• Accueil
  • > Recherche : jula fabiszewska

Résultat pour la recherche 'jula fabiszewska'

Page 3 sur 5

L’artiste polonaise Shine

L'artiste polonaise Shine dans Pologne Shine-Lazurowe-wybrzeze-TELEDYSK-039

L’artiste polonaise Shine (de son vrai nom Aleksandra Dąbrowska ) est une artiste que je suis depuis ses débuts en 2011. J’ai immédiatement accroché à son style, à son sourire et à son enthousiasme. Lumineuse, elle éclaire la scène dès qu’elle y pénètre. Son côté juvénile lui donne des allures d’éternelle adolescente sur laquelle le temps n’aurait pas d’emprise.

En 2011 alors que je regardais des vidéos d’autres artistes polonaises, j’ai cliqué sur le lien nommé Kuszą Was sorti en vidéo début 2012 mais dispo sur Internet dès fin 2011.  Ce fut une petite révélation. Shine fut en quelque sorte la pionnière d’une lignée de jeunes artistes qui allaient faire les beaux jours de la pop  polonaise du début des années 2010.

1373672370_ejze20 dans Pologne

A ses côtés, on trouve Ewa Farna, Kazia Gomola, Ewa Kryza, Ewelina Wisoswka, Aleksandra Pęczek, Marta Podulka, Patty  Ania Frontzcak ou encore la nouvelle venue Pamela qui a lancé son premier clip (dans lequel après avoir flirté sur la piste de danse elle repart aux bras d’une fille et non d’un mec). Bref des stars montantes ou confirmées qui contribuent au rayonnement de la musique polonaise en Europe, surtout dans la pop féminine. Parce qu’il y a aussi des duos et des groupes comme Mirage et Basta qui font partie de cette scène musicale mais auxquels je suis beaucoup moins sensible.

shine2

Shine a un minois charmant, une belle voix, des cheveux attachés en queue de cheval ou plus récemment avec une frange,  des mèches blondes,  et une attitude positive (non il ne s’agit pas d’un hommage déguisé à Lorie). Elle fait beaucoup de scènes en Pologne, se produit lors des concerts estivaux, de Varsovie à Łódź. Elle fut l’une de mes premières inspirations sur le blog, car j’en avais parlé en septembre 2012.

Comme j’aime écouter les premiers essais des artistes que je découvre et que je suis ensuite avec le plus de fidélité possible (car il m’arrive aussi d’être très déçu par un titre, et dans le cas de Shine je n’accroche pas vraiment à ses trois premières chansons, même si ça change à partir de Nie Odmawiaj et que les choses prennent un tout autre tournant à partir de Nasz DJ son premier titre génial pour lequel j’aurais d’ailleurs adoré un clip), j’avais exploré les liens musicaux pour connaître ses galons d’essais. Un peu comme Jula Fabiszewska

Image de prévisualisation YouTube

Ślad

Dans ses clips, Shine apparaît souvent avec un maquillage pensé (celui autour de son oeil droit dans Ezjé Ezjé, celui plus sophistiqué de Kuszą Was), un visuel travaillé, et une musique entraînante, très largement sur une tonalité et un tempo dance, mais j’aime ce genre et j’aime ce qu’elle fait de ce genre. Le rendre populaire et accessible. Si elle tourne beaucoup en Pologne, en attendant la sortie officielle de son premier album, elle se fait rare voire invisible dans les autres pays proches, y compris, et malheureusement en France.

Ola-Kto-Ty-jestes

En sortant son nouveau single et clip il y a une semaine, Shine fait d’autant plus saliver ses fans qu’il n’y a pas d’annonce officielle pour le moment d’un disque. Je suis néanmoins surpris de voir, après avoir recherché, qu’aucun média ou blog spécialisé dans la pop n’ait encore parlé de ce nouveau titre. En fait le seul média qui ait parlé de la sortie d’un nouveau single de Shine c’est un média polonais

Il y a quelque chose aussi qu’il faut souligner, même si ça peut paraître secondaire, c’est le fait que Shine depuis ses débuts soit toujours restée fidèle à sa petite troupe de danseuses. On les remarque depuis les débuts et on les retrouve encore aujourd’hui dans les clips comme sur scène.

1240098_664898526853961_628234400_n

Le clip de Lazurowe wybrzeże

Image de prévisualisation YouTube


Son site est assez rudimentaire, on y retrouve cependant ses clips et photos. Son Facebook est très régulièrement actualisé.

Voici ses clips et ses chansons depuis 2011, dans l’ordre chronologique

Image de prévisualisation YouTube

Zapomnij

Image de prévisualisation YouTube

Jak odejść mam

Image de prévisualisation YouTube

Oddam Ci Wszystko

Image de prévisualisation YouTube

Nie Odmawiaj

Image de prévisualisation YouTube

Nasz DJ

Image de prévisualisation YouTube

Nie budźmy się

 Image de prévisualisation YouTube

Ejzé Ejzé

Image de prévisualisation YouTube

Kuszą was

Image de prévisualisation YouTube

Poczuj to!

Image de prévisualisation YouTube

Kto ty jesteś ?

