• Accueil
  • > Recherche : art rue paris

Résultat pour la recherche 'art rue paris'

Page 4 sur 10

Mustang le sens des affaires clip

Mustang le sens des affaires clip dans France mustang

Le groupe Mustang est en train, doucement de s’inscrire dans la lignée des meilleurs groupes pop/rock français, sans aucun doute. Déjà impressionné par Ecran total il y a quelques mois, je le suis de nouveau avec la chanson Le sens des affaires (que certains ont comparé, dans le texte à du Boris Vian moderne, il y a comparaison moins glorieuse). Le trio dévoile aujourd’hui le clip.

Et c’est un clip audacieux, à la fois terrible et touchant. On y suit le parcours d’un vendeur de roses. On ne sait rien de lui, ni d’où il vient, ni son prénom, tout juste le voit-on se raser et esquisser une petite répétition de ce qu’il sera amené à faire devant les potentiels clients. Dans un cadre serré en plan américain, la caméra le suit, comme on suivrait un quidam. C’est le génie de ce clip. Son ancrage dans le quotidien. Pas de chichi, de lumière sur exposée. La réalité brute, le travail dans ce qu’il peut avoir de plus difficile, dans lequel il faut combattre les préjugés et les clichés.

a1375625955_10 dans France

Cet homme qui ne vend pas ses roses, c’est le quidam ordinaire, inscrit dans la vie quotidienne, dont la musique illustre de façon ironique les aléas. L’ironie cinglante du texte qui parle de quelqu’un qui sait faire la cuisine mais qui est incapable de vendre se retrouve à l’image, avec les refus successifs de quidams. J’ignore à l’heure actuelle si la vidéo a été prise sur le vif ou si tout est mis en scène (je penche pour la mise en scène), mais dans le premier cas cela rendrait le clip à la fois encore plus cruel et en même temps encore plus saisissant , prodigieux, parce qu’il saisirait le refus sur le vif, comme un documentaire.

Et les refus essuyés par le vendeur ne sont pas simplement des refus de la main ou du visage. Il y a quelques insultes, une attitude parfois agressive, des quolibets, on le sort manu militari d’un restaurant, on s’en moque. Bref, rien n’est facile et tout semble s’opposer à la vente de roses, laquelle se transforme en parcours du combattant. Pourtant on voit le vendeur garder son calme, maîtriser ses nerfs, parfois aussi faire un sourire lorsqu’il est embrassé après une vente réussie. Mais aussi se faire insulter et frapper par un amoureux qui croit qu’il est en train d’éconduire sa belle. Le même se retrouvera à la fin balancé dans l’eau.

trio

Mustang (©lesinsouciants.wordpress.com)

C’est donc un très beau clip, un clip très dur dans le fond (il y a quelque chose du labeur, de la difficulté à vendre ce dont personne ne semble vouloir alors qu’à côté certaines futilités s’achètent facilement, quelque chose aussi de Le Voleur de bicyclette de De Sica quand on jette les fleurs) et un portait d’un Paris peu aimable où les badauds envoient paître quelqu’un qui ne demande qu’à vivre un peu de son métier. Cet homme que l’on voit dans le clip, c’est un de ces hommes que l’on peut croiser tous les jours, qui fait partie de notre propre vie, et de voir les réactions de certains a ce quelque chose des contes cruels que ne renieraient pas Villiers de L’isle Adam, Maupasssant ou Flaubert. Et c’est sûr, moi qui n’avais rien contre eux, je les regarderai avec un autre œil. Bienveillant toujours. Après tout acheter une rose, ou une babiole ça a quelque chose de simple.

Image de prévisualisation YouTube

Le sens des affaires

Regard(s) sur l’homosexualité

Regard(s) sur l'homosexualité dans Actualités le-mariage-gay-n-a-pas-resolu-tous-les-problemes

C’est un sujet de société. Un sujet qui ne devrait d’ailleurs pas mobiliser les instances religieuses, encore moins lorsqu’il s’agit de célébrer un mariage civil, c’est-à-dire hors des murs d’une Église. C’est un sujet qui a marqué les esprits, qui a aussi fait la Une des médias, qui a fait parler de lui à un moment où deux points de vue s’affrontaient (et continuent) de s’affronter : la défense des droits LGBT et la défense des valeurs de la famille.

