• Accueil
  • > Recherche : chanteuse oh land

Résultat pour la recherche 'chanteuse oh land'

Top EPs 2015

Afficher l'image d'origine

Après les tops clips (1, 2, 3, 4), le top pochettes d’albums, ceux des singles (1 et 2) et avant ceux des albums 2015, voici un petit mot sur les EPs sortis cette année. L’EP reste une très bonne manière pour un artiste, souvent avant la scène, de faire de découvrir sa musique en sus des classiques singles. Grand Blanc a été découvert ainsi l’année dernière. Le Couleur aussi. Entre autres.

Voici les 10 EPs que je retiens cette année. La fulgurance punk (au sens littéral du terme) du groupe américain G.L.O.S.S, à ma connaissance le premier groupe punk transgenres (sa chanteuse notamment) avec une musique qui va à 200 à l’heure, des morceaux pas plus longs qu’une minute trente distillant une urgence de tous les instants et surtout un discours engagé. Je suis Shura depuis ses débuts et elle ne m’a jamais déçu. Récemment invité chez Jools Holland (une sommité de la télé britannique), elle a sorti un très bel EP porté par White Light.

Afficher l'image d'origine

Allie X

Avec leur second EP, Bagarre qui vous salue avec son fameux « Bonsoir, nous sommes bagarre » m’a scotché. Musique mêlant hip-hop, électro, et un soupçon de pop. Mélange réussi et accrocheur, remarquablement ciselé sur des textes cinglants et intelligents. Un talent brut. A suivre de près.

Les canadiens de Le Couleur sont parmi les groupes ayant émergé ces trois dernières années que j’aime le plus (avec Rasabasa, formidable groupe lituanien),. Leur EP est classe, joliment illustré en clip(s). Bref, un certain goût du raffinement électronique porté par la belle Laurence.

Autre EP français que j’ai beaucoup aimé  celui de Sunday Night Syndrome. L’exemple du pop rock électro à la française qui peut sourire à un public plus large que celui de la scène indépendante.

Afficher l'image d'origine

La chanteuse de Sunday Night Syndrome

Jolie découverte aussi que cette Allie X (mélange d’Isabelle Adjani et Ellen Page) qui peut se faire un nom entre Jil Nilsson, Tove Lo et Ellie Goulding. Musique recherchée et visuel très intéressant. Potentiel.

Enfin, petite pépite colorée pop et rétro (sans être passéiste) avec la norvégienne Annie et son EP qui sent bon la cassette (dans le fond et la forme), la nostalgie douce. Excellent EP.

Les places 10 à 1.

 

10) G.L.O.S.S / Demos (Etats-Unis)

Afficher l'image d'origine

Image de prévisualisation YouTube

9) Wafia /  XXIX (Australie/ Pays-Bas)

Top EPs 2015  dans Top EPs 2015 a0196853102_10

Image de prévisualisation YouTube

8) Vérité / Sentiment (Etats-Unis)

Afficher l'image d'origine

Image de prévisualisation YouTube

7) Bow to each other / Like i never left (Canada/Norvège)

Afficher l'image d'origine

Image de prévisualisation YouTube

6) Sunday Night Syndrome/ Sunday Night Syndrome (France)

Afficher l'image d'origine

Image de prévisualisation YouTube

5) Le couleur / Dolce Désir (Canada)

Afficher l'image d'origine

Image de prévisualisation YouTube

4) Allie X / CollXtion 1 (Etats-Unis)

Afficher l'image d'origine

Image de prévisualisation YouTube

3) Bagarre / Musique de club (France)

Afficher l'image d'origine

Image de prévisualisation YouTube

2) Shura / White Light (Angleterre)

Afficher l'image d'origine

Image de prévisualisation YouTube

1) Annie / Endless Vacation (Norvège)

Afficher l'image d'origine

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

Films du mois (Août 2015)

Films du mois (Août 2015) dans Cinéma Cinema

 

Film du mois

The Gits (Kerri O’Kane, 2005)

The-Gits dans Cinéma

 

