• Accueil
  • > Recherche : groupe punk feminin

Résultat pour la recherche 'groupe punk feminin'

Films du mois (Août 2015)

Films du mois (Août 2015) dans Cinéma Cinema

 

Film du mois

The Gits (Kerri O’Kane, 2005)

The-Gits dans Cinéma

 

Films vus

♦♦♦♦♦ : Chef-d’oeuvre

♦♦♦♦ : Excellent

♦♦♦ : Très bon

♦♦ : Bon

♦ : Moyen

O : Mauvais

 

 

 

Stake Land (Jim Mickle,2012)  :  ♦

Un road-movie convenu sur fond de guerre entre survivants et zombies dans une Amérique désolée et un Canada qui s’ouvre comme le nouvel eldorado et surtout le dernier rempart. Si le début du film respecte les canons du genre et déroule une mécanique trop classique, l’intérêt provient de la deuxième partie avec la jeune femme enceinte, apportant une touche féminine rassurante. Un film de genre qui convoque les figures du passé et ne propose rien de vraiment original. BR fr

 

Les coquillettes (Sophie Letourneur, 2013) :  O

Trois jeunes actrices se rendent à un Festival de cinéma pour y projeter le film de l’une d’entre elles qui rêve de rencontrer Louis Garrel. Cette mise en perspective du moi, le narcissisme affiché de la mise en scène pourrait néanmoins constituer une bonne surprise si le film ne reposait pas tant sur une forme de complaisance à parler de soi. On écume les festivals, on se croise entre journalistes, on sirote et on rigole. Certains films sont embarrassants, celui-là ne l’est pas à proprement parler, cela dit je n’ai pas du tout accroché à ce ton entre Biba et Elle mâtiné d’un goût affiché pour le parisianisme bobo. TV

 

 On se calme et on boit frais à Saint -Tropez (Max Pécas, 1987) :  O

Le titre en lui-même est révélateur, mais je n’avais encore jamais vu un Max Pécas en entier (seulement des extraits il y a plus de vingt ans sur M6…à l’Eté). Il faut vraiment le voir pour le croire, car c’est ici l’antithèse formelle, de mise en scène, de direction d’acteurs et de dialogue d’Eric Rohmer qui convoque le meilleur de la langue. Tout ici est d’une vulgarité crasse, d’une homophobie latente, et le film, ou le navet plutôt, absolument borderline risquant à tout moment de tomber dans le porno sans jamais y céder. Un monument de vulgarité, dont je regrette la présence de Brigitte Lahaie, une très belle actrice du X 70′s, citant ici un texte sans conviction. TV

 

Pas si méchant que ça (Claude Goretta, 1974) :  ♦♦

La même année que Les Valseuses, Depardieu tourna devant la caméra de Claude Goretta dans cette chronique champêtre d’un ébéniste qui effectue des hold-up pour « aider » son entreprise en difficulté. C’est la naissance de ce qui allait devenir un monstre sacré du cinéma français, dont le talent ici déjà éclos. Une chronique des années 70, qui doit beaucoup à son interprète principal. TV.

 

Le jeu de la vérité (François Desagnat, 2013)  :  O

Trois amis d’adolescence qui ont l’habitude d’organiser des dîners hebdomadaires retrouvent la fille du lycée au cœur de tous leurs fantasmes et l’invitent à jouer au jeu de la vérité. Après Toute première fois où le héros homosexuel s’apercevait qu’il était au final si facile de redevenir hétéro en couchant avec la première inconnue, ici trois copains assaillent de questions une jeune femme qu’ils découvrent en fauteuil roulant. Soit une heure et demi de souffrance hétéro machiste, centrée autour de personnages tombant dans la grivoiserie, la gauloiserie, la testostérone et les blagues peu/pas drôles. Avec morale hypocrite et bien pensante dans son dernier tiers dans son discours sur la différence. Le mystère : qu’est venue faire Vanessa Demouy dans cette pantalonnade ?  TV 

 

Barbarella (Roger Vadim,  1968) :  ♦

Il y a bien évidemment le charme fou de Jane Fonda, sa longue chevelure platine, et ses bottes de cuir. Mais il y a aussi une certaine lourdeur et un kitsch assumé qui peut porter sur les nerfs. C’est un univers typique des années 60, pop et se voulant électrisant à la condition qu’on rentre dans le trip, mais aussi paradoxalement parfois agaçant si ce n’est pas le cas. Historiquement très important (1968, début de la libération sexuelle, cinégénie du personnage principal) mais à double tranchant du point de vue de la mise en scène. Tv

