• Accueil
  • > Recherche : anita gorbicz

Résultat pour la recherche 'anita gorbicz'

[Hand] Rio 2016 : les Bleues en finale

Afficher l'image d'origine

Elles y sont. Elles ? Les bleues. Celles de l’équipe de handball féminin emmenées par Allison Pineau et son numéro 7, avant-centre élue meilleure joueuse du monde il y a quelques années et qui aujourd’hui (enfin demain) se retrouveront face à la Russie pour la première finale olympique de leur histoire. Oui, je me suis dit (et n’étais pas le seul) que cela allait être très compliqué contre l’Espagne en milieu de seconde période, quand l’avantage était de + 7 pour les ibériques.

Image de prévisualisation YouTube

Mais les françaises (sans doute repoussées dans leurs retranchements à la pause dans les vestiaires par Siraba Dembélé, la même qui avait piqué sa gueulante en 2009) y ont cru jusqu’au bout, soulevant une montagne (il fallait surmonter la défense en 0-6 des espagnoles, une défense si rugueuse en 1ère période) pour s’offrir une demi-finale. Une demi-finale qui avait échappé aux Bleues à deux reprises, consécutivement en 2008 et 2012, éliminées de manière abrupte (le principe même des matchs couperet après les poules). Aux bords des demi et donc d’une possible médaille en cas de victoire.

Alors un petit topo rapide pour l’histoire. En 1999, elles jouent leur première finale. Leur premier championnat du Monde et la première médaille d’argent car la Norvège, même sur un seul but d’écart au bout de la prolongation était trop forte. Elle qui rempila pour gagner deux titres olympiques et à peu près tout ce qui se fait au niveau international. Bref une équipe légendaire qui vient pourtant d’être éliminée par la Russie à ces mêmes Jeux de Rio.

Image de prévisualisation YouTube

1999, le début de la grande histoire

Image de prévisualisation YouTube

2003, le premier sacre Mondial

Motivée et remontée comme jamais la France, fait, à ce jour, le plus beau match de son histoire, car un Mondial quand on a 20 ans ça ne s’oublie jamais, qu’on soit joueur ou spectateur. Mais joueur c’est une toute autre dimension. En 2003, rivé devant l’écran en décembre, le 14 du même mois, j’assiste stupéfait à la plus prodigieuse remontée (plus que celle contre l’Espagne Mardi dernier c’est dire) face à des Hongroises archi favorites, qui croyaient avoir plié le match à quinze minutes de la fin.

Mais la génération Nicolas, Pecqueux-Rolland, Lejeune, n’avait pas dit son dernier mot. 7 buts remontés en 7 minutes. Une intensité hors du commun et des hongroises qui craquent. A l’époque, une certaine Anita Görbicz venait d’avoir vingt ans et enchaîne les bévues. Et les fautes. Qui coûteront cher à son équipe. C’est à mes yeux la plus grande joueuse de l’histoire, mais à l’époque, par péché de jeunesse et par orgueil elle commet l’irréparable en provoquant un jet de 7 mètres à 5 secondes du terme.

Image de prévisualisation YouTube

Le public furieux assista à l’impensable dix minutes avant : voir la France repasser en tête et arracher des prolongations (comme contre l’Espagne) qu’elle finira par gagner. Görbicz n’a sans doute jamais oublié son geste qui la sanctionna d’un carton rouge et permit aux françaises de recoller. Elle s’illustra ensuite comme une joueuse caractérielle mais et aussi géniale. Au point de devenir une icône en Hongrie.

Retour en 2016, les Bleues sont en finale après la victoire contre les Pays-Bas (à noter d’ailleurs que le Roi était en tribune et a même lâché un petit sourire à la fin de la deuxième période).

Image de prévisualisation YouTube

Une victoire qui doit aussi beaucoup à l’arrêt déterminant de Laura Glauser

Image de prévisualisation YouTube

Le potentiel est là. Dans tous les cas de figure, elles auront une médaille. Reste à en connaître la couleur . Ce sera l’argent ou l’or. L’argent serait déjà fantastique. L’or serait grandiose. Après la défaite, là encore en prolongations de la Norvège, les espoirs sont permis (la Norvège est redoutable et connaît parfaitement la compétition). Bien sûr il faudra qu’elles donnent tout pour le match de leur vie.