Films vus

♦♦♦♦♦ : Chef-d’oeuvre

♦♦♦♦ : Excellent

♦♦♦ : Très bon

♦♦ : Bon

♦ : Moyen

O : Mauvais

 

 

 

Stake Land (Jim Mickle,2012)  :  ♦

Un road-movie convenu sur fond de guerre entre survivants et zombies dans une Amérique désolée et un Canada qui s’ouvre comme le nouvel eldorado et surtout le dernier rempart. Si le début du film respecte les canons du genre et déroule une mécanique trop classique, l’intérêt provient de la deuxième partie avec la jeune femme enceinte, apportant une touche féminine rassurante. Un film de genre qui convoque les figures du passé et ne propose rien de vraiment original. BR fr

 

Les coquillettes (Sophie Letourneur, 2013) :  O

Trois jeunes actrices se rendent à un Festival de cinéma pour y projeter le film de l’une d’entre elles qui rêve de rencontrer Louis Garrel. Cette mise en perspective du moi, le narcissisme affiché de la mise en scène pourrait néanmoins constituer une bonne surprise si le film ne reposait pas tant sur une forme de complaisance à parler de soi. On écume les festivals, on se croise entre journalistes, on sirote et on rigole. Certains films sont embarrassants, celui-là ne l’est pas à proprement parler, cela dit je n’ai pas du tout accroché à ce ton entre Biba et Elle mâtiné d’un goût affiché pour le parisianisme bobo. TV

 

 On se calme et on boit frais à Saint -Tropez (Max Pécas, 1987) :  O

Le titre en lui-même est révélateur, mais je n’avais encore jamais vu un Max Pécas en entier (seulement des extraits il y a plus de vingt ans sur M6…à l’Eté). Il faut vraiment le voir pour le croire, car c’est ici l’antithèse formelle, de mise en scène, de direction d’acteurs et de dialogue d’Eric Rohmer qui convoque le meilleur de la langue. Tout ici est d’une vulgarité crasse, d’une homophobie latente, et le film, ou le navet plutôt, absolument borderline risquant à tout moment de tomber dans le porno sans jamais y céder. Un monument de vulgarité, dont je regrette la présence de Brigitte Lahaie, une très belle actrice du X 70′s, citant ici un texte sans conviction. TV

 

Pas si méchant que ça (Claude Goretta, 1974) :  ♦♦

La même année que Les Valseuses, Depardieu tourna devant la caméra de Claude Goretta dans cette chronique champêtre d’un ébéniste qui effectue des hold-up pour « aider » son entreprise en difficulté. C’est la naissance de ce qui allait devenir un monstre sacré du cinéma français, dont le talent ici déjà éclos. Une chronique des années 70, qui doit beaucoup à son interprète principal. TV.

 

Le jeu de la vérité (François Desagnat, 2013)  :  O

Trois amis d’adolescence qui ont l’habitude d’organiser des dîners hebdomadaires retrouvent la fille du lycée au cœur de tous leurs fantasmes et l’invitent à jouer au jeu de la vérité. Après Toute première fois où le héros homosexuel s’apercevait qu’il était au final si facile de redevenir hétéro en couchant avec la première inconnue, ici trois copains assaillent de questions une jeune femme qu’ils découvrent en fauteuil roulant. Soit une heure et demi de souffrance hétéro machiste, centrée autour de personnages tombant dans la grivoiserie, la gauloiserie, la testostérone et les blagues peu/pas drôles. Avec morale hypocrite et bien pensante dans son dernier tiers dans son discours sur la différence. Le mystère : qu’est venue faire Vanessa Demouy dans cette pantalonnade ?  TV 

 

Barbarella (Roger Vadim,  1968) :  ♦

Il y a bien évidemment le charme fou de Jane Fonda, sa longue chevelure platine, et ses bottes de cuir. Mais il y a aussi une certaine lourdeur et un kitsch assumé qui peut porter sur les nerfs. C’est un univers typique des années 60, pop et se voulant électrisant à la condition qu’on rentre dans le trip, mais aussi paradoxalement parfois agaçant si ce n’est pas le cas. Historiquement très important (1968, début de la libération sexuelle, cinégénie du personnage principal) mais à double tranchant du point de vue de la mise en scène. Tv