Je déteste parler de clans, et je n’aime pas spécialement les catégories, ni même catégoriser les choses et les gens, mais depuis un an, il en a été plus que jamais question. Parler de la sexualité dominante (au regard des ultra conservateurs et de certains médias) et de l’autre, l’homosexualité, celle-là même que l’on désignait au 19ème siècle comme « l’amour qui ne dit pas son nom. »

Homosexualit%C3%A9-Homosexuelles-Lesbiennes-Baiser-Amour-8616 dans Billets d'humeur

Deux femmes s’aiment

81dab009e3_homosexualite

Deux hommes s’aiment aussi

Il y a un an et demi j’écrivais sur les premières manifestations de La Manif pour tous, que je pensais, trop naïvement, devoir être un feu de paille, sans suspecter la puissance des lobbys traditionalistes bien décidés à de ne pas faire vaciller la mère patrie dans les tréfonds de la dépravation morale.  Cette organisation devenue un vrai cheval de bataille économique, de pensée et une force sans doute bientôt politique avec les européennes a eu droit à une publicité magistrale.

Au départ, je prenais cela comme une petite blague aimable, l’expression d’un archaïsme d’un autre temps, quand Frigide Barjot s’affichait et revendiquait le droit pour un enfant d’avoir un papa et une maman. On remarquera au passage que les personnes trans ont comme d’habitude été totalement exclues des débats.

Cela c’était avant. Parce qu’il y a eu derrière la façade bon enfant et les discours se voulant « pacifiques » (mais comment pourrait l’être ce mouvement qui par définition s’attaque à une vision de l’affect et de l’amour qui n’est pas orienté vers l’hétérosexualité ?), une vraie décharge de violence, dans la parole comme les actes avec de nombreuses vidéos circulant sur les débordements de fins de cortège, sur les actions contre les forces de l’ordre, et surtout en filigrane, cette mystification de l’homosexualité accompagnée d’un verbe haineux sinon violent.

o-MANIF-POUR-TOUS-facebook

Débutés en octobre 2012 les manifestations en Province comme à Paris avec plusieurs manifs entre décembre et avril 2013 ont fortement rassemblé avec un point d’orgue, les violences orchestrées sur les Champs-Elysées. C’est à cette époque que l’on vit aussi le clergé se mêler à l’histoire et ajouter de l’huile sur le feu.

Alors que l’Eglise avec ses représentants descendaient dans la rue aux côtés des militants les plus actifs, Frigide Barjot encourageait à la désobéissance et au réveil des conscience. Le réveil c’était l’illustration par la violence et les mots d’une attaque en règle de l’homosexualité sous couvert, comme toujours de l’expression inverse, c’est-à-dire d’une attitude non homophobe que trahissent les paroles entendues ces jours-là, puisqu’elles le sont ouvertement.

Il n’y a à mes yeux rien de drôle ou de progressiste à descendre dans la rue pour pointer du doigt les homosexuels, crier à la polygamie, à l’inceste, à la pédophilie. Les amalgames ont été faits, et le pire c’est que les politiques et les personnalités du monde médiatique, des associations chrétiennes et autres se sont mêlés à cela, et au sentiment, au constat même, partagé par les homosexuels, d’une libération de la parole homophobe.

On a vu des Marianne défiler dans la rue avec le code civil, les parangons Albéric Dumont (qui parle de courage et d’audace), Tugdual Derville, porte-paroles, être invités sur tous les plateaux télé, et maintenant Ludovine de la Rochère, Présidente, afin de délivrer en accord avec leur chapelle, cette bonne parole, voire la parole d’évangile qui est la leur. En voulant manifestement infantiliser les adultes quant à leur regard sur l’amour, la sexualité, le sexe, ce qui est à mes yeux proprement insupportable.

