Archive pour la Catégorie 'Arts'

Nabokov, Lolita

Nabokov, Lolita dans Arts Lolita_kubrick

Dans son fameux roman Lolita, publié en 1955 à Paris et 1958 à New York, l’écrivain Nabokov écrit ce quatrain devenu célèbre. C’est sublime.

Ma voiture est en piteux état,

La dernière étape est la plus dure

Dans l’herbe d’un fossé, je mourrai Lolita

Et tout le reste est littérature.

lolita dans Arts

Il y eût le film de 1962, et celui de 1997. Et il reste, les vrais Lolitas, ces « fleurs prêtent à éclore », que l’on peut croiser dans la rue.

 

Icône : Dita Von Teese

Icône : Dita Von Teese dans Arts

Qui est Dita Von Teese ? Qui est cette icône ?

Dita Von Teese est aujourd’hui connue et reconnue comme une artiste du nouveau burlesque. La belle américaine à la peau de porcelaine est née en 1972 dans le Michigan, un état du Nord des Etats-Unis, proche des grands lacs. Sans faire la biographie complète ni même l’hagiographie de cette artiste hors du commun, il est important de souligner qu’elle a touché à pas mal de choses et qu’elle les a transformé en or à chaque fois.

Dita-Von-Teese dans Etats-UnisDita Von Teese en talons aiguilles, bas de nylon, porte-jarretelles et basque, coiffée typiquement pin-up

Dita Von Teese c’est d’abord un jeu de mot subtil autour du verbe anglais to tease, qui signifie « titiller », « exciter » dans le sens d’érotisme (pas dans celui de se moquer de quelqu’un). Mais pas seulement. Parce que le teasing en anglais c’est aussi  l’art de titiller tout en n’allant pas jusqu’à l’acte sexuel. Ce qu’est le striptease, dont la racine tease est issue. Dans le monde du nouveau burlesque, qui est revenu en force ces dernières par les productions américaines mais aussi françaises, notamment le grand succès public et critique du film Tournée de Mathieu Almaric (que je n’ai pas encore regardé mais que j’ai en Blu-ray), Prix de la Mise en Scène à Cannes en 201, Dita est une star. Depuis 20 ans. 

To « tease » en anglais c’est donc titiller, et titiller dans le monde de l’art, c’est mettre les sens du spectateur ou de la spectatrice en éveil. Le/a mettre en émoi, devant ses émotions, en recherchant la performance visuelle et artistique. J’en ai appris pas mal sur l’art du burlesque en compagnie de Victoria Romanova lors d’une discussion à Amsterdam en juillet dernier, durant laquelle nous avons évoqué cet art (et son art, car elle est aussi artiste burlesque) pendant près de trois heures trente.

46683-ECXErOKI2lm2rgXf3h8eTA

192848

Dita Von Teese née Heather Renée Sweet (ça ne s’invente pas et ça lui va à merveille) est donc à la fois danseuse new burlesque, mannequin, stripteaseuse (qui, je le maintiens est un art), couturière et actrice. Ses traits affinés, sa bouche vermeille, son regard intense ont participé à sa renommée et à son aura, lui conférant une célébrité dans le monde entier. 

stem-ditaUne figurine en résine à l’effigie de la star

Bien sûr, il n’y aurait pas eu de Dita Von Teese sans la révélation Betty Page, icône absolue du burlesque, icône pin-up aussi,  laquelle après Mata Hari inventa les bases de ce qui allait devenir l’art du striptease. L’anecdote incroyable de son entrée dans le milieu du spectacle vaudrait presque un film à elle seule.

Accoudée à une table de bar d’un club de striptease, elle s’ennuyait des clichés et des représentations des stéréotypes devant ses yeux (bronzage trop voyant, seins siliconés, poses peu lascives mais vulgaires). A côté d’elle se trouvait un homme qui lui dit « Toujours la même chose, au bout de cinq minutes, on s’ennuie« . Elle lui souffla alors « Moi, en 5 minutes, je pourrais en faire des choses ». L’homme qui était le propriétaire du club lui proposa alors de faire son show. Elle monta avec un corset et des bas. C’était le début d’une riche carrière.

Autant certaines artistes dans le genre peuvent en faire beaucoup, autant je trouve Dita Von Teese surprenante de simplicité, belle, intelligente et raffinée. A aucun moment je la trouve vulgaire, empruntée ou trop sûre d’elle. Le naturel est là, en toutes circonstances. Ensuite les goûts et les couleurs sont ainsi qu’on peut adhérer à ce genre de style ou pas du tout.