Je pourrai alors les remercier de m’avoir fait vibrer- et si l’or au bout -de conclure une des plus belles pages de l’histoire du sport collectif français. C’est déjà un fantastique parcours, victoires en matchs de poule, victoire à l’arrachée en quart, victoire difficile en demi. Restent les Russes. Une montagne, emmenée par l’hyper énergique et gouailleur Trefilov, sélectionneur emblématique d’une Russie qui respecte beaucoup la France mais qui ne lui fera aucun cadeau.

Et si l’or était au bout (elles iront pour), ce serait une sacrée belle page de l’histoire du hand féminin qui s’écrirait. Verdict demain. J’en connais déjà un qui frétille d’impatience.

 

[Handball] Championnat d’Europe Féminin 2014

ehfeuro2014

Comme tous les deux ans, c’est reparti pour les Championnat d’Europe de handball féminin. Cette année la compétition se déroule du 7 au 21 décembre 2014, et ce dans deux pays hôtes, à savoir la Hongrie et la Croatie (qui organise pour la première fois). Les deux équipes sont naturellement qualifiées d’office dès lors qu’elles sont hôtes de la compétition. Mais elles ne s’affronteront pas directement dans les matchs de poules.

Quelles sont les forces en présence ? Le Danemark, la Norvège qui reconstruit un peu sa base arrière, équipe peut-être moins performante qu’il y a un ou deux ans (qui a tout gagné entre 2004 et 2010), défaite en final d’un Championnat d’Europe épique contre le Monténégro qui avait gagné le premier titre de son histoire en 2012, la France, la Pologne, la Russie en reconstruction. Le handball étant une histoire de sport collectif, c’est aussi une histoire d’individualités et de personnalités.

Que cette année, la compétition ait lieu en Hongrie n’est pas un hasard mais décuple effectivement la tension qui va tourner autour de l’équipe de Hongrie. C’est aussi l’occasion de voir évoluer les joueuses françaises emmenées par Alain Portes depuis le départ d’Olivier Krumbholz, entraîneur qui les avait mené sur le toit du monde un certain jour de décembre 2003 face…à la Hongrie de Görbicz qui faisait alors ses premiers pas en équipe nationale a tout juste 20 ans.

La France devra se passer de la talentueuse Cléopâtre Darleux au poste de gardienne, mais la patronne, Amandine Leynaud est du voyage. L’équipe a de belles cartes à jouer, reste à savoir comment elle abordera les premières rencontres, difficiles sur le papier, dont un premier match contre la Slovaquie, et surtout un match contre la Serbie et le Monténégro.

La compétition sera diffusée sur Sport+. Dommage que ce soit le seul canal des chaînes sport qui ne soit pas diffusé en HD. Mais BEinsport n’a pas acquis les droits du championnat, assurant la retransmission de compétitions comme la Champions League ou la Bundesliga.

L’évènement sera à suivre aussi en ligne notamment sur le site officiel de Femmesdefis en partenariat avec Dailymotion pour les débriefs, les commentaires, les interviews, les réactions à chaud,  sur handball123.com, la ligue féminine de hand sur twitter pour les commentaires en direct, le twitter du site officiel ehf .

Les premiers matchs auront lieu en fin d’après-midi avec déjà trois chocs dans les poules A, et B. Espagne-Pologne à 18H, Norvège-Roumanie à 18h15, Hongrie-Russie à 20H30. Norvège-Roumanie et Hongrie-Russie sont diffusés sur Sport + en direct, canal 120 sur le satellite.

EDIT 20h45 : Anita Görbicz ne joue pas cet Euro, elle est en congé maternité. Je ne le savais pas. C’est évidemment toute la physionomie de l’équipe de Hongrie et de la compétition qui est bouleversée. Mais elle ne jouera pas pour une belle et heureuse raison :- )

Le clip de la compétition

Image de prévisualisation YouTube

Le clip de présentation de la chaîne Youtube officielle

Image de prévisualisation YouTube

Le clip de l’équipe de France

http://www.dailymotion.com/video/x2bi25d

 

Les groupes des équipes qualifiées

Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D
Drapeau : Hongrie Hongrie Drapeau : Danemark Danemark Drapeau : Croatie Croatie Drapeau : Slovaquie Slovaquie
Drapeau : Monténégro Monténégro Drapeau : France France Drapeau : Roumanie Roumanie Drapeau : Ukraine Ukraine
Drapeau : Norvège Norvège Drapeau : Allemagne Allemagne Drapeau : Russie Russie Drapeau : Pologne Pologne
Drapeau : Suède Suède Drapeau : Espagne Espagne Drapeau : Serbie Serbie Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas

