• Accueil
  • > Recherche : csemer blogarka

Résultat pour la recherche 'csemer blogarka'

Bogi, Lilla et Barbee

Bogi, Lilla et Barbee  dans Hongrie 14

En Hongrie, en ce moment deux types de sons font les beaux jours des ventes de disques, des émissions de télé et des concerts.

D’un côté l’ultra moderne (trop pour certains) Barbee qui vient de sortir son nouveau single Holdfény, dans la lignée d’une tradition magyare de musique destinée avant tout aux clubs de Budapest et des grandes villes hongroises, avec un son très produit, rappelant les productions de Guetta et consorts.

Image de prévisualisation YouTube

Holdfény

J’ajouterai le nouveau single de Lilla Polyak qui produit aussi un son très taillé, très caractéristique du nouvel Eurodance qui a émergé depuis 2010. Avec son titre Valami más

Image de prévisualisation YouTube

D’un autre coté, une production sensiblement plus attachée à la pop des années 60 en en reprenant son visuel, ses couleurs, avec une touche légèrement parodique qui fait penser à la parodie cinématographique de Mike Myers intitulée Austin Powers. Si l’on souhaite dans la pop des années 60, très populaire en Hongrie à cette époque (et encore maintenant), on peut jeter un oeil ici ou

Image de prévisualisation YouTube

Tükörkép

Entre les deux : la pop jazzy de Blogarká Csemer (qui a ma préférence), celle de Zsuzsi Valami, la pop post-adolescente de Gigi Radics ou celle de Szilvia Szábo.

 

Kievelektro : duo ukrainien

Kievelektro : duo ukrainien dans Ukraine L6YFBLphHeY

J’ai en ce moment trois chansons qui me trottent continuellement dans la tête. I follow rivers de Lykke Li, We got the power de Loreen et Je veux l’aventure de Blogárka Csemer.

Le duo ukrainien Kievelektro est bien différent. Il me rappelle instantanément l’autre duo ukrainien que j’ai écouté l’année dernière, Potap et Natsya Kamenshik, auteurs de succès comme Chumacheya Vesta. 

L’autre duo ukrainien qui rassemble les foules et provoque l’enthousiasme c’est Kievelektro. Le nom est assez bien trouvé et l’on retrouve le côté versatile de Potap : Un univers hip-hop côtoie la ballade, ou encore le morceau dance saupoudré de saxo et d’accordéon. Le duo a lancé des singles durant les trois dernières années.  Quand j’écoute la chanson Шарики (Balls en anglais), je devrais/je pourrais détester ce titre. L’air d’introduction, les paroles, la musique, tout ressemble à du Pitbull.

401584_488899947843827_307184110_n dans Ukraine

Seulement, la voix féminine et le refrain changent (à mon sens) tout : on entre dans une dimension beaucoup plus slave, on sort le saxophone et l’accordéon. On pourrait reprocher les petites tenues, évoquer un côté vulgaire, des filles en bikinis pour faire de l’audience et multiplier les clics. Mais quand je vois le groupe en concert, je les sens plutôt sincères, avec une pointe de second degré, une absence de (trop) de sérieux.

531047_459419094125246_394395441_n

Image de prévisualisation YouTube

Шарики

Surtout que le duo est capable de produire et d’interpréter ce titre

Image de prévisualisation YouTube

Поцелуй

De se lancer aussi dans la dance/disco entraînante

Image de prévisualisation YouTube

Лето-Море

Image de prévisualisation YouTube

Пароход бумажный

Ou de jouer avec certains clichés

Image de prévisualisation YouTube

Гуляй, славяне!

 

Leur nouveau clip

Image de prévisualisation YouTube

Камон Эврибади

 

 

 

 

Sélection musicale (Mai 2013)

Sélection musicale (Mai 2013) dans Actualités maxresdefault

Le mois de Mai a musicalement été ponctué par des singles plutôt que par des albums. Si je ne devais retenir qu’un nom et qu’une chanson (même si j’aime toutes les chansons que je cite), ce serait ceux de Blogárka Csemer et son titre Je veux l’aventure, petite merveille d’une chanteuse hongroise qui interprète un titre en français avec un accent caressant. Dommage que ce titre ne soit pas sorti en 2013, il aurait très certainement figurer en bonne place d’un top annuel consacré aux albums et aux chansons marquantes. Quand je l’ai découvert un soir de fin Mai, le 23 pour être précis, j’avais le cœur et l’esprit parcourus de sentiments romantiques très poussés, fruits d’une journée particulièrement marquante sur le plan émotionnel. C’est comme ça, il y a des chansons qui marquent, qui soulignent des instants de la vie, dont on aime à se rappeler le parfum ensorcelant et l’émotion qu’elles dégagèrent en y repensant.