6871359042361

Le « plus drôle », au second degré, après avoir écouté des dizaines d’heures de débat, de conférences, d’interviews, durant lesquels ils restent ancrés dans leurs grands principes, c’est de voir que finalement il demeure cette peur panique, irraisonnée d’un changement de civilisation, d’un bouleversement des codes sociétaux (un père, une mère, des enfants), modèle de la famille traditionnelle qui ne peut pas voler en éclat.

Statistiquement il n’y a pas eu un raz-de-marée de mariages célébrant l’union de deux personnes de même sexe (ce que certains pays nordiques, surtout les Pays-Bas ont accordé dès 1998 puis en 2001 avec le premier mariage célébré) et je ne crois guère à un changement tel que seuls les couples de même ayant adopté un enfant et eu recours à la GPA pour un autre (c’est pour pousser la démonstration) deviendrait la « norme » dès 2015.

Où en sommes nous aujourd’hui ? Nous sommes arrivés au Grenelle de la Famille (une première, et qui donne l’impression que la famille est une institution qui est en train de s’écrouler et qu’il faut absolument sauver) de faire des propositions, dont une m’a semblé particulièrement discriminatoire. Le fait de refuser à un couple de même sexe l’adoption serait à mes yeux une discrimination criante, puisque la loi le permet aujourd’hui en l’état actuel du texte.

Adopter pour un couple hétéro n’est pas simple. Mais le refuser à un couple de même sexe au seul motif (je n’en vois pas d’autre) de son orientation sexuelle serait une discrimination qui mériterait un dépôt de plainte auprès du tribunal compétent. Voyez-vous, cher Grenelle de la famille, ce n’est parce que vous avez des gens qui ont fait des études dans vos rangs et qui sont même étudiants en droit, que cela inspire de grandes et belles idées progressistes.

Sachez en tout cas qu’il est désormais possible de lire le beau livre, émaillé de photos en couleurs de la Manif pour tous

Plus sérieusement, je me dis qu’il y a ce paradoxe, ce paradigme à la fois fascinant et inquiétant d’une France, dite pays des droits de l’homme dans lequel des mouvements « populaires » se soulèvent les uns contre les autres, pour empêcher que ces autres ne puissent avoir les mêmes droits, sans en retirer aucunement à ceux qui en ont déjà.

C’était bien cela l’idée initiale du mariage pour tous, celle de permettre à des personnes qui vivent ensemble, qui ont des enfants, qui ont connu des histoires de familles recomposées, qui ont adopté des enfants, de pouvoir s’unir légalement et recevoir une protection matérielle et juridique. Je conçois mal comment des personnes peuvent s’opposer parfois violemment, viscéralement à cela, surtout dans mon pays, la France, en 2014.

Je me fais souvent la réflexion de me dire que rien n’a véritablement changé depuis 1999 et les débats houleux sur le PACS. A l’époque il aurait suffit qu’un bûcher soit érigé pour qu’on y brûle les pédés. Non l’image n’est pas gratuite et la violence elle continue de faire son lit, les cas d’agressions homophobes se multipliant, les faits divers alimentant les rubriques des journaux, comme dernièrement à Lille

Je n’apprécie guère les normes même s’il en faut. Je me suis souvent inscris en porte à faux de celles-ci. Et la société ultra normée que propose La Manif pour tous qui fait fi des évolutions des mœurs, des cas de famille monoparentale ou homoparentale, qui pense qu’un couple homosexuel ne vaut pas un couple hétérosexuel dans l’éducation des enfants, ramène à cette notion de tare, d’incapacité à élever qui tient du jugement de valeur. Ce qui m’interpelle c’est aussi de voir autant de jeunes gens défiler dans la rue. Pas des (que) des trentenaires. Mais des ados, au moment même où se construit l’identité sexuelle, où être homo n’est pas un choix de sexualité, à un moment où le regard des autres est parfois difficile. Je le dis clairement : je ne vous comprends pas. Vous manifesteriez vous contre le droit de deux personnes de même sexe de s’aimer ?