 

 Les rencontres des matchs de poules

Groupe A

7 déc – 18:00 Flag of Spain.svg Espagne Flag of Poland.svg Pologne
7 déc – 20:30 Flag of Hungary.svg Hongrie Flag of Russia.svg Russie
9 déc – 18:15 Flag of Russia.svg Russie Flag of Spain.svg Espagne
9 déc – 20:30 Flag of Hungary.svg Hongrie Flag of Poland.svg Pologne
11 déc – 18:15 Flag of Russia.svg Russie Flag of Poland.svg Pologne
11 déc – 20:30 Flag of Hungary.svg Hongrie Flag of Spain.svg Espagne

 

Groupe B

7 déc – 18:15 Flag of Norway.svg Norvège Flag of Romania.svg Roumanie
7 déc – 20:30 Flag of Denmark.svg Danemark Flag of Ukraine.svg Ukraine
9 déc – 18:15 Flag of Denmark.svg Danemark Flag of Romania.svg Roumanie
9 déc – 20:30 Flag of Norway.svg Norvège Flag of Ukraine.svg Ukraine
11 déc – 18:15 Flag of Romania.svg Roumanie Flag of Ukraine.svg Ukraine
11 déc – 20:30 Flag of Norway.svg Norvège Flag of Denmark.svg Danemark

 

Groupe C

8 déc – 18:00 Flag of Germany.svg Allemagne Flag of the Netherlands.svg Pays-Bas
8 déc – 20:15 Flag of Sweden.svg Suède Flag of Croatia.svg Croatie
10 déc – 18:00 Flag of Sweden.svg Suède Flag of the Netherlands.svg Pays-Bas
10 déc – 20:15 Flag of Germany.svg Allemagne Flag of Croatia.svg Croatie
12 déc – 18:00 Flag of Sweden.svg Suède Flag of Germany.svg Allemagne
12 déc – 20:15 Flag of Croatia.svg Croatie Flag of the Netherlands.svg Pays-Bas

 

Groupe D

8 déc – 18:00 Flag of France.svg France Flag of Slovakia.svg Slovaquie
8 déc – 20:15 Flag of Montenegro.svg Monténégro Flag of Serbia.svg Serbie
10 déc – 18:00 Flag of France.svg France Flag of Serbia.svg Serbie
10 déc – 20:15 Flag of Montenegro.svg Monténégro Flag of Slovakia.svg Slovaquie
12 déc – 18:00 Flag of Montenegro.svg Monténégro Flag of France.svg France
12 déc – 20:15 Flag of Serbia.svg Serbie Flag of Slovakia.svg Slovaquie

 

 

 

 

 

 

[Handball] Mondial féminin 2013 (13ème journée)

[Handball] Mondial féminin 2013 (8ème journée) dans Championnat du monde féminin [Handball] 0_Logo%20SRB%20400x209

 

Brésil : Championnes du Monde 2013 de handball féminin.

[Handball] Mondial féminin 2013 (13ème journée) dans Championnat du monde féminin [Handball]

 dans Championnat du monde féminin [Handball]

La joie des Brésiliennes après leur victoire et leur premier sacre mondial face aux Serbes, le 22 Décembre 2013

 

EDIT  19h 02 : La finale s’est jouée à Belgrade devant une foule en délire (plus de 18000 tickets vendus). Les serbes partaient avec un avantage psychologique en jouant à domicile, face à des brésiliennes qui, il faut le rappeler, n’avaient perdu aucun match jusque là (en gagnant contre la Hongrie, le Danemark mais aussi la Serbie déjà en match de poule). Leur parcours est quasi idéal puisqu’elles ont seulement joué leur match le plus difficile contre les hongroises en 1/4 de finale sur deux prolongations.

Le match a commencé à l’avantage des brésiliennes qui ont su trouver très vite leurs marques, et se trouver entre elles. Nascimiento et Rodrigues ont rapidement pris l’ascendant, l’une sur son aile, l’autre dans le jeu central pour imposer rapidement un rythme soutenu. Les serbes tentaient la défense en bloc et marquage strict et parvenaient à revenir à la marque, mais il y a eu des signes qui ne trompent pas.