 

Flic Story ( Jacques Deray, 1976) :   ♦♦

Du cinéma à l’ancienne, ici ancré dans les 70′s bien que se déroulant à la fin des années 40 racontant la traque d’un truand par des flics, dont le principal incarné par Delon. Un polar qui a l’avantage de nous montrer ce Paris qui n’existe quasiment plus, celui d’une époque révolue, avec sa gouaille, ses fringues, son environnement. Solide bien que finalement très schématique et prévisible. Tv

 

 Yann Piat, Chronique d’un assassinat (Antoine de Caunes, 2012)  :  ♦♦♦

Le destin politique de Yann Piat, d’abord députée FN puis UDF, encartée par Jean-Marie le Pen qui gagnera des élections dans le sud de la France mais verra aussi sa vie constamment menacée. Un portrait de la politique avec ses zones d’ombre, la description du milieu d’affaires, et un sens aigu de la dramaturgie chez une Karine Viard qui porte clairement ce téléfilm sur ses épaules. Tv.

 

Wicked Women, Frauen Ohne Unschuld (Jess Franco, 1977) :  ♦♦

Ce qui intéressait manifestement Jess Franco dans cette co-production allemande et pas que celle-ci, c’était de filmer les ébats saphiques et hétéros de jeunes femmes nues à l’écran pendant 80 minutes, en flirtant avec le X sans y tomber. Lina Romay était à son cinéma ce que Laura Gemser était à celui de Joe d’Amato particulièrement pour sa série toute personnelle d’Emmanuelle : une icône. Un film de la fin des années 70 avec ce grain d’origine, ses nymphes et son scénario de série B criminelle tourné dans de beaux décors naturels. BR Allemand.

 

The Gits (Kerri O’Kane, 2005) :  ♦♦♦

L’histoire du groupe de punk rock The Gits, qui émergea en 1986 sur la scène de Seattle jusqu’au viol et meurtre de sa chanteuse charismatique Mia Zapata qui avait une voix à mi-chemin entre Janis Joplin et Patti Smith. Un très bon documentaire qui s’attarde sur l’alchimie de ses musiciens, l’accent étant mis sur le talent d’une artiste qui a marqué de son empreinte (et de sa voix) la musique locale et mondiale. Des interviews passionnantes d’ami(e)s, de musiciens, de producteurs qui témoignent d’une époque où le Do it yourself était roi.  Youtube

 

Between the cheeks (Dark Brothers, 1985) :  ♦♦

Un porno signé des frères Dark qui tournaient alors en vidéo, avec les stars de l’époque, dont Ginger Lynn. L’intrigue est ténue et se résume à raconter des histoires sexuelles auprès d’un professeur bien particulier, le film étant nappé d’un humour noir et caustique très caractéristique des réalisateurs. La curiosité vient de cette scène où apparaît le faux sosie de Freddy Mercury période Stade de Wembley. Daté mais amusant par moments. Internet.

L7 Bricks are heavy

L7 Bricks are heavy dans Etats-Unis tumblr_ma36ndHbyj1rvdh0ho1_500

En attendant le concours de chansons de l’Eurovision (et oui changement radical de style), je regardais des vidéos de ce fameux groupe de punk-rock féminin, L7 qui a enflammé la scène musicale au début des années 90, notamment avec un disque, intitulé Bricks are heavy à la pochette malheureusement très moche mais au son excellent, sorti en avril 1992. 

Sur les plateaux, le groupe se montrait parfois provocateur, la chanteuse apparaissant sans culotte comme on peut le voir sur la vidéo de Pretend that we’re dead filmée en live sur le plateau de Live the World (voir la vidéo ci-dessous), et surtout mettant un coup de pied dans la fourmillière musicale de l’époque. A noter aussi que la chanson Shitlist figure sur la BOF du film Tueurs-Nés d’Oliver Stone.

Pretend that we’re dead

Bref un grand groupe de musique alternative, dont l’écoute de Bricks are heavy confirme le son corrosif, abrasif, nerveux de cet opus, mais aussi d’un début de décennie caractérisé par une énergie folle.

