Archive pour la Catégorie 'Top cinéma 2014'

Top cinéma 2014

Top cinéma 2014 dans Top cinéma 2014 gerontophilia-26-03-2014-4-g

Si 2014 fut une année musicale riche elle le fut moins du côté du cinéma. La faute sans doute à une grande standardisation du blockbuster américain, même s’il y a des exceptions, avec un film comme X-Men marqué par l’empreinte et la patte de son réalisateur.C’est assez ambivalent en fait car autant j’ai aimé X-men, Non Stop, autant pas du tout Les Gardiens de la Galaxie et Godzilla.

2014 fut une petite année pour le ciné en comparaison avec 2013 durant laquelle sortirent La Vie d’Adèle et Blanca Nieves deux parmi les plus singulières représentations du portrait féminin (double chez Kechiche, influencé par le cinéma muet pour Berger) contemporain sur grand écran. Et Le Loup de Wall Street, un opéra grandiose sur les années 80 signé Scorsese.

Cela dit, il arrive qu’un film fasse oublier tout le reste tant il a pu marquer. Pas d’énormes coups de coeur en 2014 comme c’était le cas l’année dernière mais tout de même 10 films qui se distinguent, certains avec des imperfections, c’est bien normal, d’autres avec des qualités manifestes.

Top 10

 1) Gerontophilia (Bruce LaBruce)

gerontophilia dans Top cinéma 2014

Le film le plus simple de  Bruce LaBruce est aussi son plus beau et touchant. Loin de l’image de No Skin off my ass, du portrait de prostitué masculin sur Sunset Boulevard dans Hustler White (inspiré par le film original de Wilder) ou du zombie, Bruce LaBruce filme les amours entre un jeune infirmier qui se découvre une attirance pour les vieux garçons et un septuagénaire. La découverte (sublime) de Pier-Gabriel Lajoie qui fit la couv’ de Têtu, doit beaucoup au film, lequel est aussi porté par le regard bienveillant, empathique de Walter Borden. Un road-movie sensible. Une petite remarque : dommage que ce film, à l’instar du superbe L’inconnu du lac, ne soit pas sorti en Blu-ray, support auquel il avait légitimement le droit.

Image de prévisualisation YouTube

2) Dragons 2 (Dean DeBlois)

8-Dragons-2_zps66f8930f

Dean DeBlois reprend les mêmes personnages et se renouvelle sur le plan technique et celui de la description des personnages. Le difficile apprentissage au rôle de chef de village d’un jeune garçon qui est à la fois amoureux tout en devant trouver le bon compromis entre l’amour porté aux siens et un statut qu’il a du mal à accepter. La 3D est franchement spectaculaire, mais le spectacle ne rechigne pas non plus à dresser le portrait intimiste d’une famille qui s’agrandit

Image de prévisualisation YouTube

3) Maléfique (Robert Stromberg)

Angelina-Jolie-Mon-costume-de-Malefique-a-fait-pleurer-mes-enfants_portrait_w674

Une relecture pervertie au niveau du script du conte de La Belle au bois dormant et surtout une vraie proposition de conte de fées dans le cinéma moderne ce qui devient de plus en plus rare. La beauté des décors, la délicatesse de la mise en scène et surtout la présence magnétique (mais pas dévorante) d’Angelina Jolie dans l’un des rôles féminins de l’année en font un très bon film pour adultes et enfants, dans lequel se glisse une petite touche saphique qui est loin d’être innocente.

Image de prévisualisation YouTube

4) Supercondriaque (Dany Boon)

supercondriaque-26-02-2014-10-g

Aucune honte à dire que j’ai beaucoup aimé cette comédie. Bien plus que Les Gazelles (que j’ai détesté), Jamais le premier soir (sympa mais très oubliable) et autant que 20 ans d’écart, La Stratégie de la poussette (qui s’est pourtant fait démolir à sa sortie). Dany Boon s’amuse à tirer l’exercice du comique de répétition dans ses retranchements avec comme leitmotiv l’hypocondrie et surtout la fausse usurpation d’identité. Certains trouveront cela loin d’être fin, je ne crois pas que ce soit le but premier de l’entreprise, mais j’ai souvent ri devant les facéties élastiques du comédien/réalisateur qui m’a semblé plus inspiré que sur son film précédent. Et Alice Pol est absolument craquante.