 

Flic Story ( Jacques Deray, 1976) :   ♦♦

Du cinéma à l’ancienne, ici ancré dans les 70′s bien que se déroulant à la fin des années 40 racontant la traque d’un truand par des flics, dont le principal incarné par Delon. Un polar qui a l’avantage de nous montrer ce Paris qui n’existe quasiment plus, celui d’une époque révolue, avec sa gouaille, ses fringues, son environnement. Solide bien que finalement très schématique et prévisible. Tv

 

 Yann Piat, Chronique d’un assassinat (Antoine de Caunes, 2012)  :  ♦♦♦

Le destin politique de Yann Piat, d’abord députée FN puis UDF, encartée par Jean-Marie le Pen qui gagnera des élections dans le sud de la France mais verra aussi sa vie constamment menacée. Un portrait de la politique avec ses zones d’ombre, la description du milieu d’affaires, et un sens aigu de la dramaturgie chez une Karine Viard qui porte clairement ce téléfilm sur ses épaules. Tv.

 

Wicked Women, Frauen Ohne Unschuld (Jess Franco, 1977) :  ♦♦

Ce qui intéressait manifestement Jess Franco dans cette co-production allemande et pas que celle-ci, c’était de filmer les ébats saphiques et hétéros de jeunes femmes nues à l’écran pendant 80 minutes, en flirtant avec le X sans y tomber. Lina Romay était à son cinéma ce que Laura Gemser était à celui de Joe d’Amato particulièrement pour sa série toute personnelle d’Emmanuelle : une icône. Un film de la fin des années 70 avec ce grain d’origine, ses nymphes et son scénario de série B criminelle tourné dans de beaux décors naturels. BR Allemand.

 

The Gits (Kerri O’Kane, 2005) :  ♦♦♦

L’histoire du groupe de punk rock The Gits, qui émergea en 1986 sur la scène de Seattle jusqu’au viol et meurtre de sa chanteuse charismatique Mia Zapata qui avait une voix à mi-chemin entre Janis Joplin et Patti Smith. Un très bon documentaire qui s’attarde sur l’alchimie de ses musiciens, l’accent étant mis sur le talent d’une artiste qui a marqué de son empreinte (et de sa voix) la musique locale et mondiale. Des interviews passionnantes d’ami(e)s, de musiciens, de producteurs qui témoignent d’une époque où le Do it yourself était roi.  Youtube

 

Between the cheeks (Dark Brothers, 1985) :  ♦♦

Un porno signé des frères Dark qui tournaient alors en vidéo, avec les stars de l’époque, dont Ginger Lynn. L’intrigue est ténue et se résume à raconter des histoires sexuelles auprès d’un professeur bien particulier, le film étant nappé d’un humour noir et caustique très caractéristique des réalisateurs. La curiosité vient de cette scène où apparaît le faux sosie de Freddy Mercury période Stade de Wembley. Daté mais amusant par moments. Internet.

Vérité le titre Colors

Vérité le titre Colors dans Etats-Unis

Voici le nouveau titre de la chanteuse indie pop Vérité dont j’ai adoré jusqu’à présent tous les singles (dont le génial Weekend), y compris celui-ci intitulé Colors. Une solide base rythmique et la belle voix font la différence.

Image de prévisualisation YouTube

Colors

 

 

Eurovision 2015 : La Suède l’emporte

Eurovision 2015 : La Suède l'emporte dans Actualités

C’est fait. On connaît le successeur de Conchita Wurst au concours de l’Eurovision. Il s’agît du suédois Manz Zelmerlow qui a gagné avec 365 points (presque le record de Loreen). Une fois de plus la suprématie scandinave dans le genre se vérifie, l’Eurovision étant une véritable institution dans les pays concernés. Je m’étais dit après avoir entendu le morceau de la lettone qu’elle pouvait l’emporter, car j’aime beaucoup son morceau. Mais comme je suis très mauvais en pronostic…Résultat, elle est à une très belle 6ème place.