Les Victoires de la musique 2014

Les Victoires de la musique 2014  dans Actualités victoires_musique_600x340

C’était un triomphe, un plébiscite. C’était écrit, annoncé partout. Les Victoires de la musique 2014 seraient celles de Stromae. il n’a pas déjoué les pronostics, et il n’est pas reparti bredouille. En remportant trois trophées dans les catégories reines (Meilleur clip, Meilleur album de chansons, Meilleur interprète masculin) sur quatre possibles, Stromae a volé la vedette aux autres artistes et a été omniprésent sur scène comme dans les esprits, au point qu’il a généré beaucoup de commentaires et de tweets. Trop même

C’est aussi le sacre d’un raz-de-marée commercial, Stromae ayant vendu 1,5 millions d’albums, ce qui n’était pas arrivé dans l’industrie du disque depuis au bas mot dix ans. Seul Johnny Hallyday a soufflé le prix de la meilleure chanson pour 20 ans et pour une chanson qui n’était justement pas « formidable ». Mais voilà, un petit peu de Johnny ça fait du bien.

Image de prévisualisation YouTube

La soirée a surtout été illuminée par trois performances sur scène qui ont pu faire découvrir au plus grand nombre trois groupes, plus précisément deux et une artiste solo. Catsontrees, La Femme et Hollysiz. Il se trouve, que ces artistes étaient nommés dans la catégorie d’Album révélation, et que très honnêtement et très objectivement, tous auraient pu remporté le trophée, parce que leurs albums sont justement excellents, qu’ils soufflent un vent de fraîcheur revigorant sur la pop française et qu’ils ont chacun à leur manière apporté de la nouveauté à la musique française. J’ajouterais également Christine and The Queens avec sa belle mélopée dreampop

Image de prévisualisation YouTube

La salle du Zénith était peut-être un peu grande pour le duo toulousain, qui a porté hier soir Sirens Call au-delà de son cadre intimiste et de sa pop ici soulignée par les arrangements et les orchestrations du meilleur goût. Nina et Yohann se sont bien amusés sur scène, et comme je l’écrivais en tweet, la pop c’est parfois simple : une batterie, un piano, une voix (des chœurs) et des orchestrations. En tout cas cette performance leur a permis de se faire connaître un peu plus du grand public et surtout de se faire découvrir par d’autres personnes qui n’auraient pas encore tenté l’aventure.

Image de prévisualisation YouTube

La prestation de HollySiz elle était très bonne sur son Come back to me, pépite électro/rock, parcourue de frissons 80′s. Cecile a su jouer de son charme et du naturel de son chant.

Image de prévisualisation YouTube

Celle de La Femme était millimétrée, à la fois rétro dans ses costumes et ultra moderne par le son, la lumière, et la chorégraphie. On sentait un vrai boulot de mise en scène, d’atmosphère, pour ce groupe qui a livré un premier album génial justement remarqué l’année dernière. C’était visuellement fort et totalement original, bien loin d’une prestation lisse, même si je n’aurais pas été contre une interprétation de « Si un jour » . D’ailleurs les prestations de chacune et chacun ont repris les univers visuels des différents artistes.

Image de prévisualisation YouTube

Stromae a effacé quelque peu les performances masculines sur scène en interprétant rien moins que deux titres de suite. Etienne Daho classe, élégant et très discret a joué de son charme cinquantenaire. Julien Doré s’est amusé avec Adamo en hommage à ses 50 ans de carrière.

Image de prévisualisation YouTube

Dans la catégorie musique électronique c’est Kavinsky qui remporte le trophée. Je n’aime pas particulièrement sa musique, et ce n’était pas le meilleur des trois albums. Gesaffelstein a livré un album au son percutant, pêchu, beaucoup plus ancré dans les années 2010, plus proche de Daft Punk en tout cas période fin 90′s alors que Kavinsky vogue dans les eaux 80′s, et remporte surtout son succès grâce à la BOF de Drive de Winding Refn. A vrai dire, je n’aurais pas été contre la présence de Kadebostany, mais il se trouve qu’ils ne sont pas français mais suisses. Sauf qu’ils ont livré l’un des meilleurs albums électro de 2013 à mes oreilles, le très bon Pop Collection.