Malheureusement j’ai trop bien connu l’homophobie à 15 ans au même âge que le vôtre, avec les regards et les comportements haineux, pour vous encourager à aller dans la rue et réclamer le droit d’avoir un papa et une maman pour un enfant. Il se trouve que dans des familles homoparentales l’amour est présent à chaque instant, iriez-vous jusqu’à prétendre que ces mêmes enfants n’ont pas droit à l’amour parce qu’ils ne s’inscrivent pas dans un schéma de famille hétéro lambda ?

Ce ne sont pas celles et ceux qui sont nés à la fin des années 50 qui ont une éducation sans doute différente de la nôtre, ce n’est pas à moi de la juger, qui descendent dans la rue, parfois pour la première fois, en se disant prêt(e)s à en découdre, qui ne veulent pas d’un « changement de société ». Une génération, non pas la génération X ou Y se lève, se soulève et riposte à sa manière contre la différence. Et désormais contre la PMA. Une PMA devant laquelle les socialistes ont reculé, la loi famille de Bertinotti étant repoussée au calendrier.

Manif-pour-tous-5-mai

Un documentaire réalisé par Guillaume Lecaplain propose d’entendre ces personnes qui ont été touchées par ces paroles et ces actes durant ces derniers mois, et qui l’expriment ici avec un petit peu de recul (bien que nous soyons encore dans le vif du sujet)

Sélection musicale (février 2014)

Sélection musicale (février 2014) dans Actualités 004

 

The Pirouettes [@Latrempe.com]

Février fut riche en découvertes musicales. Peut-être moins impressionnant quantitativement parlant que Janvier, mais avec des valeurs sûres qui continuent d’accompagner ce que sont encore les soirées d’hiver, et de belles nouveautés. Ce qui m’a le plus parlé c’est un duo français, qui compose sa musique des fichiers MIDI, qui chante en duo et en c(h)oeur(s), un duo de français qui ont à eux d’eux pas plus de quarante ans et qui soufflent sur la pop française cette idée d’une jeunesse qui se réinvente, grandît, mûrit à chaque nouvel EP.

Ce duo c’est celui de The Pirouettes. Un duo parisien certes, mais à la musique (je le sens, je le crois) universelle. Parler d’amour, de couple, de relations amicales ça peut se chanter en français dans le texte, mais aussi être compris, musicalement parlant, même si l’on ne connait la signification des mots en turc, en hongrois, en allemand, en grec, en turkmène, en gallique. Peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse dit la maxime.

klein_1364413755_600x275 dans Actualités

Army on the dance floor

Avec The Pirouettes, l’émotion est palpable dès les premières notes, dès les premiers intonations de la voix, dès l’émulsion masculine et féminine d’un duo qui chante avec une candeur revigorante et un sens inné de la mélodie. De plus, et c’est une excellente nouvelle, leur nouvel ep (6 titres et un remix, excellent d’ailleurs, un des meilleurs que j’ai entendu récemment par Island Kizhi) est disponible en cd sur amazon.fr

Un autre grand moment d’écoute ce mois de février avec Army on the dance floor, un duo américain de dark new wave originaire de Los Angeles, deux femmes qui par certains visuels rappellent le duo suisse de Kadebostany. Avec un titre éponyme de 12 min qui referme le premier LP de 9 titres, ces demoiselles ont toutes les chances d’aller très loin dans la musique synthpop.

Owlle a dévoilé le clip très travaillé de son Don’t lose it et elle ne déçoit pas, au contraire. Travail remarquable sur la profondeur de champ, la lumière, la 3D, la typographie. Vraiment un chouette clip.

owlle

Owlle Don’t lose it

J’ai également été emballé par la synthpop de Eli&Fur, un duo de filles anglaises, pour une musique résolument moderne, qui a quelques accents de Mercifuckingbeaucoup un DJ français, et surtout beaucoup de personnalité britannique.