kasia%20gomola%20jak%20chcesz dans Actualités

J’ai été également totalement emballé par le nouveau single de Kasia Gomoła. Et même si l’Eurovision n’a pas été remporté par Margaret Berger, cette dernière m’a laisse une forte impression.

Margaret-Berger-Should-Win-Norsk-Melodi-Grand-PrixMargaret Berger

Pas mal de singles qui sont arrivés depuis la Pologne, jusqu’en Scandinavie en passant par l’Ouzbékistan, le Québec, la France ou encore la Norvège. La victoire à l’Eurovision d’Emmelie de Forest qui lui sert de tremplin international, le triomphe de La Vie d’Adèle, les larmes et le sourire de ses deux actrices principales, le premier mariage de personnes de même sexe (et mes meilleurs vœux de bonheur aux mariés), film qui m’a permis de découvrir Likke Le et son titre I Follow rivers, paraît-il utilisé dans le film de Kechiche et qui m’a rappelé par certains aspects Sia, la victoire méritée de Györ en ligue des Champions de handball féminin, et j’ajoute le fairplay exemplaire des joueurs de Munich pour ceux de Dortmund.

la-femme-cover

Le premier album de très jeunes artistes originaires de Biarritz, dont rêveur a parlé avec beaucoup d’enthousiasme sur son blog. En quelques mots donc : un lapin géant, Mickey, Donald et Pluto qui se lâchent (et Disney qui devrait a priori porter plainte pour détournements de droits et de personnages), une fée suédoise aux cheveux de jais, deux femmes qui s’embrassent sous des traits juvéniles, Indochine et la polémique, une petite douceur vietnamienne, de l’instrumental taïwanais, des cheveux courts blonds monténégrins, une Nolwenn dans le plus beau clip de sa carrière, une ancienne chanteuse d’un groupe hongrois à succès, etc.

Petit florilège donc

 

La femme

Image de prévisualisation YouTube

Hypsoline

Loreen

Image de prévisualisation YouTube

We got the power

Nolwenn

Image de prévisualisation YouTube

Le septième continent

 Eivør

Image de prévisualisation YouTube

True love

Patty

Image de prévisualisation YouTube

Dosc Mam Klamstw

Myahri

Image de prévisualisation YouTube

Ayterek Gunterek

Szilvia Péter Zsabo

Image de prévisualisation YouTube

Soha ne Mondd

Kasia Gomoła

Image de prévisualisation YouTube

Jak Chcesz

Indochine

Image de prévisualisation YouTube

College boy

Setora

Image de prévisualisation YouTube

Барын Кеширем

Naive New Beaters

Image de prévisualisation YouTube

Shit happens

Le couleur

Image de prévisualisation YouTube

Les vacances de 87

Elephant Gym

Image de prévisualisation YouTube

Galaxy

Milena Vucic

Image de prévisualisation YouTube

Eo

Juvéniles

Image de prévisualisation YouTube

Fantazy

Ngây Ngô

Image de prévisualisation YouTube

Hoàng Yến

Margaret Berger

Image de prévisualisation YouTube

I feed you my love

Hors 2013

Blogárka Csemer

Image de prévisualisation YouTube

Je veux l’aventure

Likke Li

Image de prévisualisation YouTube

I follow rivers

Il me reste à découvrir le Alizée (qu’ Anorya a beaucoup aimé) et le Queens of the stone age, qui est sorti hier.

 

 

 

 

 

 

Szilvia : Revolution, nouveau disque

Szilvia : Revolution, nouveau disque dans Hongrie 00001

Après les clips de Blogarká Csemer une artiste hongroise qui chante des titres en français dont Un an à Paris et Je veux l’aventure, sa compatriote Szilvia Péter Szábo sort également son disque intitulé Revolution et accompagne cette sortie de deux singles à la beauté assez ensorcelante dont Rólunk Szól et Soha Ne Mondd ce qui n’est pas nouveau tant cette jeune femme a un charme qui irradie l’image. Et puis surtout, Szilvia est l’ex chanteuse du groupe NOX dont le single le plus fameux est sans doute Százszor ölelj még! , très connu en Hongrie, groupe dont elle a chanté tous les plus grand succès.

