Archive pour la Catégorie 'Pologne'

Page 5 sur 9

L’artiste polonaise Shine

L'artiste polonaise Shine dans Pologne Shine-Lazurowe-wybrzeze-TELEDYSK-039

L’artiste polonaise Shine (de son vrai nom Aleksandra Dąbrowska ) est une artiste que je suis depuis ses débuts en 2011. J’ai immédiatement accroché à son style, à son sourire et à son enthousiasme. Lumineuse, elle éclaire la scène dès qu’elle y pénètre. Son côté juvénile lui donne des allures d’éternelle adolescente sur laquelle le temps n’aurait pas d’emprise.

En 2011 alors que je regardais des vidéos d’autres artistes polonaises, j’ai cliqué sur le lien nommé Kuszą Was sorti en vidéo début 2012 mais dispo sur Internet dès fin 2011.  Ce fut une petite révélation. Shine fut en quelque sorte la pionnière d’une lignée de jeunes artistes qui allaient faire les beaux jours de la pop  polonaise du début des années 2010.

1373672370_ejze20 dans Pologne

A ses côtés, on trouve Ewa Farna, Kazia Gomola, Ewa Kryza, Ewelina Wisoswka, Aleksandra Pęczek, Marta Podulka, Patty  Ania Frontzcak ou encore la nouvelle venue Pamela qui a lancé son premier clip (dans lequel après avoir flirté sur la piste de danse elle repart aux bras d’une fille et non d’un mec). Bref des stars montantes ou confirmées qui contribuent au rayonnement de la musique polonaise en Europe, surtout dans la pop féminine. Parce qu’il y a aussi des duos et des groupes comme Mirage et Basta qui font partie de cette scène musicale mais auxquels je suis beaucoup moins sensible.

shine2

Shine a un minois charmant, une belle voix, des cheveux attachés en queue de cheval ou plus récemment avec une frange,  des mèches blondes,  et une attitude positive (non il ne s’agit pas d’un hommage déguisé à Lorie). Elle fait beaucoup de scènes en Pologne, se produit lors des concerts estivaux, de Varsovie à Łódź. Elle fut l’une de mes premières inspirations sur le blog, car j’en avais parlé en septembre 2012.

Comme j’aime écouter les premiers essais des artistes que je découvre et que je suis ensuite avec le plus de fidélité possible (car il m’arrive aussi d’être très déçu par un titre, et dans le cas de Shine je n’accroche pas vraiment à ses trois premières chansons, même si ça change à partir de Nie Odmawiaj et que les choses prennent un tout autre tournant à partir de Nasz DJ son premier titre génial pour lequel j’aurais d’ailleurs adoré un clip), j’avais exploré les liens musicaux pour connaître ses galons d’essais. Un peu comme Jula Fabiszewska

Image de prévisualisation YouTube

Ślad

Dans ses clips, Shine apparaît souvent avec un maquillage pensé (celui autour de son oeil droit dans Ezjé Ezjé, celui plus sophistiqué de Kuszą Was), un visuel travaillé, et une musique entraînante, très largement sur une tonalité et un tempo dance, mais j’aime ce genre et j’aime ce qu’elle fait de ce genre. Le rendre populaire et accessible. Si elle tourne beaucoup en Pologne, en attendant la sortie officielle de son premier album, elle se fait rare voire invisible dans les autres pays proches, y compris, et malheureusement en France.

Ola-Kto-Ty-jestes

En sortant son nouveau single et clip il y a une semaine, Shine fait d’autant plus saliver ses fans qu’il n’y a pas d’annonce officielle pour le moment d’un disque. Je suis néanmoins surpris de voir, après avoir recherché, qu’aucun média ou blog spécialisé dans la pop n’ait encore parlé de ce nouveau titre. En fait le seul média qui ait parlé de la sortie d’un nouveau single de Shine c’est un média polonais

Il y a quelque chose aussi qu’il faut souligner, même si ça peut paraître secondaire, c’est le fait que Shine depuis ses débuts soit toujours restée fidèle à sa petite troupe de danseuses. On les remarque depuis les débuts et on les retrouve encore aujourd’hui dans les clips comme sur scène.

