• Accueil
  • > Recherche : florrie batterie

Résultat pour la recherche 'florrie batterie'

Ester Rada

Ester Rada dans Ethiopie Ester-Rada-live-at-SXSW

Je n’avais pas encore évoqué l’Afrique Noire, ce continent qui nous a donné Tinariwen et son rock blues touareg, un des plus impressionnants du monde ou encore Aziza Brahim. C’est l’occasion avec la sortie du single d’Ester Rada intitulé Life Happens. C’est une découverte assez étonnante, bourrée d’énergie, de joie contagieuse, qui m’a un instant, lors des toutes premières notes fait penser que j’avais trouvé en Ester une autre Florrie, une Florrie noire en plus jazzy. Florrie est en effet multi-instrumentiste et principalement batteuse. Ester Rada elle joue dans son clip de tous les instruments, allant de la flûte à la guitare en passant par la basse ou la batterie.

Ester Rada est le mélange de deux cultures de par ses origines : africaines et plus précisément éthiopiennes par ses parents, et aussi juives par son lieu de naissance, puisqu’elle est née en Israël. Elle fait partie de cette histoire des populations africaines migrantes en Israël, et bien qu’elle soit à la fois éthiopienne et israélienne, elle ne chante pas dans la langue amharique ni en hébreu, mais en anglais.

Evoquer cette artiste me fait penser à un ami, Addis-Abeba, qui avait choisi ce pseudo en hommage à ce pays et à sa capitale pour discuter ciné.

Image de prévisualisation YouTube

Life happens

 

Image de prévisualisation YouTube

Monsters

 

 

Florrie

Florrie dans Angleterre 487px-Florrie_-_Live_at_La_Maroquinerie,_Paris_(2011)-2

Je ne vais pas parler de l’affaire Cahuzac qui est en train de vampiriser l’information (d’un coup, d’un seul, c’est comme si Nicolas Sarkozy n’était plus mis en examen…) des chaînes nationales comme la presse dans son ensemble, en rotation lourde, alors même que tout est dit dans l’excellent film Une affaire d’Etat d’Eric Valette qui raconte en substance exactement ce qui est train de se passer, ce scandale d’Etat, ce mensonge déplorable qui résume assez bien la maxime d’Oscar Wilde: « le cynisme c’est connaître le prix de tout et la valeur de rien ».

Je vais plutôt parler de Florrie, de son vrai nom Florence Arnold, une jeune artiste britannique qui vient de dévoiler son nouveau single Live a little. Elle joue de tous les instruments dans un décor unique au sein duquel elle se meut. Elle joue alternativement de la guitare, de la trompette, de la basse et même de la batterie. J’adore les batteuses : celle de Plastiscines, celle de Hole (la légendaire Patty Schemel), celle de L7, etc. Un décor unique, mais rien n’est statique, l’artiste se déplaçant au sein du décor, à la tonalité blanche/gris/vert.

Florrie-Arnold-Hoss-Intropia2 dans AngleterreFlorrie-Arnold-Hoss-Intropia3

L’originalité de Florrie c’est d’être à la fois mannequin et batteuse. Musicienne et championne des podiums, défiler pour les créateurs et créer sa propre musique.

Voici ce qu’elle déclarait dans Métro : « J’ai grandi en écoutant les enregistrements des Beatles, mais j’aime la musique électro, j’adore faire des musiques entraînantes qui font danser les gens « 

Sa musique la rapproche en effet de LaRoux.

Image de prévisualisation YouTube

Live a little

D’autres morceaux de l’artiste, dont Shot you down, avec une basse fabuleuse et une rythmique immédiatement accrocheuse. Elle a du talent !

Image de prévisualisation YouTube

Shot you down

Image de prévisualisation YouTube

Begging Me

Image de prévisualisation YouTube

Give me your love

Image de prévisualisation YouTube

I took a little something

J’ai désormais envie de me procurer son disque.




Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...