Ou même celle de Carpenter Brut qui a livré un EP II très travaillé et prenant.

Image de prévisualisation YouTube

Victoire de la musique pour Vanessa Paradis accompagnée par Benjamin Biolay, qui a elle aussi reçu les honneurs et pas mal de commentaires au sujet de sa coiffure (c’est dire à quel point la cérémonie est aussi une question d’image et de commentaires s’y afférant). Dans sa longue robe noire échancrée laissant deviner sa peau de porcelaine, la chanteuse a remercié le public pour ce troisième prix.

Image de prévisualisation YouTube

Le groupe Phoenix qui a longtemps eu du mal à s’imposer en France mais qui cartonne aux Etats-Unis est venu chercher son prix du meilleur album rock de l’année.

Dans la catégorie musique du Monde, c’est Ibrahim Maalouf qui l’emporte, sachant qu’était nommée la belle Cap verdienne Mayra Andrade qui a sorti un album chaleureux en 2013.

Un petit mot sur Indochine venu défendre College Boy sur scène, un clip qui avait fait polémique l’année dernière, un clip en noir et blanc réalisé par Xavier Dolan.

Image de prévisualisation YouTube

Palmarès

Vidéo-Clip : « Formidable » de Stromae
Album rock : « Bankrupt! » du groupe Phoenix
Artiste interprète masculin : Stromae
Album de chansons : « Racine carrée » de Stromae
Spectacle, tournée, concert : – M – Matthieu Chedid
DVD musical : « Geeks on Stage » du groupe Shaka Ponk
Album de musiques électroniques : « Outrun » de Kavinsky
Chanson originale : « 20 ans » de Johnny Hallyday
Album de musiques du monde : « Illusions » de Ibrahim Maalouf
Album révélation : « Psycho Tropical Berlin » du groupe La Femme
Album de musiques urbaines : « Paris Sud Minute » du groupe 1995
Groupe ou artiste révélation scène : Woodkid
Artiste interprète féminine : Vanessa Paradis

 

Top Albums 2013 (2ème partie)

Top Albums 2013 (2ème partie) dans Top Albums 2013 (2ème partie)

La première partie du Top Albums 2013 révélait les 20 premiers albums que j’ai préférés cette année. Depuis sa parution, d’autres tops de la presse spécialisée (et de leur vitrine internet) sont apparus. C’est le cas pour le magazine complex.com, lequel cite d’ailleurs l’album Avalanches de Quadron, un disque d’un groupe danois que je ne place personnellement pas parmi mes favoris, mais dont la pochette est réussie et quelques titres accrocheurs, comme celui-ci .

Timeout y est allé aussi du sien, blogue.enmusique.ca, FasterLouder également, tout comme Paste, le blog français musiclodge.fr, celui de pigeonsandplanes qui livre au passage une petite analyse des fuites d’albums, c’est-à-dire de leur mise en ligne bien avant leur sortie officielle en support physique, même si la tendance actuelle serait à ne plus acheter les disques mais plutôt à les télécharger, pour les écouter ensuite à l’envie.

Une année 2013 qui de la plume de beaucoup représente une année considérée comme excellente, sinon très bonne, voire orgiaque, pour pigeonsandplanes mais pas uniquement eux. Je vais aussi dans ce sens : celui d’une forte diversité de styles, avec des groupes très différents les uns des autres, un beau renouvellement de la scène pop française par exemple, le retour de valeurs sûres (Etienne Daho, Daft Punk même si ces derniers n’ont pas livré à mon sens un album extraordinaire, sympathique et plaisant à l’écoute plutôt, à l’instar de leur nouveau clip, dévoilé hier)

0825646370542_600 dans Top Albums 2013 (2ème partie)

Kadebostany

Si ce n’est pas un coup de foudre pour l’électro française des plus célèbres DJ Versaillais dans le monde, en revanche, la deuxième partie du classement fait aussi poindre le bout du nez d’un rock qui cette année a aussi fait des siennes et a réinjecté du rythme et une énergie brute dans un style stoner qui n’a rien perdu de son influence depuis un certain album éponyme de Queens of the stone age (et même Kyuss toujours avec Josh Homme en leader) sorti en 1998.

