu’elle était considérée au mieux comme  une actrice de second voire troisième plan (littéralement ou dans l’interprétation des personnages) au pire comme une potiche.

Il y a aussi un petit côté Florrie chez elle qui est loin de me déplaire

diane-kruger-2007-a dans Actrices

Maîtresse de cérémonie à Cannes en 2007

Ce que j’aime chez elle : la fraîcheur et la spontanéité, le charisme qui crève l’écran, non pas de façon écrasante contre ses partenaires de pellicule, mais comme un atout, sa beauté simple et rayonnante, son accent, sa facilité à jongler entre les langues (elle parle couramment anglais, allemand et français), cette capacité à changer de registre et à tenter des choses nouvelles, en tournant dans des films à gros spectacle comme dans le drame ou le portrait le plus intimiste : c’est le propre de l’acteur non ?

le_cv_beaut___de_diane_kruger_840008648_north_607xDiane Kruger, mannequin, ici en 1992

diane-kruger

A l’affiche d’Inglourious Basterds en 2009

Jouer ce que l’on n’est pas dans la vie, s’inventer une bulle, un jeu, se réinventer soi-même. Rimbaud disait que « l’Amour était à réinventer ». Diane Kruger elle avance dans une direction : celle du succès. Pas seulement parce qu’elle le vaut bien, mais aussi et surtout, parce que le talent fou qu’elle a pourrait demander être récompensé  à la fois par le triomphe public mais aussi artistique : un Prix d’Interprétation majeur, par exemple. Merci en tout cas à vous, chère Diane, de me permettre de m’évader par l’entremise de votre filmographie. Vous êtes belle et vous êtes d’ores et déjà une grande actrice à mes yeux.

Diane_Kruger_16_1600x1200

16 films

Mon idole (Guillaume Canet, 2002)

image-mon-idole-2-fran%C3%A7ois-berl%C3%A9and-diane-kruger

 

Michel Vaillant (Louis-Pascal Couvelaire, 2004)

9359_mishel-valyan-zhazhda-skorosti_or_michel-vaillant_1600x1200_(www.GdeFon.ru)

 

Troie (Wolfgang Petersen, 2004)

0332452_1

 

Benjamin Gates (Jon Turtletaub, 2005)

nicolas-cage-et-diane-kruger

 

Frankie (Fabienne Barthaud, 2005)

diane-kruger-in-una-scena-del-film-frankie-17074

 

Les brigades du tigre (Jérôme Cornuau, 2006 )

18476744

 

Copying Beethoven (Agnieszka Holland, 2006)

02

 

Goodbye Fofana (Bille August, 2007)

46f903749b025

 

Pour elle (Fred Cavayé, 2008)

18965410

Les lascars (Albert Pereira Lzaro et Emmanuel Klotz, 2009)

523276602

 

Inglourious Basterds (Quentin Tarantino, 2009 )

inglourious_basterds47

 

Mr Nobody (Jaco Van Dormael, 2010)

jared-leto-et-diane-kruger-mr-nobody_50bae79911d72

 

Sans identité (Jaume Collet-Serra, 2011 )

diane-kruger-alias-gina

 

Forces spéciales (Stéphane Rybojad, 2011)

diane_kruger_forces_speciales_24

 

Les adieux à la reine (Benoît Jacquot, 2012 )

 

Un plan parfait (Pascal Chaumeil, 2013)

un-plan-parfait-diane-kruger

Rie Rasmussen

Rie Rasmussen dans Actrices 19058097

Petit clin d’œil à Rie Rasmussen, née le 14 février 1978 à Copenhague, mannequin, mais aussi et surtout cinéaste, actrice, productrice, scénariste, monteuse et surtout très joueuse, rien que cela ! Elle a en réalité peu tourné au cinéma, et a plutôt été l’égérie de la marque Gucci et des pubs Victoria’s Secret.