Dita+von+Teese

Dita Von Teese fut l’une des premières de sa génération à capitaliser sur le fétichisme. Fétichisme qu’elle aborde frontalement, soit par le biais de celui des pieds, du corset, des bas résilles, des cheveux bouclés ou raides, etc. Bref, elle a su rencontrer un public et s’adapter à chaque fois. Ce qui lui valut la parution d’un livre où elle figure en couverture l’Art du glamour et du fétichisme.

Dita-Von-Teese-fishnet-dress

Au long de sa carrière, la jeune et brillante artiste collaborera avec des photographes, des metteurs en scène (dont Christophe Mourthé qui sera son Pygmalion en photographie). Elle se marie avec Marilyn Manson en 2005 ce qui la rendra encore plus icônique et célèbre, puis ils divorcent en 2007.

Elle a tourné dans le film Pin-Ups 2, sommet d’esthétique et de jeux lesbiens pornographiques signé Andrew Blake. Elle a aussi participé à un spectacle du Crazy Horse sorti en 2010.

Dita-Von-Teese-at-Crazy-Horse-28213_6Dita Von Teese avec le Crazy Horse de Paris (2010)

Image de prévisualisation YouTube

Monarchy – Desintegration

Image de prévisualisation YouTube

Diamonds are a girl’s best friend

Image de prévisualisation YouTube

A Cannes en 2013

 

 

L’art de rue s’invite à Paris 13ème

L'art de rue s'invite à Paris 13ème dans Actualités tour-paris-13-plus-grande-exposition-street-art-monde-prix-horaires-adresse

Depuis quelques semaines je voyais la devanture d’un petit immeuble de Paris, situé dans le 13ème arrondissement, changer au fil des jours. Je pensais qu’il s’agissait d’un immeuble dont le ravalement n’avait pas été refait depuis des années. La façade marron fut ensuite recouverte d’une tâche orange très voyante. Je me demandais ce qui pouvait bien se passer à l’intérieur, ça m’intriguait réellement, suspectant un squat désinfecté pour servirait d’abri momentané.

Il y a quelques jours, j’ai vu que la façade avait de nouveau était la cible d’autres taches de même couleur, et ce n’est qu’il y a que quelques heures maintenant que j’ai découvert le pourquoi du comment : il s’agit en fait d’un immeuble voué à la démolition qui accueille jusqu’au 31 octobre du street art, autrement dit de l’art dit de rue, avec graffitis, fresques, peintures à la bombe, etc.

La-Tour-Paris-13-Room-2 dans Arts

Dans l’immeuble on peut donc voir sur une durée limitée les œuvres éphémères d’artistes venus du monde entier qui exposent ainsi des oeuvres sans caractère commercial : rien ne sera vendu, rien ne pourra être récupéré (il est donc inutile de s’y rendre avec une pelle et une pioche), et tout est voué à être détruit après exposition. De l’art éphémère qui fait surtout penser à l’art de Bansky, le célèbre artiste du street art auquel un documentaire fut consacré.

tour-paris-13-10_4044923

Paris et son 13ème arrondissement (l’immeuble se trouve au pied de la station Chevarelet ou Bercy, juste en face de la ligne de chemin de fer) accueille donc cette exposition courte sur une forme d’art qui prend de plus en plus d’importance dans la vie culturelle française.

 

Les cheveux des femmes et leurs charmes

Les cheveux des femmes et leurs charmes dans Arts Stephanie+Sigman+Miss+Bala+Photocall+64th+bbqtqaOyh4Il

Source intarissable de fantasmes ou plus simplement de plaisir des yeux, les cheveux sont à l’origine d’une forme de fascination, que celle-ci soit masculine ou féminine, parfois, souvent même les deux. Courts, coupés garçonne, longs, ondulés, frisés, soyeux, virevoltant au gré du vent, cachant un visage ou le laissant apparaître, attachés en queue de cheval, dégageant une nuque, un lobe d’oreille, colorés ou décolorés ils font aussi partie de l’identité d’une personne, souligne certains de ses traits. Comme le parfum, accessoire de beauté qui a donné lieu à une littérature riche, dont le chef-d’oeuve Le Parfum de Süskind, plus tard adapté au cinéma par Tom Tykwer, les cheveux me fascinent. Tout comme le cuir et le latex.