Deap Vally et son rock séminal féminin, les riffs tranchants de California X qui contrairement à son nom ne vient pas tout droit de Californie mais du Massachusetts. Je pensais même trouver en Wavves quelque chose de fort, mais l’impression ne fut que subliminale, j’ai au final trouvé cela plutôt pénible malgré un ou deux bons titres. Tomahawk eux ont en revanche tiré leur épingle du jeu avec leur très bon nouveau disque. Il y a quelque chose d’Ugly in the morning dans la chanson The Quiet Few et leur single South Paw est génial.

depeche-mode-2013

Depeche mode

C’est aussi le souffle un peu anarchiste, avec des synthé analogiques, une envie de jouer avec le feu et de le contenir en même temps qui émerge de l’écoute de We are enfant terrible, un trio français qui pourrait être le cousin lointain de La Femme. C’est le retour des vieux (mais toujours aussi modernes) briscard de Depeche Mode, la confiance tranquille de Pet Shop Boys qui sort des singles tonitruants et en même temps coulant presque de source.

L’invention d’un univers visuel qui va jusqu’à charrier les croyances, en créant une République (pas forcément démocratique, mais qu’est-ce qu’une vraie démocratie aujourd’hui ?) de toutes pièces avec Kadebostany, en s’inspirant des mélodies des films de Carpenter, des films d’exploitation, d’horreur, de genre, de Romero à Craven avec Carpenter Brut, un artiste solo français qui livre un disque au son percutant avec un deuxième EP, intitulé sobrement II. Et qui signe au passage une très belle bande-annonce de son nouveau disque

maxresdefault

 Image de prévisualisation YouTube

Ce mélange de nouveauté, de fraîcheur sautillante, comme on l’a vu dans la première partie du top avec Lorde, Haim, Marnie, La Femme, Le couleur, mais aussi ce croisement de genres, comme si la musique s’affranchissait des limites géographiques pour viser une pop protéiforme, tantôt bousculée par les guitares électriques, un synthé vintage par ci, tantôt caressée  par des voix angéliques, beaucoup de substance, des mots poétiques et beaucoup d’ambiance est rassurant, en faisant du neuf avec du vieux, en recyclant ces fameuses années 80, en s’en inspirant, finalement rien ne perd, rien ne crée, tout se transforme.

Le charme de ces artistes féminines, aussi, mon cœur et mes émotions sont en émoi à l’écoute d’Eli Demirezer, de Misia Ff (il y a eu pas mal de très bons singles polonais cette année, mais son EP est un peu au dessus du lot, notamment pour la recherche sur le son), de la marocaine Jannat.

misia-furtak-z-tres-b-w-solowym-nagraniu-fot-serwis-prasowy

Misia Ff

2013 c’est aussi l’émergence ou en tout cas l’arrivée sur les ondes françaises des mélodies venues d’Océanie que l’on entendait rarement jusque là. C’est le cas pour Lorde (en espérant que ce ne soit pas un phénomène, un phénomène étant voué à disparaître rapidement), mais aussi pour Tahuna Breaks qui sont bien moins connus à l’heure actuelle et qui pourtant apportent un groove certain à la musique pop.

Ce sont les Brésiliens d’Anvil FX et leur album instrumental, les expérimentations de [Physics] avec leur titre Cardinal Perplexogram, la house de Booka Shade un duo allemand, l’album nostalgique, un peu barré d’Anamanagushi, le metal de Kvelertak, un groupe norvégien énervé, la pop un peu (trop) édulcorée de Oh Land qui revient avec un disque moins inspiré que son précédent mais qui mérite tout de même l’écoute.

433948868_640

Voici la deuxième partie du Top Albums 2013, de la 21ème à la 40 ème place (avec deux albums à la 40ème place pour faire ex-aequo).

En cliquant sur les vignettes ci-dessous des meilleurs albums, vous accéderez à chaque single.