Les signes qui ne trompent pas ce sont des joueuses brésiliennes qui s’encouragent, se soutiennent mutuellement, trouvent des solutions collectives (décalages sur les ailes, prise de risque, prise d’intervalle, défense de fer, réussite au tir, dont le jet de 7 mètres). Elles ont rapidement varier leur jeu, ont réussi dans les croisés pour trouver des démarquages aux ailes, et leur finition était excellente. C’est une équipe tactique et lorsque l’on voit les joueuses, le poing tendu, rageur se congratuler après chaque but, on se dit que l’esprit de victoire est là. Il y avait beaucoup d’intensité et d’émotions dans ce match. Même si les Serbes n’ont au final pas fait énormément d’erreurs techniques ou de fautes directes, le niveau des brésiliennes a sans cesse était au dessus.

Parce qu’une finale ne se joue pas mais se gagne, les Brésiliennes ont donné le la et prenaient souvent l’avantage au score avant que les serbes ne recollent. Oui le rôle des spectateurs était important : l’arena grouillait, on sentait que c’était du délire et que les supporters mettaient en avant leur amour du maillot. Mais sur le terrain, Filopovic n’y était pas et l’équipe devait compter sur Rasevic et Tomasevic, deux gardiennes en forme, même si Arenhart puis Pesoa en seconde mi-temps ont dégoûté quelques tentatives serbes.

Surtout dans les moments cruciaux, en infériorité numérique sur des 2 min (2 dans la partie pour Amorim), les brésiliennes ont néanmoins réussi à tenir le cap et ont obligé les serbes qui n’ont pas mené de la partie à recoller au score et à devoir le faire rapidement. Les brésiliennes ont à chaque fois réussi à trouver la solution et à replier rapidement en contrant les attaques offensives et l’attaque rapide. Les serbes ont raté un but par leur jouese Damnjanovic qui échoue sur un tir repoussé par Pesoa, crucial, alors qu’elle pouvait égaliser, et Nunés puis Rodrigues à 2 minutes du terme ont enterré les espoirs du match nul et des prolongations.

Les brésiliennes ont livré un match plein, fantastique, sur tous les champs, dans l’individualité comme le collectif. C’est l’équipe la plus vaillante, cohérente en bloc, enthousiaste dans le geste qui est devenue ce soir championne du monde. Et c’est une première, car le Brésil ne l’avait jamais été, que ce soit dans le handball masculin comme féminin. C’est entièrement mérité.

A noter que la liste des meilleures joueuses du Mondial a été dévoilée, et que s’y trouvent là encore des joueuses brésiliennes, décidément très en verve. On y trouve aussi Anita Görbicz, élue meilleure demi-centre. Elle était notamment fabuleuse dans le match contre l’Allemagne.

Meilleure gardienne : Barbara Arenhart (Brésil)

Meilleure ailière gauche : Maria Fishker (Danemark)

Meilleure arrière gauche : Sanja Damnjanovic (Serbie)

Meilleure demi-centre : Anita Görbicz (Hongrie)

Meilleure arrière droite : Susan Müller (Allemagne)

Meilleure ailière droite : Sun Hee Woo (Corée du Sud)

Meilleure pivot : Dragan Cvijic (Serbie)

Meilleure joueuse du Mondial : Eduarda Amorim (Brésil)

 

Pologne -Danemark, Petite finale, Dimanche 22 Décembre, 26-30

Serbie – Brésil, Finale, Dimanche 22 Décembre, 20-22

La Serbie en finale

• Après des centaines de buts, des exploits personnels et collectifs, des surprises également, voici le dernier jour du Mondial féminin de handball, édition 2013. Les 79ème et 80ème (dernier match) se déroulent aujourd’hui. La petite finale qui opposera la Pologne au Danemark se déroulera à 14H30, tandis que la grande finale elle aura lieu à Belgrade, dans une salle bondée à 17H15, diffusée en direct sur Sport +. C’est peu de dire que l’ambiance sera explosive, puisque les serbes joueront chez elles face à des Brésiliennes surprenantes.