9782213027104_1_75 dans Divers

Hier en fin d’après-midi en discutant de choses et d’autres avec des amies collègues, nous nous sommes amusés à évoquer les penchants, les attirances, les fantasmes particuliers par rapport à certaines parties du corps ou objets liés. Nous avons alors (re) découvert toute une série de paraphilies qui vont de la plus incongrue à la plus déviante, de la plus originale à la plus hors norme, de la plus drôle à la plus incroyable. Il existerait 547 paraphilies. Je ne sais pas s’il s’agit d’un chiffre définitif, mais cela démontre l’étendue de l’imagination humaine et les variétés possibles de plaisirs sexuels, jeux érotiques qui peuvent y être associés. 

0290017105634272-c2-photo-oYToyOntzOjE6InciO2k6NjU2O3M6NToiY29sb3IiO3M6NToid2hpdGUiO30%3D-040847034Cristina Ordula sur M6

Pour s’en amuser on peut lire cette page qui illustre par l’image certaines d’entre elles. Vous pouvez aussi retrouver un résumé rapide des paraphilies sur la page wikipedia dédiée. Si Balzac écrivait sa La Comédie Humaine au fil de 90 romans achevés, l’humain a aussi écrit son histoire des alternatives sexuelles et enrichit d’une manière certaine les relations entre les individus. Dans le cinéma, dans la littérature et dans l’art, la femme et ses cheveux ont aussi été le signe d’un avenir radieux ou d’une issue plus tragique. Comme les longs cheveux ondulant d’Ophélia de Millais

N01506_10Ophélia de Millais

Mon attirance pour les cheveux longs noir de jais vient sans doute de mon enfance et de mon adolescence, étant sorti avec de jeunes adolescentes aux cheveux bruns qui allaient me marquer à jamais. Coupe au carré, puis plus longs, le brun et le noir devinrent les totems de ce que l’on appelle la tricophilie qui n’a rien à voir avec une quelconque passion pour le tricot. Une actrice a relancé cet amour particulier lorsque j’ai découvert ses films : Zeenat Aman.

600full-zeenat-amanZeenat Aman, héroïne du cinéma hindi des années 70-80-90. Elle restera un modèle et le symbole de la femme moderne dans le cinéma commercial indien en langue hindie.

Mais en revenant en enfance, je pense que Linda Carter et Wonderwoman a nécessairement joué aussi : alliance de la grâce féminine, du sex-appeal, de la femme forte qui s’assume.

Lynda-Carter-lynda-carter-33798971-1024-768Linda Carter, héröine de Wonderwoman

Phoebe Cates dans Gremlins a aussi joué dans la découverte du cinéma de divertissement. J’étais encore enfant et ce film m’effrayait autant qu’il m’amusait.

Phoebe-Cates-a75bcPhoebe Cates, héroïne de Gremlins sorti en 1984.

C’est probablement elle, Linda Carter  ma première héroïne féminine, suivie par l’héroïne ambigüe de la série V, Jane Badler qui jouait (dans sa tenue  rouge !) une femme reptile venue décimer les humains. Une héroïne négative au sens de la dramaturgie mais certainement aussi la première apparition et motif de l’accessoire vestimentaire capable de susciter de l’excitation mêlée de peur. Tout s’explique Doc. C’était aussi l’époque de la 5, des films interdits aux moins de 12 ans voire plus, passant Les jours et les nuits de China Blue avec Kathleen Turner (A la poursuite du diamant vert un de mes premiers souvenirs de cinéma vu en 1987 à la télé), Elvira. Bref les interdits qui naissent, avec l’envie évidemment de les contourner, quitte à regarder des films en cachette.

c5en4j77

Jane Balder dans la série V, série devenue culte.

Une autre héroïne suivie dans la prime adolescent, il est vrai antithèse capillaire cette fois-ci, dix ans plus tard avec la découverte du très bon Supergirl et de la craquante Helen Slater (qui joue aussi dans le film avec les cheveux noirs).

