Archive pour la Catégorie 'Estonie'

Page 2 sur 2

L’estonienne Astra

null

Il arrive que l’on écoute une artiste, Astra puisqu’il s’agit d’elle, en se disant que certaines chansons ne fonctionnent pas même s’il s’agit d’un genre que l’on peut aimer/affectionner (en l’occurrence la dance, l’eurodance), se dire qu’il y a mieux à côté, par exemple Getter Jaani, qui a participé à l’Eurovision où elle a interprété un titre Rockfeller qui s’est retrouvé dans le bas du classement ou Ida Ines Etti et puis après des écoutes de singles et de reprises, tomber sur un morceau non pas stupéfiant mais très entraînant et pour le coup beaucoup plus réussi que les autres.

C’est le cas pour moi avec le titre Jooksen Kui Too. Cela vient sans doute du fait que cette chanson me rappelle un peu ce que faisait Najoua Belyzel il y a déjà quelques années lorsqu’elle sortait son single Gabriel et d’autres des chansons de son premier album qui rencontra un certain succès en France. Le second fut un échec commercial et depuis elle a rompu son contrat avec Scorpio Music pour créer son propre label. Elle est en train de préparer un nouveau disque ce dont les médias français parlent peu voire pas, comme si elle avait pour eux disparu des écrans radars de la pop française.

Image de prévisualisation YouTube

Jooksen Kui Tuul

D’autres titres de la chanteuse (même si ces titres sont moins bons, ils permettent de prendre le pouls, celui de l’Estonie et de sa vie noctambule)

Image de prévisualisation YouTube

Hei DJ

Image de prévisualisation YouTube

Vaata Eete

Image de prévisualisation YouTube

O si Nene

Et la chanteuse a même repris un morceau très connu du groupe roumain DJ Project

La version de Astra

Image de prévisualisation YouTube

La version originale

Image de prévisualisation YouTube

Lacrimi de inger

 

Renate Saluste (Estonie)

Renate Saluste (Estonie) dans Estonie naerune

En écumant les liens des chaines Youtube, je parviens à trouver quelques vidéos des productions musicales estoniennes, mais elles sont finalement moins nombreuses que celles de la Lituanie (pays dans lequel les groupes de filles sont toujours très populaires) ou de la Lettonie, les pays voisins et baltes, même si là encore il n’y a pas non plus une pléthore de chansons qui sortent chaque mois.

Les deux artistes qui m’ont séduit ces derniers mois sont Eda-Inès Etti et Geeter Jani. Si la première n’a pas participé à l’Eurovision, la seconde elle en revanche l’a fait, puis est retournée produire des disques en Estonie son pays natal. Elle a sorti un single que j’adore intitulé Grammofon.

Ce sujet me permet d’évoquer une autre star estonienne nommée Renate Saluste, inconnue en France, et c’est dommage. Par certains aspects elle me rappelle une autre star, lituanienne quant à elle : Eglé Jakstytè. Le même genre de petite brunette aux charmes piquants.

Commençons par un léger aparté à propos de Ketlin Sulli qui ne passe pas par quatre chemins quand il s’agit d’aborder la dance : son style musical et surtout le son qu’elle produit, tout particulièrement sur son plus récent single Mind Pole Siin nous ramène tout droit vingt ans en arrière, vers 1993-1994 quand déferlait sur l’Europe, y compris en France la vague de l’Eurodance. On est à la limite de la techno et ça va très vite, avec une rythmique basée sur des basses énormes. Qui peuvent légitimement saouler l’auditeur après quelque secondes. C’est une musique frontale.

Image de prévisualisation YouTube

Je lui préfère ce que fait Renate Saluste pour en revenir à elle avec Teispoolsuseest

Image de prévisualisation YouTube

Luupainaja

Image de prévisualisation YouTube

Põlen Seest

Image de prévisualisation YouTube

Ou encore Yabb

Image de prévisualisation YouTube

Et Stiihia

Image de prévisualisation YouTube

La jeune artiste tient un blog, sur lequel on peut écouter certains des morceaux de son disque

Elle était même l’invitée d’une émission estonienne le 03 juin

Image de prévisualisation YouTube

Curieusement il n’y a pas encore eu de clip vidéo tourné d’une de ses chansons.

 

 

 

Getter Jaani (Estonie)

Getter Jaani (Estonie) dans Estonie Getter+Jaani+z_1ef13065+1

Getter Jaani est une quasi inconnue en France. Quasi, parce qu’en participant en 2011 à l’Eurovision, elle a pu attirer l’œil des spectateurs. Le mien en tout cas. Elle est venue à Düsseldorf chanter son titre Rockefeller Street. Elle n’a pas forcément laissé un souvenir impérissable puisque le titre est arrivé dans les dernières places, mais j’ai aimé l’énergie de la chanteuse. Et son titre était je trouve vraiment pas mal.

Image de prévisualisation YouTube

Eurovision 2011

Getter Jaani est loin d’être une chanteuse débutante en Estonie où elle s’est faite remarquer avec quelques chansons qui ont connu un écho plus que favorable. Elle a chanté en anglais mais aussi en estonien.