L’artiste anglaise Kubalove a elle aussi dévoilé son nouveau clip, le charnel et envoûtant All I want. Avec la mannequin Kasimira Miller. Un joli clip croqué en Scope.

july13

Eli& Fur, un duo britannique d’électro/synthpop

J’ai absolument adoré le trio Boy Names et leur chanson Slow, une petit l’idée que je me peux faire d’un morceau pop accessible et dansant. Une manière cool et aérienne aussi de célébrer la synthpop. Il y a quelque chose qui me parle profondément dans ce titre et ce son. Et quelle ligne de basse !

Sophie-Tith est réapparue avec un nouveau single, fort bien porté par une voix plus mature que jamais, lui donnant une nouvelle dimension : celle d’une artiste qui s’apprête à sortir un disque de compositions originales sur des airs pop attirants.

Toujours en France, ce qui est sans doute l’un des groupes de pop les plus intéressants, Mustang, a aussi dévoilé un nouveau single parfaitement jubilatoire avec Le sens des affaires. Certains en viennent même à citer Boris Vian en référence, ce qui n’est pas la moindre, pour la qualité des textes. A noter que le groupe est en couv’ du magazine Magic.

Junksista continue d’égayer la musique électro internationale, avec ces chansons accrocheuses. Une valeur sûr de l’électro allemande porté par un duo éminemment sympathique.  Et puis une petite touche latine avec la dance/rock de la Porto Ricaine Janid.

 

Florilège

 

The Pirouettes

Image de prévisualisation YouTube

Un mec en or

Army on the dancefloor

Image de prévisualisation YouTube

Many faces of war

Owlle

Image de prévisualisation YouTube

Don’t lose it

Eli&Fur

Image de prévisualisation YouTube

You’re so high

Kubalove

Image de prévisualisation YouTube

All I Want

Boy Names

Image de prévisualisation YouTube

Slow

Sophie-Tith

Image de prévisualisation YouTube

Enfant d’ailleurs

Janid

Image de prévisualisation YouTube

Desde Que No Estás

Mustang

Image de prévisualisation YouTube

Le sens des affaires

Arthur Beatrice

Image de prévisualisation YouTube

Midland

Gold Zebra

Image de prévisualisation YouTube

Love French Better

Junksista

Image de prévisualisation YouTube

Paranoid

Wolf Alice

Image de prévisualisation YouTube

Blush

Marga Sol

Image de prévisualisation YouTube

Heaven

Birgit  õigemeel

Image de prévisualisation YouTube

 Lendame valguskiirusel

François and the atlas mountain

Image de prévisualisation YouTube

La vérité

Sisters

Image de prévisualisation YouTube

Hush Hush

Diamonds under fire

Image de prévisualisation YouTube

Everything fades to red

 

Les Victoires de la musique 2014

Les Victoires de la musique 2014  dans Actualités victoires_musique_600x340

C’était un triomphe, un plébiscite. C’était écrit, annoncé partout. Les Victoires de la musique 2014 seraient celles de Stromae. il n’a pas déjoué les pronostics, et il n’est pas reparti bredouille. En remportant trois trophées dans les catégories reines (Meilleur clip, Meilleur album de chansons, Meilleur interprète masculin) sur quatre possibles, Stromae a volé la vedette aux autres artistes et a été omniprésent sur scène comme dans les esprits, au point qu’il a généré beaucoup de commentaires et de tweets. Trop même

C’est aussi le sacre d’un raz-de-marée commercial, Stromae ayant vendu 1,5 millions d’albums, ce qui n’était pas arrivé dans l’industrie du disque depuis au bas mot dix ans. Seul Johnny Hallyday a soufflé le prix de la meilleure chanson pour 20 ans et pour une chanson qui n’était justement pas « formidable ». Mais voilà, un petit peu de Johnny ça fait du bien.