Supergirl-Image-9Super girl (1984)

Supergirl-1984-Helen-Slater-pic-5

Premier vrai choc esthétique en 1994, avec la découverte du cinéma d’Andrew Blake et ses égéries brunes, rousses et blondes. Les cheveux étaient à la fois longs et courts, raides ou bouclés. Et surtout le cinéaste filme avec un fétichisme débordant ce que sont les jeux érotiques lesbiens (même si dans ses premiers films le réalisateur mettait en scène des ébats hétéros) avec un sens du détail et une pudeur qui contraste totalement pour l’époque. Au fil des années, le cinéaste dont les films passent en boucle au club La Vie en Proost, a popularisé le style du porno chic, même si l’étiquette est avant tout journalistique. Son cinéma (réalisé en caméra avec pellicule argentique, même s’il semble être passé au HD ces derniers temps) s’est éloigné peu à peu des vignettes classiques pour se tourner puis s’orienter franchement vers un cinéma purement sensoriel, orienté BDSM et quasi exclusivement porté sur les relations femmes-femmes.

3361661903510_1_75

Raoul+Valve+Blond+and+Brunettes+Music+by+RAnita Blond, ici transformée en icône brunette dans Blond and Brunettes d’Andrew Blake (2002)

 

Deuxième choc en 1996 avec la découverte de Showgirls et de l’héroïne provocante Elizabeth Berkley. Elle n’était pas brune pourtant !

Mais ses cheveux bouclés, son minois espiègle, ses poses suggestives ont emporté mon adhésion (après deux visionnages).

showgirls-1995-02-g

Suivirent Amanda Langlet, Kate Middleton et Gemma Arterton

amanda-langlet-wallpaper_3140_16773

kate_middleton_ventre_ouv_leader

Gemma+Arterton++18

Et oui les brunes comptent pas pour des prunes

 

Verlaine en vers

Verlaine en vers dans Arts Amour13

Ce soir j’avais envie d’évoquer un de mes poèmes préférés. Un poème écrit par un poète français qui ne fut pas reconnu de son vivant, ou vraiment sur le tard, et qui a influencé les symbolistes et les décadentistes. Tout comme Apollinaire, auteur génial des Calligrammes et du pont Mirabeau

Ce poète c’est Paul Verlaine, et ce poème qui me tient à cœur, est celui intitulé Mon rêve familier. Replaçons brièvement dans le contexte de son écriture : en 1866, alors âgé de 22 ans, Paul Verlaine publie son premier recueil de poèmes intitulé Poèmes Saturniens. « Saturniens » en référence à Saturne et à une certaine forme de mélancolie, laissant deviner une admiration profonde pour Baudelaire. Les Poèmes Saturniens seront édités en 1866 à 491 exemplaires. L’histoire veut que vingt ans plus tard, le tirage n’ait pas été épuisé, ce qui signifie que du temps de parution originale il ne marqua pas son époque, même si des années plus tard, Verlaine sera reconnu de ses pairs et de ses héritiers littéraires comme « Le Prince des Poètes ».

A 22 ans, Verlaine n’avait pas encore rencontré le très jeune homme qui allait bouleverser sa vie à jamais, un jeune homme de Charleville-Mézières, nommé Rimbaud qui allait lui aussi révolutionner la poésie et la marquer d’une façon indélébile. Ce n’est qu’en septembre 1871, lorsque Rimbaud à 17 ans et Verlaine 27, que sur son invitation, Verlaine qui disait à son futur compagnon d’amour et d’amitié tumultueuses

« Venez, chère grande âme, on vous appelle, on vous attend « ,

Verlaine à Rimbaud, septembre 1871.

que les deux hommes allaient se rencontrer et vivre ensemble pendant deux ans jusqu’au drame de Bruxelles en juillet 1873 où Verlaine blessera légèrement Rimbaud d’un coup de pistolet et sera emprisonné.

Mon rêve familier est à mes yeux (et sans doute à beaucoup d’autres), un chef-d’œuvre de la poésie, et de la littérature. Mes vers préférés sont les premiers, perfection métrique, rimes et images se confondent et donnent une vie et un supplément d’âme formidable. Veraline écrit un sonnet qui a marqué profondément la littérature à venir. C’est aussi un poème sur le rêve, sur la fascination que peuvent exercer les femmes sur les hommes, sur le quotidien qui peut-être changé, bouleversé, sur les instants de grâce, d’émotion qui peuvent surgir, surtout quand on s’y attend le moins.

Le voici :

Mon rêve familier

 

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon cœur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? – Je l’ignore.
Son nom ? Je me souviens qu’il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L’inflexion des voix chères qui se sont tues.

Paul Verlaine, 1866, Poèmes Saturniens

12



Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...