1240098_664898526853961_628234400_n

Le clip de Lazurowe wybrzeże

Image de prévisualisation YouTube


Son site est assez rudimentaire, on y retrouve cependant ses clips et photos. Son Facebook est très régulièrement actualisé.

Voici ses clips et ses chansons depuis 2011, dans l’ordre chronologique

Image de prévisualisation YouTube

Zapomnij

Image de prévisualisation YouTube

Jak odejść mam

Image de prévisualisation YouTube

Oddam Ci Wszystko

Image de prévisualisation YouTube

Nie Odmawiaj

Image de prévisualisation YouTube

Nasz DJ

Image de prévisualisation YouTube

Nie budźmy się

 Image de prévisualisation YouTube

Ejzé Ejzé

Image de prévisualisation YouTube

Kuszą was

Image de prévisualisation YouTube

Poczuj to!

Image de prévisualisation YouTube

Kto ty jesteś ?

En concerts et en interviews

Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Jesika Pietak

Jesika Pietak dans Pologne d2272041

Il pourrait y avoir quelques raisons pour ne pas aimer ce que fait musicalement Jesika Piętak, une musicienne polonaise. D’abord la relative désynchronisation sur le titre Bo nikt (qui me rappelle The Power of Love par Céline Dion, en particulier celle de ses danseuses qui dansent dans une relative obscurité, à l’arrière-plan, derrière elle. Le fait que sa musique soit du disco polo, un genre musical passé en désuétude dans certains pays européens, influencé par la vague eurodance des années 90 et qui peut avoir ses détracteurs. Par le fait aussi que sa musique puisse être considérée comme trop légère, pas assez sérieuse, etc.

Sauf que, pour moi, il y a d’autres éléments qui me font l’apprécier : elle est polonaise, et je trouve irrésistible l’accent polonais, en particulier lorsqu’il est prononcé par une polonaise qui s’exprime en français (j’en connais). C’est un charme auquel je suis sensible. J’aime la façon dont cette Jesika Piętak vit sa musique : avec une insouciance que certains de nos artistes semblent avoir oublié ou qu’ils refusent de laisser transparaître dans leur musique. Certains artistes se prennent très au sérieux et pensent révolutionner la musique, au risque de perdre leur spontanéité, ce qui est exactement ce que j’aime chez cette chanteuse polonaise.

jesika-d dans Pologne

J’aime les imperfections, les petits ratés, les choses pas tout à fait achevées, celle qui étaient sur le point de l’être et dont l’imperfection est d’autant plus touchante. Il y a un peu de cela dans sa musique, comme des notes qui semblent parfois être chantées trop haut ou l’inverse, des erreurs techniques dans le placement. La Pologne est derrière Jesika Piętak. A la rigueur la seule chose que je n’aime vraiment pas, c’est son prénom. J’ai toujours eu du mal avec le prénom Jessica. Mais c’est vraiment un détail mineur. Et je reste convaincu d’une chose :  il est souvent important de se divertir avec des chansons simples. C’est même pour moi la définition de la pop.

Image de prévisualisation YouTube

Bo Nikt

Image de prévisualisation YouTube

Odległość dzieli nas

Image de prévisualisation YouTube

 Chwytaj chwile

Jula Fabiszewska / Nouveau single

Jula Fabiszewska / Nouveau single dans Pologne 0001SE1YLUGQBG9Y-C116

J’ai eu l’occasion d’évoquer le nom de Jula Fabiszewska au moins trois fois sur ce blog, d’une part parce qu’il s’est avéré qu’elle a été pour moi une révélation musicale l’année dernière, et surtout parce que j’avais fait de son premier album, signé à 21 ans, Na Krawedzi mon album préféré de 2012. J’ai un amour non pas exclusif mais particulier pour la musique polonaise, sa pop, son rock surtout quand il est conjugué au féminin, et ce pays. Quelques unes des plus belles chansons que j’ai écoutées ces dernières années sont originaires du pays de Lech Walesa.