Image de prévisualisation YouTube

La soirée a surtout été illuminée par trois performances sur scène qui ont pu faire découvrir au plus grand nombre trois groupes, plus précisément deux et une artiste solo. Catsontrees, La Femme et Hollysiz. Il se trouve, que ces artistes étaient nommés dans la catégorie d’Album révélation, et que très honnêtement et très objectivement, tous auraient pu remporté le trophée, parce que leurs albums sont justement excellents, qu’ils soufflent un vent de fraîcheur revigorant sur la pop française et qu’ils ont chacun à leur manière apporté de la nouveauté à la musique française. J’ajouterais également Christine and The Queens avec sa belle mélopée dreampop

Image de prévisualisation YouTube

La salle du Zénith était peut-être un peu grande pour le duo toulousain, qui a porté hier soir Sirens Call au-delà de son cadre intimiste et de sa pop ici soulignée par les arrangements et les orchestrations du meilleur goût. Nina et Yohann se sont bien amusés sur scène, et comme je l’écrivais en tweet, la pop c’est parfois simple : une batterie, un piano, une voix (des chœurs) et des orchestrations. En tout cas cette performance leur a permis de se faire connaître un peu plus du grand public et surtout de se faire découvrir par d’autres personnes qui n’auraient pas encore tenté l’aventure.

Image de prévisualisation YouTube

La prestation de HollySiz elle était très bonne sur son Come back to me, pépite électro/rock, parcourue de frissons 80′s. Cecile a su jouer de son charme et du naturel de son chant.

Image de prévisualisation YouTube

Celle de La Femme était millimétrée, à la fois rétro dans ses costumes et ultra moderne par le son, la lumière, et la chorégraphie. On sentait un vrai boulot de mise en scène, d’atmosphère, pour ce groupe qui a livré un premier album génial justement remarqué l’année dernière. C’était visuellement fort et totalement original, bien loin d’une prestation lisse, même si je n’aurais pas été contre une interprétation de « Si un jour » . D’ailleurs les prestations de chacune et chacun ont repris les univers visuels des différents artistes.

Image de prévisualisation YouTube

Stromae a effacé quelque peu les performances masculines sur scène en interprétant rien moins que deux titres de suite. Etienne Daho classe, élégant et très discret a joué de son charme cinquantenaire. Julien Doré s’est amusé avec Adamo en hommage à ses 50 ans de carrière.

Image de prévisualisation YouTube

Dans la catégorie musique électronique c’est Kavinsky qui remporte le trophée. Je n’aime pas particulièrement sa musique, et ce n’était pas le meilleur des trois albums. Gesaffelstein a livré un album au son percutant, pêchu, beaucoup plus ancré dans les années 2010, plus proche de Daft Punk en tout cas période fin 90′s alors que Kavinsky vogue dans les eaux 80′s, et remporte surtout son succès grâce à la BOF de Drive de Winding Refn. A vrai dire, je n’aurais pas été contre la présence de Kadebostany, mais il se trouve qu’ils ne sont pas français mais suisses. Sauf qu’ils ont livré l’un des meilleurs albums électro de 2013 à mes oreilles, le très bon Pop Collection.

Ou même celle de Carpenter Brut qui a livré un EP II très travaillé et prenant.

Image de prévisualisation YouTube

Victoire de la musique pour Vanessa Paradis accompagnée par Benjamin Biolay, qui a elle aussi reçu les honneurs et pas mal de commentaires au sujet de sa coiffure (c’est dire à quel point la cérémonie est aussi une question d’image et de commentaires s’y afférant). Dans sa longue robe noire échancrée laissant deviner sa peau de porcelaine, la chanteuse a remercié le public pour ce troisième prix.

Image de prévisualisation YouTube

Le groupe Phoenix qui a longtemps eu du mal à s’imposer en France mais qui cartonne aux Etats-Unis est venu chercher son prix du meilleur album rock de l’année.

Dans la catégorie musique du Monde, c’est Ibrahim Maalouf qui l’emporte, sachant qu’était nommée la belle Cap verdienne Mayra Andrade qui a sorti un album chaleureux en 2013.