 

Les 20 autres meilleurs disques de 2013 dans le détail

 

21. Pet Shop Boys / Electric (Angleterre)

22. We are enfant terrible / Carry On (France)

23. Kadebostany / Pop collection (Suisse)

24. Misia Ff / Misia Ff (Pologne)

25. Tomahawk / Oddfellows (Etats-Unis)

26. Carpenter Brut / EP II (France)

27. Depeche Mode / Delta Machine (Angleterre)

28. IndiVa / Мизгелләр (Tatarstan)

29. Elif Demirezer / Unter Meiner Haut (Allemagne)

30. Jannat / Hob Jamed (Maroc)

31. Tahuna Breaks / Shadow Light (Nouvelle-Zélande)

32. Anvil Fx / Anvil Machine (Brésil)

33. California X / California X (Etats-Unis)

34. Raam-Leela / Raam Leela BOF (Sanjay Leela Bhansali) Inde

35. Deap Vally / Sistrionix (Etats-Unis)

36. Booka Shade / Eve (Allemagne)

37. Anamanagushi  / Endless Fantasy (Etats-Unis)

38. [Physics] / Spectramorphic Iridescence (Etats-Unis)

39. Oh Land / Wishbone (Danemark)

40. Babasonicos / Romanticismo (Argentine) et  Kvelertak / Meir (Norvège)

Top Albums 2013 (1ère partie)

Top Albums 2013 (1ère partie) dans Top Albums 2013 (1ère partie) a1614976783_10

Nous y sommes. Le moment-clé des classements annuels musicaux est arrivé. Ils fleurissent actuellement sur le net et c’est bien normal. A chaque fin d’année les rédactions des magazines spécialisés se mettent en quatre pour accoucher de leurs tops et viser ainsi le plus large public possible, le cas étant analogue avec les classements des films.

Les tops des magazines sont déjà référencés et en ligne depuis un mois pour certains. On peut consulter, entre autres, les tops de Mojo, Spin, du NME, de Pitchfork mais aussi ceux de besteveralbums, rateyourmusic.com, Prettymuchamazing, popcrush.com, de senscritique, ou encore aller piocher également chez Allmusic qui a l’avantage de parler des musiques du Moyen et Proche-Orient. Et ce sera ainsi jusqu’à la mi-décembre. Ensuite une page sera tournée et on regardera vers 2014.

La blogosphère, dont l’auteur de ces lignes s’active également. Après des heures d’écoutes et de (ré)écoutes attentives des disques marquants de l’année, après des délibérations personnelles ( » Je garde celui-ci ? Et celui-là ? » ) il est désormais temps de faire des bilans et de dresser les listes (cette fois-ci préférentielles) des chouchous qui ont bercé les oreilles, apporté leur touche d’émotion, et parfois même un véritable vent de fraîcheur, qu’il soit pop, rock, dance, électro, techno, house, surf, punk, metal, et j’en passe.

 dans Top Albums 2013 (1ère partie)

Les membres du groupe La Femme : LA révélation française de l’année.

Image de prévisualisation YouTube

Les dix premières places sont ce que je retiens de plus fort voire d’essentiel cette année. Pour les autres parce qu’ils ont aussi marqué de leur empreinte ces voyages musicaux passionnants, sexy, drôles, euphorisants parfois, une place de choix leur est accordée. Une année musicale qui comme nous allons le voir a été très riche, et marquée par de nombreux évènements. Des retours tonitruants, des albums sortis après plusieurs années d’absence, et surtout pas mal de nouvelles découvertes, de premiers albums prometteurs voire même prodigieux.

Melt_Festival_2013_-_Chvrches-12

CHVRCHES-Still-Corners-at-The-Hoxton-Toronto

Lauren Mayberry du groupe Chvrches

Image de prévisualisation YouTube

Et si l’on vous dit que le rock ou la pop française va mal, qu’elle ne sort plus rien d’intéressant, c’est soit que les personnes qui le revendiquent n’ont pas écouté de disques français cette année, soit qu’elles lui ont tourné le dos avec les raisons qui leur sont propres et décidé de faire la sourde oreille. Mais ce serait dommage de passer à côté des perles, car des perles il y en a eu.

Pendentif  et ses membres s’amusent bien.

Image de prévisualisation YouTube

A mes yeux (et oreilles), cette année 2013 marque un nouveau souffle pour la pop française en général, déjà souligné par la sortie récente de compilations, dont celle des Inrocks, intitulée Education Française volume 1 (à ne pas confondre avec un film français de 1982 intitulé Education anglaise). Et ce n’est rien de dire qu’elle ne s’est pas portée aussi bien depuis des années. Et qu’elle figure aux premiers rangs des réussites éclatantes de l’année musicale.