1003358_708386895854294_771660248_n dans Pologne

J’ai immédiatement accroché au style, à la voix et à la beauté incandescente de cette jeune femme. J’ai eu ce que l’on appelle un coup de cœur. Jula Fabiszewska a sorti trois singles en 2012 pour accompagner son premier album. Trois singles qui font la part belle à des instruments mis en avant comme la guitare électrique, la basse et la batterie. A une époque où l’autotune fait parfois des siennes (et des ravages vu les interprétations en live), c’est plaisant d’entendre un son plus naturel. D’autant que le clip de Nie Zatrzymasz Mnie était teinté de cette humour noir et de cette ironie dont les polonais peuvent faire preuve (comme dans Le Décalogue de Kieslowski). De la nouvelle vague qui a émergé, avec Ewa Farna, Kazia Gomola, Ewa Kryza, Ewelina Wisoswka, Aleksandra Pęczek, Marta Podulka, Patty et Ania Frontzcak, c’est ma préférée. Une petite remarque d’ailleurs : la plupart de ces artistes sinon toutes chantent en polonais, et bien qu’il y ait des versions anglaises de leurs titres, leurs chansons s’exportent dans leur langue maternelle.

header

Image de prévisualisation YouTube

Za każdym razem

Image de prévisualisation YouTube

Nie Zatrzymasz Mnie

Image de prévisualisation YouTube

Kiedyś odnajdziemy siebie

Quand on voit en France le nombre d’artistes qui font du hip-hop, du r’n'b, contre lesquels je n’ai rien, mais j’aime aussi entendre d’autres choses, Jula fait partie de celles qui ont opté pour un son pop/rock dès les débuts, ce qui peut-être ne marcherait pas dans l’hexagone (elle y reste quasiment inconnue) fait un carton en Pologne, où elle vient de remporter un trophée Eska aux Eska Awards.

julita-fabiszewska-jula-29004_l

Jula Fabiszewska recevant une récompense bien méritée

uid_67a1a1bb5745930fdad3a9604e8414eb1344618040822_width_603_play_0_pos_3_gs_0Une dédicace

Il n’est pour l’heure actuelle pas donné de date pour son nouvel album, j’espère qu’elle ne va pas se précipiter et que ce nouveau single n’est qu’une mise en bouche (délicieuse) avant un disque pour 2014. Pour l’anecdote Jula Fabiszewska et Nelly Furtado se sont croisées et ont posé ensemble il y a quelques jours.

46925_705932676099716_713777004_nJula Fabiszewska et Nelly Furtado

Le nouveau single de Jula :

Image de prévisualisation YouTube

Slad

Et cette bonne nouvelle d’un nouveau single de Jula n’arrive pas seule, Ewa Farna a aussi promu le sien.

Image de prévisualisation YouTube

Slad

 

 

La pole dance descend dans la rue en Pologne

La pole dance descend dans la rue en Pologne dans Actualités 190040_0

Pour moi qui revient d’Amsterdam et du club La Vie en Proost où cette discipline est devenue un art lié à la sensualité et à l’érotisme, cet article de l’Express lu ce matin m’a donné le sourire.

 dans Pologne

J’ai toujours considéré la Pole Dance comme un art et ressenti de l’admiration pour ces femmes qui s’y adonnent, comme un mode d’expression artistique, et aussi comme un sport qui se pratique en club, dans des écoles spécialisées et même chez soi. Elle demande agilité, sensualité, souplesse et certaines des filles que j’ai vu la pratiquer, parvenaient à faire fusionner les mouvements artistiques à une science aiguisée du spectacle. Il y a quelques jours, j’ai rencontré une jeune femme qui avait les mêmes traits de visage que ceux d’Elizabeth Berkley dans Showgirls.