Un petit mot sur Indochine venu défendre College Boy sur scène, un clip qui avait fait polémique l’année dernière, un clip en noir et blanc réalisé par Xavier Dolan.

Image de prévisualisation YouTube

Palmarès

Vidéo-Clip : « Formidable » de Stromae
Album rock : « Bankrupt! » du groupe Phoenix
Artiste interprète masculin : Stromae
Album de chansons : « Racine carrée » de Stromae
Spectacle, tournée, concert : – M – Matthieu Chedid
DVD musical : « Geeks on Stage » du groupe Shaka Ponk
Album de musiques électroniques : « Outrun » de Kavinsky
Chanson originale : « 20 ans » de Johnny Hallyday
Album de musiques du monde : « Illusions » de Ibrahim Maalouf
Album révélation : « Psycho Tropical Berlin » du groupe La Femme
Album de musiques urbaines : « Paris Sud Minute » du groupe 1995
Groupe ou artiste révélation scène : Woodkid
Artiste interprète féminine : Vanessa Paradis

 

La « Manif pour tous » de retour

La

Ce pourrait être drôle et être le titre d’un film. Une comédie. Mais ça ne l’est pas vraiment. Ou plutôt si. Le spectacle de rue, par la voie de la manifestation de milliers de personnes, qui continuent, huit mois après leur dernière escapade parisienne à scander « qu’un papa et qu’une maman ça permet de ne pas mentir aux enfants » (combien de couples séparés ? D’enfants issus du divorce parmi ces mêmes manifestants ? Là pas de réponse, c’est sans doute plus problématique de les poser justement ces questions) est de retour.

Je pensais très honnêtement mais sans doute trop naïvement (la naïveté a parfois ses raisons que la raison ignore, vous vous rappelez Pascal, tout ça ? Bon ok, lui c’était à propos de l’amour) que c’en était fini. Mais les opposants ne lâchent rien. La loi votée, l’insistance du parlement et des ministres d’affirmer pourtant que la GPA et la PMA n’étaient pas au programme de la loi (déjà votée) n’a semble-t-il rien changé à leur détermination, même si les amendements (ce qui semble aujourd’hui faire frémir une large majorité des opposants au mariage pour tous et intrinsèquement l’UMP et d’autres partis de l’opposition) seront discutés puisque présentés.

Je pensais que la page était tournée, mais les députés me donnent tort. Lire un député écrire qu’il se lève à 6h du matin pour rejoindre la capitale depuis sa Vendée un Dimanche comme s’il s’agissait d’un véritable effort (effort contenu dans la défense d’une certaine idée de la famille aux dépends d’autres) m’a fait quelque peu sourire (jaune). Pensez-vous à ces milliers de personnes qui le font chaque jour pour tenter de garder leur emploi, et qui elles tentent de garder certains acquis en étant bien moins rémunérées ?

Qu’est-ce qui peut me faire lever à 6H un dimanche matin et quitter ma ? La défense de LA FAMILLE ! J’arrive les amis.

Alors qu’il y a un an, c’est-à-dire, hier à l’échelle du temps et de la politique, on parlait de droits donnés à des « pédés qui feraient mieux de rester dans leur chambre au lieu de vouloir manifester leurs droits » selon les commentateurs les plus radicaux, ceux-là même qui appartiennent au cortège d’aujourd’hui, allié avec les courants d’une extrême-droite traditionaliste comme Civitas , aujourd’hui l’histoire montre qu’elle est un éternellement recommencement,  l’homophobie, la transophobie et plus généralement la peur manifeste de la différence en sexualité ont pu largement s’exprimer à l’hiver dernier. Et cela peut se représenter.