Du côté de la France, avec seulement 4 points, la chanteuse Lisa Angell (je suis très réservé sur le choix du pseudo à la base) arrive à la 25ème position sur 27. Elle fait mieux que l’Autriche et l’Allemagne, seules nations à n’avoir pas gagné un seul point. Mais ce n’est pas encore pour aujourd’hui que la France s’impose et triomphe.

La raison en est je trouve assez simple : il n’y a pas vraiment de rythme fédérateur et accrocheur entendu depuis au bas mot vingt ans (Anggun s’y s’était essayée en 2012 avec Echo, un titre pas mal, mais pas forcément assez taillé pour le concours. D’ailleurs son titre aurait pu fonctionner en tant que single, vendu comme du Lara Fabian ou du Hélène Sagara, mais certainement pas pour l’Eurovision.

Ce qui veut dire qu’aucune chanson pop n’est taillée pour l’Eurovision, et que l’on vient souvent avec des morceaux low tempo, voire des ballades ou des morceaux tristes, dans le cas d’hier, avec un texte sur la 1ère Guerre Mondiale. On a frôlé le hors-sujet la correction (si nous avions terminé à 0 points), mais en l’état la chanson n’était clairement pas porteuse.

Maladroitement sans doute, excédée par sa position, la chanteuse s’explique dans les colonnes du Parisien. Non ce n’est pas une « injustice », c’est juste un morceau qui n’a pas convaincu. J’ajouterai trois remarques :

- L’eurovision se gagne à la conviction, et surtout avec un titre accrocheur et fédérateur

- On pourrait y participer en chantant en anglais, bien sûr les défenseurs de la langue de Molière pourraient crier au scandale, mais à l’Eurovision, même sur des tempos lents (le titre de Conchita Wurst l’était) on peut l’emporter, à la condition que la mélodie comporte un refrain qui soit très accrocheur et qui puisse se permettre une rythmique plus soutenue. 

-  Il est inutile de venir avec des chansons dites à « texte ». C’est du divertissement, il y a aussi du second voire troisième degré, il faut arrêter de prendre le concours comme quelque chose d’ultra sérieux et peut-être venir avec l’idée d’apporter une chanson légère, au texte minimaliste (celui du vainqueur), qui donne envie de bouger avec une production soignée. Bref quelque chose de pop, accessible, dansant et fédérateur. Bon courage…

En écoutant le titre du suédois, je me rends à l’évidence : c’est simple, très produit, rythmé, pensé dans les moindres détails, on perd sans doute en émotion pure ce que l’on gagne en efficacité. Et les titres de ce pays ont souvent marché comme ça. C’est d’une efficacité redoutable, ça se retient facilement et c’est très vendeur. Ils auraient même pu gagné avec la chanteuse Dina Nah et le titre Make me La La

A noter qu’hier chantait la jeune hongroise Boggie, et que j’aime beaucoup cette chanteuse 

Le vainqueur

Image de prévisualisation YouTube

Heroes

La chanson de Lisa Angell

Image de prévisualisation YouTube

N’oubliez pas

 

Mon top 5 

Lettonie

Image de prévisualisation YouTube

Love injected

Georgie

Image de prévisualisation YouTube

Warrior

Hongrie

Image de prévisualisation YouTube

Wars for nothing

Suisse

Image de prévisualisation YouTube

Time for Shine

Albanie

Image de prévisualisation YouTube

I’m alive

[Musique] Popkotidien d’Or 2014

En ce moment et vous le savez, car vous les lisez tous les jours, c’est la période des tops de fin d’année. C’est un exercice que j’apprécie particulièrement parce qu’il permet de faire le bilan des douze mois écoulés et aussi de se projeter dans l’avenir compte tenu des découvertes et des valeurs sûres.

Aussi, pour refermer cette (grande) page des tops, je me suis dit que cette année j’allais faire un petit palmarès sous la forme de remises des Popkotidien d’Or. Avec un classement de mes artistes préférés, de leurs albums, des réalisatrices et réalisateurs également. N’y voyez aucune prétention, c’est juste du fun. Je ne vais pas concurrencer Les Victoires de la Musique, les NRJ Music Awards/Grammy Awards et autres, loin s’en faut…

Les Popkotidien d’Or ce sont donc des récompenses personnelles que j’attribue aux artistes qui ont marqué cette année musicale, comme on l’a vu précédemment et notamment avec les quatre parties du Top albums. Il y a parfois des ex-æquo car il m’a été impossible d’en départager certains, voulant donner la même importance aux intéressés.