Pour s’en convaincre, voici une liste des 20 premiers disques de l’année, du 1er donc au 20ème. 8 des meilleurs albums de l’année sont des premiers albums (La femme, Chrvches, Lorde, Aline, Ayah Mahar, Haim, Deap Vally, Marnie), ce qui donne une idée de la qualité de la production musicale.

AyahMarar-22_vice_670Ayah Mayar

Je note trois grandes tendances :

  • Un son français revigoré, et lorsque Le couleur qui est pourtant un groupe québécois s’y colle, cela rajoute un charme supplémentaire, car le groupe chante dans la langue de Molière alors que certains autres de leurs compatriotes ont au contraire choisi l’anglais.
  • Une très belle part donnée à la synthpop que l’on retrouve sur pas mal d’albums, dont ceux que j’ai aimés cette année. Ce n’est certainement pas le fruit du hasard.
  • Un stoner rock américain influencé par Queens of the stone age qui fait aussi des petits : Deap Vally, California X, Wavves (même si ce dernier groupe ne m’a guère enchanté)

p17u8nqq8c1m1bp02nifqh41ccg5

Jannika B

Une nette domination si l’on peut dire de l’Angleterre dans le top 10, bien que 3 albums français se trouvent aussi dans ce même top. Ce n’est franchement pas rien. Des déceptions aussi : Lady Gaga (pour le moment je n’ai pas eu envie de réécouter son disque, mais cela viendra, je me laisse juste un peu de temps), The Strokes dont l’excitation première s’est ensuite évaporée au fil des mois, Wavves qui me semblait fantastique mais je n’avais écouté qu’un ou deux morceaux.

Et puis le carton français de Stromae (artiste belge) qui m’a laissé perplexe. Non que je ne sois pas content pour son succès personnel (après un premier album passé quasiment inaperçu en comparaison), mais entendre dans tous les supermarchés, au travail et jusque dans les entrailles du métro Gare de Lyon le son de Papaoutai alors que s’annonce un incident de signalisation était trop pour moi. Je n’ai toujours pas compris l’engouement général, même si cela a un côté positif : il permet de faire repartir les ventes de CDs.

Chela

Je n’ai pas eu trop de mal à établir le top 10, les disques qui m’ont le plus touché, ému, enthousiasmé cette année, me sont venus assez naturellement dans l’ordre indiqué. La première place est pour moi une évidence, et j’espère que ce groupe de Montréal va parvenir sans mal à souffler sa pop mélodieuse, légère et sucrée en France, car il le mérite amplement.

C’est tout simplement ce que j’ai entendu de plus pop cette année, même si j’ai écouté pas mal de disques dans le genre. C’est aussi un EP, je déroge à la règle (ce n’est pas un album), c’est très court, 20 minutes, mais je n’enlève rien, je ne retire aucune note, aucun accord. Petit bijou.

CS2229240-02A-BIG

Vacances_de_87

Un extrait du clip Les vacances de 87 (Le couleur / Voyage Love – 2013)

La deuxième place pour les jeunes de Biarritz du groupe hétéroclite La Femme et leur musique qui croise les genres, entre surf pop, musique rétro, électro et guitares sanguines, sur fond de psychédélisme, de synthétiseurs et de batterie inspirés. Un disque prodigieux que j’ai mis un peu de temps à apprécier après une écoute difficile qui ne rendait rien en magasin, mais c’est comme si les Berruriers noirs s’étaient réincarnés avec Abba et les Cars. Il y a un peu de cela. Et beaucoup de talent.

Chvrches, parce qu’après avoir écouté Gun et son clip phosphorescent, complètement anachronique, c’est le son énorme des synthétiseurs qui fait briller la synthpop du groupe, ses mélodies douces et enveloppantes qui ont emporté mon adhésion. J’adore chaque morceau. Et surtout je trouve Lauren Mayberry tout simplement incroyable, car c’est elle qui apporte le véritable charme féminin à ce combo

Moi pour qui les barbes sont presque partout aujourd’hui (il suffit de jeter un œil dans la rue, les hommes se sont donnés le mot, c’est bien ça ?!), je trouve ces barbus écossais étonnamment cools et bonhommes (il suffit de les écouter en interviews).

le_trio___cossais__chvrches__est_pass___par__la_maroquinerie__le_19_octobre_dernier_6720_north_626x400

Chvrches

Aline eux (il ne s’agit en effet pas d’une artiste solo féminin, d’ailleurs il est amusant que le groupe ait pu jouer de ce fantasme si l’on ne connaissait absolument rien du groupe et s’attendait à une révélation de ce genre) injecte une influence anglaise (The Smiths, The Cure pour certaines intros à la basse) tout en livrant un album hyper personnel, enjoué et original. Dommage que le public n’ait pas forcément suivi pour ce disque pétillant.