Image de prévisualisation YouTube

Pub Gucci

rie-1024x576 dans ActricesRie Rasmussen en pleine discussion

tumblr_miis0kPr8z1qg37rao1_500

IMG0188.thumbnailElle m’a surpris, parfois retourné les tripes, amusé et ému avec son premier long-métrage Human Zoo, le genre de film qui ne peut que diviser (soit on adhère soit on rejette en bloc, et les critiques négatives ont été bien plus nombreuses que les critiques positives), à la structure tantôt anarchique tantôt parfaitement maîtrisée. Une cinéaste est née avec ses défauts et ses grosses qualités. Il y a quelque chose de rock’n'roll voire punk dans ses attitudes, sa personnalité, et en même temps un romantisme à fleur de peau, nordique, féminin. Elle me fait penser à une autre beauté atypique : Femke Jansen. J’adore cette photo prise sur le tournage de Human Zoo. Elle est la chef d’orchestre

Sur le tournage de Human Zoo (2010)

rie-rasmussen_492650

936full-rie-rasmussen

Elle a commencé au cinéma en 2002, on la voit dans Femme Fatale et sa séquence de filature qui sert d’ouverture au film, où elle surprend son monde et finit la séquence dans les bras de Rebecca Romijn-Stamos qui n’a pas forcément eu la carrière ciné qu’elle méritait.  Une séquence qui fit beaucoup parler d’elle.

femme-fatale-2002-16-gFemme Fatale (2002) de Brian de Palma avec Rebecca Romijn-Stamos

http://www.dailymotion.com/video/x9phxg

Depuis elle a joué au cinéma, et a été l’actrice principale d’Angel-A de Luc Besson, où elle avait pour partenaire Jamel Debbouze. Film moyen, mais elle crève l’écran.

rie-rasmussen-angel-aAngel-A (2007)

Et en 2010, après avoir signé un court-métrage, présent sur le DVD de son premier film, elle tourne Human Zoo son premier long.

160159-18036-g18036-1989103002-jpg-620x0-1

human_zoo,0

 

Sylvia Kristel : une icône disparaît

Sylvia Kristel : une icône disparaît dans Actrices 80196836_o

Elle s’appelait Sylvia Kristel et était connue pour avoir tourné Emmanuelle, personnage qu’elle incarna la première fois à l’écran en 1974. Elle était déjà, jeune, d’une beauté étourdissante dont certain(e)s ne se remirent jamais, beauté qu’elle conserva toute sa vie et qui était d’autant plus frappante qu’elle était marquée par la simplicité et l’accessibilité, qualités que conservent les femmes qui misent sur leur humilité pour accéder au statut de star, avec cette dose de fragilité touchante. Le film était aussi le témoignage d’une époque révolue et fer de lance d’une génération qui allait bouleverser la nôtre.

Enorme succès et grand scandale, pour ce film qui lui colla à la peau durant des décennies (la chaise en osier notamment qui était une image qu’elle n’appréciait guère), à la fois tremplin exceptionnel pour une carrière mais aussi enfermement dans une case dont elle se tira avec intelligence pour aller rechercher des rôles chez des réalisateurs inspirés. Je n’étais pas né quand est sorti Emmanuelle, mais j’ai toujours entendu parler de ce film que j’ai découvert très tard et qui m’avait beaucoup déçu malgré son culte (que je comprends aisément). Plus que le film c’est Sylvia Kristel qui m’a touché, séduit. Emmanuelle fut et reste un titre incontournable de l’érotisme français, ne serait-ce pour que sa portée symbolique. Personnellement je ne l’ai jamais aimé, mais j’aimais l’actrice. Son charme fou. Un peu comme ces amours de jeunesse/adolescence dont on se souvient toujours.

%7Babc48939-42cd-451a-9b86-3b378b4a1094%7D_sylvia1 dans Actrices

L’actrice/Mannequin en 1972

emmanuelle_2_l_anti_vierge_1975_emmanuelle_deux_portrait_w858

Image de prévisualisation YouTube

Née à Utrecht (à seulement 30 km d’Amsterdam, la capitale), la jeune actrice néerlandaise avait d’abord été élue Miss TV Europe en 1973.  C’est ce sacre qui lui permit d’incarner Emmanuelle au cinéma, un an seulement après cette consécration. A l’époque où le MLF battait le pavé de la capitale française en réclamant plus de droits pour les femmes, Sylvia Kristel incarna une certaine libération sexuelle, apparaissant nue et féminine jusqu’au bout des ongles, décidant aussi de sa sexualité et personnage central du film, qui comme le chantait Gainsbourg, devenait « putain parmi les putes « .