Venus d’horizons divers, ils ont marqué de leur empreinte la musique contemporaine et bon nombre d’entre eux n’en sont pourtant qu’à leur premier essai, le fameux LP (Clean Bandit, Sky Ferreira, Beatrice Eli, Holy Two, La Féline, Christine and The Queens, etc). D’autres passeront bientôt le cap et nous promettent de belles choses.

J’ai choisi 17 catégories pour essayer de faire un bilan final de cette année, de ce qu’elle a pu nous apporter en terme de pop, d’électro, de rock, de dance, de synthpop etc.

  • Meilleure chanteuse française
  • Meilleure chanteuse internationale
  • Meilleur chanteur français
  • Meilleur chanteur international
  • Révélations françaises féminines
  • Révélations internationales féminines
  • Révélation masculine française
  • Meilleur 1er EP français
  • Meilleur 1er EP international
  • Meilleur 1er album français
  • Meilleur 1er album international
  • Meilleur EP français
  • Meilleur groupe français
  • Meilleur groupe international
  • Meilleur duo français
  • Meilleur duo international
  • Meilleur réalisateur ou meilleure réalisatrice de clip

Le classement des Popkotidien d’Or est le suivant :

 

Meilleure chanteuse française :

1) La Féline (Popkotidien d’Or)

[Musique] Popkotidien d'Or 2014 dans Popkotidien d'Or 2014 [Musique]

Suivent

2) Camille Delvecchio

3) Owlle

4) Billie

5) Lou Marco

6) Le Prince Miiaou

7) Natalia Moscou

8) Kumisolo

9) Hollysiz

10) Laetitia Shériff

Meilleure chanteuse Internationale :

1) Chela (Popkotidien d’Or)

 dans Popkotidien d'Or 2014 [Musique]

Suivent

2) Aoife

3) Laurence Do

4) Lara Chedraoui

5) Sophie Ellis-Bextor

6) Eva M

7) Grace Chatto

8) Verité

9) Zurilda

10) Betty Who

Meilleur chanteur français :

1) Jean Felzine / Mustang (Popkotidien d’Or)

mustang-3-lo-def-photo-de-dimitri-coste

2)  Benoît David / Grand Blanc

3) François Marry / François and the Atlas Mountains

4)  Geoff Laporte / Jessica93

5) Cyril Briere et Nicolas Magenham / Sans Sebastien

Meilleur chanteur international :

1) Samuel Herring / Future Islands (Popkotidien d’Or)

4741779288_f2734247f5

Révélations françaises féminines :

1) La Féline (Popkotidien d’Or)

2) Cléa Vincent (Popkotidien d’Or)

3) Christine and The Queens (Popkotidien d’Or)

 la-feline-itw_4

8636016668_b8b7813fc2_z

christine-and-the-queens-a-etonne-le-public

Suivent

4) The Dove and the Wolf

5) Ibeyi

6) Robi

7) Juniore

8) Natalia Moscou

9) Kumisolo

10) Julia Jean-Baptiste

Révélations féminines internationales :

1) Vérité (Popkotidien d’Or)

2) Kate Boy (Popkotidien d’or)

3) Shura (Popkotidien d’Or)

KateBoy-14

shura

Suivent

4) Ji Nilsson

5) Kubalove

6) Kiezsa

7) Monogem

8) Natalia Bang

9) Zhala

10) Betty Who

Révélation masculine française :

1) François and the Atlas Mountains (Popkotidien d’Or)

francois-the-atlas-mountains

Meilleur 1er EP français :

1) Grand Blanc/ Grand Blanc (Popkotidien d’Or)

0

Suivent

2) Caspian Pool

3) Novembres

4) N U I T

Meilleur 1er EP international :

1) Kate Boy / Northern Lights (Popkotidien d’Or)

