Archive pour la Catégorie 'Egypte'

Sandy Star

Sandy Star dans Egypte sandy+color+festival

Avec un nom pareil, on pourrait penser que Sandy Star est une chanteuse américaine ou anglaise. En fait, elle est égyptienne, a 23 ans, et est raillée par une partie du monde politique de son pays, l’Egypte, qui depuis la chute de Moubarak est sous l’influence dogmatique et religieuse des Frères Musulmans. 

Dans son pays, la pratique de la danse (notamment la bellydance, les danseuses du ventre) est illicite vue par le prisme de certains intégristes. Danser est considéré comme l’œuvre du diable, y compris et malheureusement par d’anciennes stars du cinéma egyptien qui se sont reconverties en « ayatollahs » et renient ainsi un passé vécu sous les lumières des plateaux de cinéma.

Un cinéma qui par définition permettait aux spectateurs de s’évader d’un quotidien très ancré dans une dualité fondamentalisme/liberté individuelle de création. Il est important de revoir les films de Youssef Chahine, et notamment son merveilleux Silence, on tourne, un petit joyau.

Malgré son jeune âge, Sandy pose des questions intéressantes dans ses clips jugés provocants voire même pornographiques par des avocats égyptiens qui en demandent l’interdiction pure et simple à l’écran. C’est donc dans un autre pays, de langue arabe lui aussi, mais où une communauté chrétienne est bien plus présente, que la musique de Sandy Star s’exporte : au Liban.

A l’instar de Ruby, une autre chanteuse égyptienne qui refuse de porter le voile, de changer les paroles de ses chansons, Sandy Star incarne une autre vision de l’art égyptien, dans un pays où danser peut être considéré comme criminel et où la musique a une portée extrêmement symbolique. En allant tourner aux Etats-Unis son clip, Sandy fait rêver une jeunesse égyptienne d’un possible ailleurs, d’un autre eldorado, même si on peut rester critique vis à vis de certaines positions des Etats-Unis. En tout cas il est amusant de voir une langue s’exporter dans un pays occidental, à des milliers de kilomètres de celui de la chanteuse.

Mine de rien, ou plutôt parce qu’elles chantent aussi et pour l’essentiel dans leur langue maternelle, l’arabe, chez elles, Sandy Star et Ruby se réapproprient un espace majoritairement masculin, et metttent en avant une forme de féminisme qui passe par l’émancipation sociale, culturelle, économique, politique de la femme.  Leur investissement personnel est une marque d’indépendance. 

Même si leur musique est différente, Sandy Star, Ruby et Wetrobots participent de ce mouvement de la jeunesse égyptienne à aspirer à quelque chose d’autre, de différent,  une forme de liberté, dans la création artistique, par la danse justement, le chant aussi, deux des activités artistiques les plus nobles qui soient,  celles là même qui expriment par la voix et le mouvement corporel une liberté morale et sociale. Le combat continue !

Image de prévisualisation YouTube

Helwa Gedan

Son album en intégralité ici

La superbe chanteuse Ruby dans  quelques uns de ses clips jugés scandaleux, anti-islam et donc vilipendés.

Image de prévisualisation YouTube

Ghawy

Image de prévisualisation YouTube

Eb’a Abelny

Image de prévisualisation YouTube

Enta Aaref Leih

 

Donia Samir Ghanem

Donia Samir Ghanem dans Egypte _Donia_Samir_Ghanem_second_song_fbook_2

La musique contemporaine égyptienne c’est celle qui s’invite dans les clubs à l’image de Wetrobots, un excellent groupe de musique électro. Mais c’est aussi la belle Donia Samir Ghanem et son album Wa7da tanya 5ales. Voici un extrait de ce disque pop et frais, bercé par de belles mélodies accessibles et universelles.

Image de prévisualisation YouTube

El Wad El Lou

A noter que l’album est en écoute sur son site officiel.

 

Wetrobots : l’électro égyptienne

Wetrobots : l'électro égyptienne dans Egypte WB%20@%20Maluk

On entend peu parler de l’électro égyptienne. C’est par conséquent l’occasion de le faire en évoquant un trio égyptien qui rencontre certaines difficultés pour pouvoir s’exprimer artistiquement mais dont la visibilité pourrait connaître un tout nouveau impact grâce à un article de Tracks, l’émission d’Arte qui lui a consacré un article.

Le trio vit de sa passion et la communique via une musique abrasive, salvatrice en ces temps où la liberté d’expression n’est pas toujours garantie par les instances dirigeantes (y compris en France) dans un climat social tendu où une manif anti-IVG s’organise en plein Paris rappelant aux heures les moins heureuses.

 dans Egypte

C’est avec l’électro que ce trio de jeunes artistes talentueux a choisi de s’exprimer. Un style abrupt, accrocheur avec des basses imposantes et un chant féminin enveloppant. Outre Disco Me, vous pouvez écouter Bang&Blow ci-dessous.

La scène électro française est riche, encensée par exemple l’année dernière avec le dernier opus de Gesaffelstein, mais aussi Lescop ou AVsinger. Celle de l’Egypte ne demande qu’à se frayer un chemin en France. Je ne peux que l’encourager…

Image de prévisualisation YouTube

Disco Me

Image de prévisualisation YouTube

Bang & Blow

Image de prévisualisation YouTube

Live

 

 




Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...