Évidemment qu’il y a des gens qui viennent manifester leur simple opposition avec enfants (bien que l’on puisse être critique ce point précis), main dans la main, sans vouloir que cela dérape. Mais il y eût également un terrain de l’amalgame outrancier autour de la pédophilie et de la zoophilie. Ou cette peur obsessionnelle, irrationnelle de la destruction de la famille, du modèle familial. Une destruction qui se vérifie par les chiffres, puisque 1600 unions ont été signées. Tremblez dame patrie !

Si certains visages ont changé (plus de Frigide Barjot, pas davantage de Béatrice Bourges , d’autres qui ont pris le relais du grand « élan démocratique  » que représente la manif pour tous, sont désormais très médiatisés. Notamment celui de Ludovine de la Rochère, ancienne professeure de collège d’Histoire et Géographie, aujourd’hui Responsable de communication, issue d’une famille catholiquedixit wikipedia, mais aussi selon ses propres mots; elle me rappelle au souvenir d’une certaine Béatrice Bourges. Avec cette façon de se sentir implicitement et parfois même explicitement dans son bon droit, oserais-je dire, divin ?
ludovine-de-la-rochere-presidente-de-la-manif-pour-tous-le-15-septembre-2013-a-vincennes-pres-de-paris_4040275

Ludovine de la Rochère, Présidente de la Manif pour tous

Ce qui est amusant (au second degré) quand on analyse le discours et le comportement des organisateurs et des membres des cortèges de la « Manif pour tous » c’est la dichotomie qui subsiste entre le verbe et l’action, entre la pensée, la théorie et la réalisation sur le terrain, lors des manifs, lesquelles ont été égrenées par des incidents, notamment le 23 avril 2013 .

L’obsession sémantique pour assurer que le langage ne contient aucun signe discriminant et homophobe on la retrouve systématiquement, alors même que les actes trahissent les paroles, puisque « libérée », cette parole laisse tout passer, souvent l’exact inverse de ce qui était annoncé comme étant parfaitement pacifique, raisonnable et raisonné. On en revient à « Je n’ai rien contre les pédés », tout en affichant par son attitude, sa gestuelle, ses mots exactement l’inverse, parfois même souhaiter qu’ils restent, ces mêmes pédés, « invisibles », « au placard ».

Pour peu, il y a quelques mois, des bûchers auraient pu être dressés, à la fois symboliquement et concrètement, contre ces personnes de même sexe, qui osent d’une part s’aimer, et pire le revendiquent aux yeux des personnes hétérosexuelles, tout en demandant les mêmes droits.

Les questions de la PMA et de la GPA au cœur des motivations de cette journée de mobilisation et cristallisant aussi toutes les préoccupations,  ne sont pas prévues dans l’état actuel de la loi (qui rappelons-le a été votée et adoptée à une large majorité). Personnellement je trouve que la loi  n’a pas été assez loin par rapport à ses deux points, étant favorable à l’une et l’autre pour les couples de même sexe.

manif%20pour%20tous1

En définitive, je pense que certaines personnes (et elles sont nombreuses à en croire les premières estimations de la manif d’aujourd’hui et plus globalement celle qui s’expriment autour d’une idée de la famille traditionnelle française), n’admettent pas et pire, n’acceptent pas, que la vie aujourd’hui, dans un couple, dans la vie, ne puisse pas se définir aussi facilement qu’un homme et une femme et deux enfants.

Les couples, les familles recomposées, les familles mono-parentales, les couples homosexuels, les couples hétéros avec une personne transsexuelle (dont on ne parle quasiment pas), des couples de transsexuels de même sexe, des couples homosexuels qui souhaitent avoir recours à la GPA et la PMA, qui aujourd’hui vont à l’étranger pour cela à défaut de le faire en France, la patrie dite des droits de l’homme.  Ne faîtes pas comme en Espagne avec ce gouvernement qui souhaite revenir sur la liberté de disposer de son corps pour une femme, de choisir de pouvoir avorter en son âme et conscience.

Ne faîtes pas revenir la France quarante ans en arrière, quand des femmes mourraient d’avortement illégaux, risquaient leur vie et celle de leur enfant. La France vaut mieux que cela.

 

 

123456...10



Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...