2) X Priest X / Samurai (Popkotidien d’Or)

maxresdefault

maxresdefault

Meilleur 1er album français :

1) La Féline / Adieu l’Enfance  (Popkotidien d’Or)

Suivent

2) Christine and the Queens

3) Billie

Meilleur 1er album international :

1) Beatrice Eli / Die Another Day (Popkotidien d’Or)

Suivent

2) Sky Ferreira / Night time my time

3) Alvvays/ Alvvays

4) Clean Bandit / New Eyes

5) Army on the dancefloor / Many faces of war

Meilleur EP français :

1) The pirouettes / L’importances des autres (Popkotidien d’Or)

0002450949_10

Meilleur groupe français :

1) Grand Blanc (Popkotidien d’Or)

grandblanc

Suivent

2) Mustang

3) N UI T

4) Lofofora

5) Suzi

Meilleur groupe international :

1) Rasabasa (Popkotidien d’Or)

artejancio-koncerto-proga-rasabasa-nauja-savo-kurini-dovanoja-nemokamai2

Suivent

2) Future Islands

3) Sisters

4) Boynames

5) Lovestarrs

6) Linda Guilala

7) Clean Bandit

Meilleur duo français :

1) The Pirouettes / Leo Creek et Vicky Chérie (Popkotidien d’Or)

oublie_moi_de_the_pirouettes

Suivent

2) Caspian Pool

3) Sans Sebastien

4) Poom

5) Où sont les filles ?

Meilleur duo international :

1) Junksista (Popkotidien d’Or)

jap06

Suivent

2) Tennis

3) Bow to each other

4) Army on the dancefloor

5) Color War

Meilleur réalisateur ou réalisatrice de clip :

1) Luis Cervero/ Espada (Popkotidien d’Or)

javiera-mena

Image de prévisualisation YouTube

Suivent

2) Laurie Lasalle / Les Fashionistes (La Féline)

3) Kevin ElAmrani/ Dernier métro (The Pirouettes)

4) Saulius Baradinskas / Interstellar & Embers (Rasabasa)

5) Aurèle Lavale / Enjoy the night ( N U I T)

 

Résumé global des récompenses tous tops confondus, citations et Popkotidien d’Or :

La Féline : Meilleur 1er album /Meilleure chanteuse française/ Meilleur clip/ Meilleur single/ Révélation française  féminine de l’année / Meilleure réalisatrice de clip -Les Fashionistes Aurélie Lasalle-

The Pirouettes : Meilleur EP/ Meilleur single/Meilleur clip/Meilleure Pochette/Meilleur duo français/ Meilleur Live/ Meilleur réalisateur de clip -Dernier métro Kevin Elamrani

Christine and The Queens : Meilleure pochette/Révélation française/Meilleure chanteuse française/Meilleur 1er album/Meilleur clip/Meilleur single

Beatrice Eli : Meilleur clip/Meilleur 1er album/Meilleur single/Meilleure chanteuse internationale/Révélation féminine internationale

Clean Bandit : Meilleur 1er album/Meilleure chanteuse internationale/Meilleur single/Meilleur clip/Prix de l’originalité (meilleur album fusion)

Future Islands : Meilleur chanteur international/ Meilleur Album/ Meilleur clip/Meilleur single/ Meilleur Live/ Meilleur groupe international

Sky Ferreira : Meilleur clip/Meilleur 1er album/Meilleur single/Meilleure chanteuse internationale/Révélation féminine internationale

Javiera Mena : Meilleur clip/Meilleur single/Meilleur album/Meilleur live

Billie : Meilleur 1er album/Meilleur single/Révélation française/Meilleur clip

François and the Atlas Mountains : Meilleur Album/Révélation masculine française/Meilleur chanteur français/Meilleur single/Meilleur clip

Grand Blanc : Meilleur 1er EP/ Meilleur live/ Meilleure chanteuse féminine française/ Meilleur chanteur français/ Meilleur single/ Meilleur groupe français

Caspian Pool :  Meilleur single / Meilleur clip/ Meilleur 1er EP/ Meilleur duo français

N U I T : Meilleur single/clip/EP/groupe français

123456



Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...