Elle a interprété ces titres

Image de prévisualisation YouTube

Saladus

Image de prévisualisation YouTube

Me Kõik Jääme Vanaks

Image de prévisualisation YouTube

Robot

Image de prévisualisation YouTube

Parim Païev

J’aime beaucoup son nœud papillon et sa robe blanche sur laquelle ont été dessinées des notes de musique.

Image de prévisualisation YouTube

Grammofon

 

Mia/Soap&Skin : reprises

Mia/Soap&Skin : reprises dans Estonie 747395_83377_mia_joulusoov

Je ne pensais pas écouter un jour une reprise en estonien du tube de Foreigner, sorti en 1984 et qui connut un succès international. Mariah Carey y alla même de sa reprise. Et voilà donc qu’une jeune estonienne reprend ce titre.

Voici son interprétation, piano et voix uniquement. En estonien le titre original devient Ma Than Tunda

Image de prévisualisation YouTube

La version originale

Image de prévisualisation YouTube

I want to know what love is

Ce n’est pas le seul titre qu’elle ait enregistré, puisqu’elle a sorti entre autres, les singles Endaale

Image de prévisualisation YouTube

et

Bon voyage (en français dans le texte)

Image de prévisualisation YouTube

 

mia-retol dans Estonie

Dans le registre de la reprise, celle ci-dessous, signée Soap&Skin est, je trouve, la plus belle de l’année. La reprise commence lentement pendant une minute avant d’atteindre une autre dimension à partir de 1min 18′s. On peut louer l’effort non seulement d’interprétation (le titre prend une toute autre forme sous l’arrangement violons/piano/voix, donc sans batterie) et surtout l’effort pour s’accaparer le texte en français de la part d’une autrichienne qui ici reprend le texte tel quel et le transcende. L’album de Soap&Skin est très loin d’être facile d’accès. C’est un disque très âpre, noir comme l’ébène, mélancolique, qui parle de la perte d’êtres chers. Je pense que Desireless, si elle connaîssait cette reprise l’apprécierait.

Image de prévisualisation YouTube

Voyage, Voyage

Eda-Ines Etti : l’Estonie à l’honneur

Eda-Ines Etti : l'Estonie à l'honneur dans Estonie 1340757191947_originaal

Une découverte très tardive, mieux vaut tard que jamais, avec Eda-Ines Etti. Je ne me souvenais plus de sa prestation en 2000 à l’Eurovision où elle était pourtant arrivée à la quatrième place. Plus de dix ans plus tard, je découvre cette artiste estonienne aux étonnants faux airs d’Olivia Wilde.

 dans Estonie

Mèche brune, élancée, yeux de velours aux reflets azur, nez aquilin, voix envoûtante, charme incroyable. Eda-Ines Etti est un coup de coeur. Elle aurait pu être mannequin. Elle s’est tournée vers la chanson avec un grand succès, puisqu’elle est très populaire en Estonie et dans les pays baltes plus généralement. En revisionnant des vidéos Youtube de chanteuses tatares, je suis arrivé sur la page en lien d’Eda. Un cheminement qui permet de mettre en lumière une musique douce et généreuse, chantée principalement (j’y suis très attaché) dans la langue d’origine de l’artiste, même si son premier disque est en anglais. 

Entre Here for love et Kiusatus, dix ans de carrière, une quarantaine de morceaux, et pour certains, des petits chefs-d’oeuvre.

C’est en 2000 qu’elle accède à la notoriété grâce à l’Eurovision

Image de prévisualisation YouTube

Le plus amusant dans l’histoire c’est que ce premier titre n’est pas son meilleur, loin de là. Il y a un côté festif, mais aussi un côté bridé, très stéréotypé, et la chanson en elle-même est loin d’être inoubliable.

En comparaison le vainqueur de 1999, l’année précédente est plus énergique, et parfaitement taillé pour le succès. C’est Charlotte Nilsson qui interprétait Take me to your heaven, avec un son de piano très influencé par le son ABBA 

Image de prévisualisation YouTube

Eda-Ines Etti fera bien mieux par la suite.

Avec Iseendale en 2006

Image de prévisualisation YouTube

En 2008 avec Kus Kulgeb Kuu

Image de prévisualisation YouTube

Elle livre ensuite une performance assez exquise avec Keerlen, au son de guitare saturé, un morceau beaucoup plus rock, et une captation voix excellente. L’estonienne atteint son premier sommet.

Image de prévisualisation YouTube

Elle est très convaincante, davantage à fleur de peau, l’acoustique aidant avec le petit chef-d’oeuvre  Ükskord extrait de l’album Kass Kuled Mind

http://www.dailymotion.com/video/xbnm5e

Image de prévisualisation YouTube

Le titre Aratatud Hing

Image de prévisualisation YouTube

Deux ans plus tard, en 2011 elle sort Tule Tule sur le disque Kiusatus

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

12



Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...