Image de prévisualisation YouTube

Une putain d’une beauté éclatante, typique; atypique même. Une actrice au visage angélique, sur lequel les petites tâches de rousseur s’étaient invitées, surmontées d’un nez aquilin et d’un regard bleu intense, à la fois profond et moderne. Une femme d’une grande intelligence (elle avait un QI de 165), polyglotte (elle parlait couramment le français, l’italien, le néerlandais et anglais). Elle fut l’incarnation de la femme idéale pour certains, et un fantasme masculin (et féminin) pour beaucoup. Les jeunes adolescent(e)s qui découvrirent son image diaphane furent émoustillé(e)s par sa présence et sa beauté naturelle. Nymphe, femme enfant, élégante jusqu’au bout des ongles.

Elle vient de disparaître. A l’âge de 60 ans.

Elle avait tourné avec Mocky, Vadim, Girod. Quelques uns des grands noms du cinéma populaire français.

Et puis il y eut aussi la musique, la chanson de Bachelet et ses paroles cotonneuses, les images du film également qui s’il a vieilli visuellement, possède ce grain particulier du milieu des années 70 où l’on commençait à voir de plus en plus de choses tout en gardant cette pudeur et cette évanescence Hamiltonienne.

sylvia-kristel-300

Vous allez nous manquer Sylvia, érotomanes cinéphiles dont vous avez ébloui et bercé de votre élégance quelques nuits.

Merci pour tout…

 

L’actrice Carice Van Houten sort un album : See you on the ice

L'actrice Carice Van Houten sort un album : See you on the ice   dans Actrices 5099997822455_600

 

L’actrice néerlandaise qui était (entre autres, car elle a tourné un certain nombre de films aux Pays-Bas ces dernières années, dont  Ik omhels je met 1000 armen et surtout l’énorme succès populaire Alles is Liefde)  à l’affiche du film Black Book de Paul Verhoeven en 2006, lequel marquait le grand retour à la réalisation, dans son pays d’origine et en langue néerlandaise du réalisateur batave, s’apprête à sortir son premier album intitulé See you on the ice le 28 septembre 2012.  Le disque sera entièrement chanté en anglais.

Le clip promotionnel du single Emily tourne depuis déjà quelques semaines sur la toile et récolte pour le moment des avis plutôt enthousiastes. Malgré ses airs introductifs de China Girl de David Bowie (notamment les premières notes de guitare) sorti en 1983, la suite de la chanson est axée sur le mariage classique mais réussi et entraînant guitare/basse/batterie, l’accent étant mis sur la jolie voix éthérée de la chanteuse/actrice qui se prête manifestement joyeusement à l’exercice et montre une autre corde à son arc, et pour tout dire un certain talent.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

La séquence d’ouverture montre la magnifique architecture d’Amsterdam, plans larges et américains à l’appui. Le clip donne ensuite la sensation d’un sentiment de malaise interne. Et de multiples dédoublements.

L’autre single promotionnel choisi étant Particle of light avec la participation d’Antony des Antony and the Johnsons. Ambiance moins électrique et mélodie acoustique à l’honneur cette fois-ci. Une belle réussite là encore !

 

Image de prévisualisation YouTube

 

La pochette quant à elle adopte un style à la fois expressif et sobre, belle association d’images et de dégradés.

Aucune info pour le moment sur la disponibilité de ce CD dans le commerce français mais amazon indique que l’album devrait être disponible en version MP3. En revanche il sera bien disponible en physique sur le site de vente néerlandais bol.com

Souhaitons à la chanteuse qu’elle rencontre le même succès que celui qu’elle rencontre en tant qu’actrice !

 

La liste des chansons du disque :

  • Siren Or the Sea
  • Something Funny
  • Time
  • Particle of light
  • Emily
  • Recovery Mission
  • Broken Shells
  • I’m Here
  • You.Me.Bed.Now
  • The End of the World
  • Still I dreamt of it

 

 

 

 




Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...