Image de prévisualisation YouTube

5 ) The Amazing Spider-Man, le destin d’un super héros (Marc Webb)

The-Amazing-Spider-Man-2-Photo-Electro-vs-Spidey

Un peu moins réussi que le premier volet des nouvelles aventures, ce chapitre développe néanmoins toujours les relations au sein de la famille de Parker. Andrew Garfield a toujours quelque chose de touchant dans sa gaucherie, Emma Stone a un petit quelque chose dans son interprétation qui la rend aussi séduisante. Même si le film ne peut s’empêcher d’user de punchlines (mais pas aussi nombreuses que Les Gardiens de la Galaxie qui m’a fait décrocher au bout de 45 minutes), y compris lors de moments cruciaux d’action qui pourraient très bien s’en passer, il a un petit côté sombre, notamment son final.

Image de prévisualisation YouTube

6) Non Stop (Jaume Collet Serra)

Non-Stop-2014

C’est un peu Taken 1 et 2 dans un avion, mais la réalisation très carrée, le script sans temps mort et la tension continue en font un blockbuster d’action moins décérébré qu’il n’y paraît sur le papier. C’est très efficace et Liam Neeson s’amuse décidément beaucoup dans ce genre de rôle taillé sur mesure, avec son visage buriné, sa fausse lassitude et cette façon particulière de dédramatiser tout en paraissant toujours sérieux. Du divertissement solide.

Image de prévisualisation YouTube

7) X-Men, Days of future past (Bryan Singer)

x_men_days_of_future_past_2

Pas aussi puissant que les deux premiers volets (qui distillaient aussi un questionnement intelligent sur la représentation des super-héros et la question de l’homosexualité), ce quatrième volet est tout de même bien meilleur à mes yeux que le troisième complètement décousu. Dommage que l’intro soit presque trop brillante par rapport au reste, tant elle dynamise l’espace et l’utilisation des SFX. Un bon épisode qui aurait peut-être gagné à être un peu raccourci.

Image de prévisualisation YouTube

8) Edge of tomorrow (Doug Liman)

Edge-of-Tomorrow

Dommage que le procédé finisse par devenir répétitif au bout de quarante minutes, car il y a un potentiel de départ très bien exploité par Doug Liman (dont j’aime beaucoup le film Go). Le plus intéressant est de voir Tom Cruise dans un rôle qu’il n’aurait sans doute jamais accepté il y a de cela vingt cinq ans, en trouillard embarqué malgré lui dans un conflit qui le dépasse. Très bon rendu HD en 3D d’un film qui se veut avant tout spectaculaire.

Image de prévisualisation YouTube

9) Pompéi (Paul W  SAnderson)

download-pompeii-2014-movie-hd-widescreen-wallpaper

Malgré de longues plages de bavardages en début de film, ce long-métrage du réalisateur de Resident Evil tend tout entier vers les 30 dernières minutes de spectacle, suites ininterrompues de destruction massive et joie quasi enfantine de détruire le décor comme s’il s’agissait de la dernière occasion de le faire. Très classique mais assez amusant quand il croque la ville entière.

Image de prévisualisation YouTube

10) 3 days to kill (McG)

3DaysToKill-Poster

Pas le meilleur film de McG loin de là (ses premiers Charlie’s Angels étaient formidables), même si ces dernières années il a eu tendance à se répéter et à ne plus offrir d’action vraiment pétaradante et stylisée, mais un film qui privilégie d’abord l’action (en intro) avant de développer l’histoire d’une relation compliquée entre un père et sa fille, fille qui n’a quasiment jamais vu.

 Image de prévisualisation YouTube

 




Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...