Il est d’ailleurs très intéressant de lire cet interview croisé et ici des deux groupes La Femme/Aline sur les sentiments de chacun et le ressenti vis-à-vis de l’espoir crée par une nouvelle scène française de la pop

Small_marnie-600x399

Marnie et son premier album solo après Ladytron.

Lorde est sans aucun doute la révélation néo-zélandaise de l’année (avec ses copains de Tahuna Breaks), et elle a garni les pages des magazines fait les Une (françaises et étrangères) en moins de temps qu’il ne le faut pour l’écrire au moment de la sortie de Royals.

aline-5-%C2%A9-Frank-Loriou

Le groupe Aline

Depuis son premier et très bon EP (The Love Club, superbe pochette à l’inverse de celle de son premier disque, ultra minimaliste, on ne peut guère faire plus simple), la très jeune cadette de la pop mondiale a réussi le tournant du premier album et s’en sort avec un disque enveloppant, blindé de sons électros et porté par une voix atypique.

A noter également le monument de la chanteuse ouzbèke Ruhshona qui sort non pas un double album (ça aurait pu l’être) mais un disque de 27 titres. On peut penser que l’inspiration s’épuise au bout du 15ème morceau, mais ce n’est pas le cas et il reste encore l’équivalent d’un album à venir avec des titres diversifiés. En tout cas si vous souhaitez entendre ce que peut donner un disque de pop/folk/dance/électro/hip-hop ouzbèke c’est le moment.

Haim-4

Les soeurs du trio Haim

En sus des qualités intrinsèques des disques, il y aussi une part de subjectivité et pas mal, voire beaucoup d’affectif ainsi que le rôle des amis/blogueurs dans les découvertes. Je ne connaîtrais pas Fuck Buttons ni même La Femme sans rêveur, et pas plus Chelsea Wolfe sans Nio ou Haim et Marnie sans Justin. Les écoutes ont aussi réservé des surprises, avec des disques fulgurants, parce que justement très courts (Le couleur, Chela, Puss in Boots).

De ce top, il émerge également des personnalités féminines fortes. L’année 2013 a ainsi été l’occasion de mettre (littéralement) sur le devant de la scène des personnalités féminines très attachantes, dont voici quelques portraits.

Bien sûr, et comme d’habitude, vos commentaires sont les bienvenus (et j’attends les tops de rêveur et Nio entre autres)

Le couleur – Voyage amoureux (2013) : un single formidable.

En cliquant sur les vignettes ci-dessous des meilleurs albums, vous accéderez à chaque single.

 

Les 20 premiers albums dans le détail (en cliquant sur le titre de l’album vous accéderez à l’écoute de certains disques)

  1. Le couleur / Voyage Love (Canada)
  2. La femme /Psycho Tropical Berlin  (France)
  3. Chvrches / The bones of what you believe (Écosse)
  4. Aline / Regarde le ciel (France)
  5. Lorde / Pure Heroïne (Nouvelle-Zélande)
  6. Editors The weight of your love (Angleterre)
  7. Puss in Boots / Razzle Dazzle (France)
  8. Marnie /Crystal World (Ecosse)
  9. Jannika B  / Kaikki Rokheus (Finlande)
  10. Birdy / Fire Within (Angleterre)
  11. Katrin Isa / Banooyeh Eshg (Iran)
  12. Chela/ Zero Mixtape (Australie)
  13. Emika / DVA (Angleterre)
  14. Haim / Days are Gone (Etats-Unis)
  15. Franz Ferdinand / Right Thoughts, Right Words, Right Action (Angleterre)
  16. Ayah Marar / The Real (Jordanie)
  17. Fuck Buttons / Slow Focus (Angleterre)
  18. Queens of the Stone Age / Like Clockwork (Etats-Unis)
  19. Ruhshona / Yuragim (Ouzbékistan)
  20. Tegan and Sara / Heatthrob (Canada)
1234



Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...