Le Brésil a d’ailleurs montré les signes de son évolution technique lors du Mondial qu’il avait lui-même organisé en 2011. Mais ces derniers mois/années c’est à mes yeux le Monténégro qui avait crée la sensation en allant battre les norvégiennes à l’Euro 2012. On pourra tirer les conclusions de ce beau Mondial en fin de journée, mais pour le moment je retiens ces évènements forts :

- La présence de la Pologne, pour la première fois de son histoire en demi, et qui s’est inclinée face à une équipe de Serbie déterminée. Elle vise aujourd’hui le bronze face à des danoises qui elles aussi ont encore de belles ressources

- La reconstruction après les JO 2012 de l’équipe de France avec de très jeunes joueuses qui commencent à compter : Zaadi, Tounkara, Cissé, Abderahim, etc. L’équipe d’Alain Portes n’avait sans doute pas le niveau d’une championne du monde cette année, mais elle montre une belle solidarité et un esprit d’équipe conquérant. Reste à retravailler sur la transmission de balles et la qualité de la finition, pour ne plus être aussi souvent en échec au tir.

- Une surprenante équipe d’Allemagne, qui elle aussi se reconstruit avec un nouvel entraîneur et des joueuses qui ont tout de futurs grandes : Steinbach, Müller, entre autres

- Une équipe du Monténégro qui a été éliminée assez rapidement, mais leurs joueuses restent individuellement impressionnantes

- Un Brésil qui surprend son monde et se qualifie pour la première fois de son histoire en finale

 

[Handball] Mondial féminin 2013 (12ème journée)

[Handball] Mondial féminin 2013 (8ème journée) dans Championnat du monde féminin [Handball] 0_Logo%20SRB%20400x209

Pologne – Serbie, 1/2 finale, Vendredi 20 Décembre, 24-18

Brésil -Danemark, 1/2 finale, Vendredi 20 Décembre, 27-21

[Handball] Mondial féminin 2013 (12ème journée) dans Championnat du monde féminin [Handball] VestiVelika%5Csrbija_eric_slavlje1

La joie des Serbes qui s’offrent une finale après leur victoire face à la Pologne (24-18)

• Hier, les joueuses (et leur staff) ont eu droit à une journée de repos après les chocs des 1/4 de finale qui ont été riches en suspens et en surprises. La France a été éliminée par une équipe de Pologne extrêmement volontaire et convaincante qui a dominé toute la rencontre et la Serbie s’était sortie des griffes de la Norvège qui après l’Euro 2012 et sa finale perdue se heurte une nouvelle fois à une équipe qui lui empêche d’accéder à la demi-finale.

Une page se tourne car les norvégiennes autrefois championnes du monde et olympiques ne retrouvent plus les sommets, même si une fois encore, sur le papier l’équipe était une des plus fortes et promettait pas mal d’étincelles. Sauf qu’il semblerait que cette année soit l’année de la Serbie dont le handball est en train de se développer et d’attirer de plus en plus de monde (17000 spectateurs ce soir dans une ambiance électrique face à la Pologne). Comme la Slovénie et le Monténégro (indépendant depuis 2006), la Serbie est en train d’exploser au niveau international.

Ce soir, face une Pologne remontée grâce à sa victoire contre la France, les serbes ont joué leur chance à fond et n’y sont pas allées de main morte en mettant tout de suite la pression sur le jeu. Le résultat est simple : elles ont outrageusement dominé la partie et ont faitce que la Pologne avait fait à la France : dominer dans tous les compartiments, écœurer son adversaire par des prises de risques, des contre-attaques efficaces, et également une insolente dynamique dans la cage. Tomasevic a fait le match le plus époustouflant en terme de gardienne depuis le début du Mondial.

 dans Championnat du monde féminin [Handball]

Photo du match, à la fin de la rencontre prise par un supporter serbe sur twitter

Bien aidées par leur meneuse de jeu Damnjanovic et Lekic, par leurs ailières aussi, les serbes ont été en réussite au tir, et ont facilement pu trouver des solutions à l’avant face à des polonaises très vite dépassés dans l’engagement et la défense. Elles ont des joueuses de grand talent (Wojtas par exemple), mais elles ont été confrontées à une défense serbe rugueuse qui n’a rien lâché et surtout la réussite au tir au pourcentage était du côté serbe et clairement pas du côté polonais (40 % pour Tomasevic et un +8 à la mi-temps).

Les serbes se qualifient donc pour la finale de leur Mondial, chez elles, face soit au Brésil (qui ont réussi à gagner contre la Hongrie d’Anita Görbicz après prolongations) soit face au Danemark.

Le Danemark et le Brésil s’affrontent ce soir à 20H45 (diffusé en différé sur Sport + à 22H30).