Elle s’appelle Ivy (nom de scène). Même coiffure et physique (cheveux frisés blonds tirants vers l’auburn, rouge à lèvres pimpant, regard espiègle, gestes malicieux). Elle a tout donné lors de ses représentations, et hasard de la programmation (?), elle a dansé, habillée en robe rouge fendue sur le tube Lady in Red de Chris de Burgh, dont je reprends ici quelques paroles célèbres. Je n’en croyais pas mes yeux et mes oreilles. Le plus amusant, c’est qu’accoudée à la table du bar, alors qu’elle attendait de monter sur scène pour effectuer ses danses, elle paraissait très sage, presque timide, et qu’une fois dans son univers, elle changea complètement et montra un visage tout autre : dynamique, sensuel, galvanisant.

Image de prévisualisation YouTube

I have never seen that dress you’re wearing
Or the highlights in your head that catch your eyes I have been blind
The lady in red is dancing with me cheek to cheek
There’s nobody here, it’s just you and me, It’s where I wanna be
But I hardly know this beauty by my side
I’ll never for get, the way you look tonight

I’ve never seen you looking so gorgeous as you did tonight
I’ve never seen you shine so bright you were amazing
I’ve never seen so many people want to be there by your side
And when you turned to me and smiled, It took my breath away
I have never had such a feeling
Such a feeling of complete and utter love, as I do tonight

Lady in Red, Chris de Burgh, 1986

L’autre spécialiste du pole dance, même si elle se tourne désormais davantage vers le show burlesque, c’est la rafraîchissante, délicate et intelligente Victoria Romanova

Anastasia Shukhtorova est elle aussi reconnue mondialement pour ses performances. La voici dans une de ses représentations

Image de prévisualisation YouTube

Impossible de ne pas citer Dirdy Birdy, probablement l’une des plus grandes artistes de cet art qui allie grâce et agilité.

dirdybirdy

Dirty Birdy

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Les jeunes femmes polonaises font donc descendre dans la rue cet art (c’en est un même s’il a ses détracteurs) et le moins que l’on puisse dire c’est que cela ne laisse indifférent ni les passant(e)s, ni les automobilistes, ce qui crée parfois quelques embouteillages. Des dames d’un certain âge les félicitent, tandis que les garçons savourent ces instants éloignés un temps du quotidien pour offrir quelques moments de détente et de plaisir. Cette discipline va-t-elle enfin bénéficier d’une nouvelle aura alors qu’elle fut associée bien longtemps à de l’érotisme bas étage voire à de la vulgarité ? Je l’espère.

Image de prévisualisation YouTube

Note : La pole Dance en elle-même est à différencier du lapdance, qui consiste en une danse érotique, pratiquée entre une danseuse professionnelle et un(e) client(e). La lapdance se pratique soit avec un sous-vêtement (soutien-gorge, petite culotte) ou en mini-jupe/robe, ou alors complètement nue. Dans La Vie en Proost, elle s’adresse autant aux hommes qu’aux femmes.

 

 

Singles polonais pour la fin Mai

Singles polonais pour la fin Mai dans Pologne Marta+Podulka+IMG_7798a+Medium

Je viens d’écouter le nouveau single de Kasia Gomoła et je découvre qu’elle n’en est donc pas restée à un seul titre, lequel fut révélé l’année dernière. Sa carrière est donc bien lancée et elle ne restera pas la chanteuse d’un seul titre. Sa chanson Jak Chcesz ressemble à ce que fait Jula Fabiszewska, et c’est loin de me déplaire.

Image de prévisualisation YouTube

Jak Chcesz

Patrycja Markowska elle s’illustre de nouveau avec Dzien Za Dniem

Image de prévisualisation YouTube

Même si je n’aime pas son morceau, j’en avais cependant parlé il y a une semaine, à l’annonce de la bande-annonce du clip, en l’occurrence celui de Przerywam Sen, signé Patricia Kazadi

Image de prévisualisation YouTube

Je préfère la chanson de Marta Podulka

Image de prévisualisation YouTube

Nieodkryty ląd

Ou celle d’Aleksandra Pęczek

Image de prévisualisation YouTube

Nieosiągalny

Stahska a également sorti son tout nouveau single et le clip coloré qu’elle promeut. C’est une sorte de reggae polonais. J’aime beaucoup.

Image de prévisualisation YouTube

Na skraj świata


 

1...34567...9



Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...