Image de prévisualisation YouTube

Rólunk Szól

Image de prévisualisation YouTube

Soha Ne Mondd

 dans Hongrie

 

 

 

 

 

 

 

Csemer Blogarka « Boogie »

Csemer Blogarka

Csemer Boglarká est une artiste hongroise. L’habitude hongroise veut que le nom soit indiqué en premier et le prénom en second. Par exemple, quand on cite un artiste ou un sportif on dit « Görbicz Anita » plutôt que Anita Görbicz. Pour Blogarká (son prénom) c’est pareil.

Jeune artiste hongroise, Blogarká Csemer, qui s’illustre dans le domaine du jazz, chante en hongrois, et c’est plus rare en français, dans le texte s’il vous plaît, et pas uniquement une plage, mais cinq de son disque Boggie qui vient de sortir. Interprète du titre Parfüm, qui a remporté déjà un beau succès en Hongrie grâce à sa diffusion télé, la chanteuse est bien partie aussi pour se faire connaître en dehors des frontières de son pays.

IMG_0106 dans Hongrie

Il est à espérer qu’une oreille attentive ou plusieurs écoutent cet album afin d’en permettre la promotion en France, car c’est plutôt rare (dernier exemple en date avec Lolita Jolie et ses singles en français), et souvent c’est accompagné de cet accent chantant qui a tout son charme. Elle chante notamment les titres Je veux l’aventure et Un an à Paris dans la langue de Molière. Une manière aussi de voir que le français peut séduire à l’étranger et qu’il n’y a pas de mal à aimer cette langue et à la véhiculer, et ce en dépit des clichés actuels concernant l’enseignement de l’anglais vu par les politiques.

Image de prévisualisation YouTube

Parfüm

Version télé

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Je veux l’aventure

Avec les paroles de la chanson (le piano est mixé un peu haut par rapport à la voix) ci-dessous.

Un peu de pomme, peu de lait, peu de pain
Peu de peur de la mort de l’âme

Un peu de faim, peu de bien, peu de plat
Peu de peur de la mort de l’âme

Un peu d’débat, de combat, de querelle
chez nous ce n’est pas normal

Un peu de cris, peu de bris, peu de prie, c’est ça la vie , jour après jour

Un peu de claque, peu de larmes,
peu de cris, peu de peur de la mort de l’âme

un peu de pain, peu de bout,
peu de goût, peu de grains que je ramasse

un peu de temps, peu de crise,
peu de choc, peu de souvenirs à garder.

Un peu de vin, peu de crack, peu de rhum, peu de contes de fées espérés.

Croire, me promener, tout espérer, sont pas faciles
Marcher, m’y avancer, ne pas pleurer sont impossibles.

Jouer, tout oublier, pas s’embêter, me prouver que
Ce que je cherche c’est l’aventure, elle est partout
Elle ne se cache pas et ne s’efface pas dès que je la regarde, dès que je m’en approche.

Un peu de bon, peu de oui,
peu de non, peu de sous dans la poche.

Un peu de chants, peu de vers,
peu de rhytme, peu de mots à partager.

Un peu de rage, peu de phrases,
peu de quête, peu de perte que je regretterai.

Un peu de course, peu d’élan,
peu de teint, peu de fous que je craigne.

Image de prévisualisation YouTube

Un an à Paris

Version télé

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Jazz à gogo

Et puis c’est beau une chanteuse qui vous chante un des plus beaux verbes de la langue française : Je t’aime.

Image de prévisualisation YouTube

Cela me fait penser au fait, pour refermer cette parenthèse (en)chanté(e) hongroise que le groupe Holdviola existe toujours

Image de prévisualisation YouTube

Elindultam szép hazámból

Et que Veca Janicsák après son titre Labirintus a sorti une ballade en début d’année. Ballade piano/voix.

Image de prévisualisation YouTube

Szenvedély

Image de prévisualisation YouTube

Labirintus




Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...