 

[Handball] Mondial féminin 2013 (11ème journée)

[Handball] Mondial féminin 2013 (8ème journée) dans Championnat du monde féminin [Handball] 0_Logo%20SRB%20400x209

Brésil – Hongrie , 1/4 Finale, Mercredi 18 Décembre, 33-31

Pologne – France, 1/4 Finale, Mercredi 18 Décembre, 22-21

Danemark – Allemagne , 1/4 Finale, Mercredi 18 Décembre

Serbie – Norvège , 1/4 Finale, Mercredi 18 Décembre

EDIT 20h02 : C’est finalement le Brésil qui s’impose devant la Hongrie d’Anita Görbicz. Un favori au titre perd donc en 1/4 de finale lui aussi, et c’est donc l’équipe d’Amorim qui se qualifie pour la demi !

Cela pourrait faire un sacré choc Brésil – Pologne.

[Handball] Mondial féminin 2013 (11ème journée) dans Championnat du monde féminin [Handball] 88ab323e0be2fc416c4cb1c2fbc8401c

Kinga Grzyb, ailière polonaise, en réussite aujourd’hui contre la France

• C’est dur de perdre un match. Un match de mondial, en 1/4 de finale. Sur un match couperet. L’équipe de France n’a pas démérité aujourd’hui, mais elle est tombée sur une excellente équipe de Pologne, déjà accrochée à l’idée de renverser des montagnes avec son match en 1/8 de finale face à des roumaines qui menaient pourtant tout au long du match.

Seulement voilà, la combattivité, la pugnacité, la fluidité de jeu était du côté de la Pologne. Pourtant les françaises ont bien commencé à la partie, avec un avantage de +3, avant de connaître un premier trou noir étonnant et inquiétant au bout de dix minutes, 10-5 pour la Pologne. Un 5-0 encaissé qui a fait du mal et qui forcément fait bouger dans les têtes, et pas dans le bon sens. Acculées en défense, les françaises ont aussi multiplié les fautes techniques, dans la transmission de balles (beaucoup trop), et ont raté de nombreux tirs.

Lacrabère a pu être en échec (alors que Siraba Dembelé avait les nerfs pour pouvoir espérer réveiller les siennes, aux côtés de Pineau), mais aussi Baudoin au jet de 7 mètres, et puis Mariama Signaté qui passe complètement à côté de sa partie, ça fait beaucoup, ça fait trop, surtout face à des polonaises hyper rugueuses en défense, tout en faisant au final peu de fautes directes (seulement 2 min au bout de quarante minutes de jeu, autrement dit une défense béton).

Les françaises n »y étaient tout simplement pas. Ou trop tard. Sursaut d’orgueil, de fierté, bien placée, qui arrive malheureusement trop tard, et le pire scénario, perdre d’un petit but, quand un autre a été refusé sur une attaque placée rapide et le bras gauche de Lacrabère qui amène le ballon dans la lucarne, mais le but est refusé. Lourd de conséquence, mais le match était déjà plié. Plié, parce que les polonaises n’ont jamais couru après le score, n’ont jamais semblé en difficulté, n’ont jamais eu à devoir changer systématiquement de tactique dans les phases de jeu offensif. Et la défense en 1-5 étagée française n’a pas réglé les problèmes. Leur jeu était réglé comme du papier à musique : précis, avec de l’impact et de la précision.

Je l’avais écrit : les polonaises étaient très impressionnantes face aux roumaines. Elles étaient pourtant menées avant de gagner de deux petits buts (ce qui aurait largement suffi aujourd’hui aux françaises pour aller de demi-finale). Elles ont su faire preuve d’abnégation contre les roumaines, et encore plus aujourd’hui, de technique assurée, de trouvailles dans le jeu et d’une suprême force tranquille pour gagner contre des françaises qui n’ont pas trouvé l’étincelle.

C’est une page qui se referme déjà, celle d’un Mondial 2013 démarré sur les chapeaux de roue (5 matchs, 5 victoires), achevé par un dernier temps mort et quelques pleurs compréhensibles. Le sacre de 2003 ne connaîtra pas de remake cette année côté tricolore.

Suivons d’encore plus près ces polonaises, étourdissantes parfois dans la qualité de leur jeu, et vraisemblablement la plus grande surprise de ce Mondial. Et si elles allaient au bout ? En tout cas il faudra battre la Hongrie de la géniale Anita Görbicz ou bien le Brésil de Amorim pour l’espérer.

 

12345



Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...