En concerts et en interviews

Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Sélection musicale (Août 2013)

Sélection musicale (Août 2013) dans Actualités 1_LeCouleur_LePetitRusse

La rentrée musicale annonce une série de sorties qui devraient ravir à peu près toutes les oreilles. Voilà deux semaines que la majorité des canards papier ou web se fendent d’articles mentionnant ici le retour magistral d’un groupe, là celui très attendu d’un ou d’une artiste qui a provoqué une polémique ou un remous sur la toile, ou encore les promesses des premiers albums qui vont aussi tenter de se frayer un chemin.

Cela rappelle forcément la rentrée littéraire et sa folie volumineuse avec pas moins de 550 nouveaux bouquins attendus chez les libraires et les grandes surfaces.  Les années précédentes nous avons eu « droit » à quelques scandales/polémiques qui permettent de faire davantage que d’ordinaire avant la grand messe du Prix Goncourt en novembre.

 dans Actualités

Côté musique, le mois d’Août a été pour moi l’occasion de découvrir un quatuor québécois qui ravive la flamme pop des années 80 tout en s’inscrivant dans une très belle modernité, un mélange par conséquent savamment dosé entre influences (Ladytron, un peu de Daho qui revient à l’automne avec un nouvel album précédé d’échos flatteurs et un single enthousiasmant) et style particulier porteur de chansons qui accrochent immédiatement l’oreille et le cœur. C’est encore mieux quand on est transporté par une mélodie qui fait venir une émotion sincère et chaleureuse, comme à l’écoute de Voyage amoureux ou Jukebox.

Je le dis sans passer par quatre chemins, pour moi Le couleur est l’une des meilleurs choses qui soient arrivées à la synthpop depuis au bas mot cinq ans. Et ce n’est pas uniquement en raison de leur citation de popkotidien sur leur Facebook que je le dis (puisque j’avais déjà parlé d’eux en mai dernier en indiquant à quel point j’avais été impressionné par leur musique).

Leur EP Voyage Love a de quoi transporté bien des cœurs légers/mélancoliques/romantiques/enthousiastes.

le-couleurLe clip de Les vacances de 87 de Le Couleur

Mais il ne faut pas s’arrêter simplement à cela. Il y a aussi le premier LP, intitulé Origami qui contient la deuxième chanson qui m’ait fait venir les larmes aux yeux ces derniers jours, Tendresse particulière. Vous aurez en lisant les autres lignes, l’autre chanson qui m’a titillé émotionnellement. Je précise que Le couleur est un de ces groupes qui a mis en ligne sur son site officiel l’intégralité de ses chansons en écoute. C’est bien et ça donne encore plus envie de les soutenir.

Image de prévisualisation YouTube

Femme

Image de prévisualisation YouTube

Les vacances de 87

Le couleur amène à l’écoute de French Horn Rebellion et aussi de Lafayette qui a revisité pour son clip de La Glanda, le mythe de la sirène, qui ici apparaît sous les yeux d’une femme aux charmes aussi étranges que séduisants

Image de prévisualisation YouTube

 La Glanda

Franz-Ferdinand-New-Album

Le retour de Franz Ferdinand était lui aussi attendu par la nuée de fans qui se sont précipités fin Août à Rock en Seine afin de les applaudir. Pour avoir lu le compte-rendu de Profondo (qui a beaucoup aimé leur performance, et beaucoup moins celle du duo New-Yorkais MS MR dont j’avais parlé un peu ici). Le public du parc de Saint-Cloud leur a réservé un accueil triomphal et je n’ai lu que des dithyrambes au sujet de Right thoughts, right words, right action

Image de prévisualisation YouTube

Love illumination

Le mois d’Aôut c’était aussi la découverte Avril Margaux qui sort Instantanés, un bel album, frais et entraînant porté par les singles Lunatique, l’Air de rien et Encore une histoire. La jeune femme s’est aussi exprimée sur ses choix et sa vision artistique lors d’une interview (à noter qu’elle porte un tatouage sur son bras gauche disant que « Ça vaut toujours le coup »)

margaux-avril2byalexandreisard

Image de prévisualisation YouTube

Lunatique

Image de prévisualisation YouTube

L’air de rien

Image de prévisualisation YouTube

Encore une histoire

Image de prévisualisation YouTube

Interview

399592_347142575296875_174372349240566_1370671_667036773_n

Le trio Théodore, Paul et Gabriel

Celle de Théodore, Paul et Gabriel sur la foi de la vue d’une affiche dans le métro, une affiche qui me faisait clairement de l’oeil avant que je ne décide de m’intéresser de plus près à ce trio féminin. Leur clip de Slow Sunday m’a beaucoup ému.

Image de prévisualisation YouTube

Slow Sunday

Julien Doré revient avec le clip de Paris Seychelles

Image de prévisualisation YouTube

Paris Seychelles

Kumisolo elle se dévoile avec son titre Transports en commun

Image de prévisualisation YouTube

Transports en commun

MG_5454

Un mois très français ce mois d’Août ? Oui sans doute. Un mois aussi bercé par le nouveau single de Jula Fabiszewska

 Image de prévisualisation YouTube

Ślad

Et puis il y a un groupe russe qui m’a aussi intrigué, Gogol Bordello. Du rock qui a un côté bordélique de prime abord, mais qui est au contraire très maîtrisé et propose un son intéressant.

Image de prévisualisation YouTube

Je ne peux m’empêcher de conclure ce billet en pensant à la situation imminente de déclaration de guerre contre la Syrie qui devrait intervenir dans les heures/jours qui viennent, dont on ne mesure absolument pas les conséquences (une deuxième guerre d’affilée pour François Hollande après celle du Mali, de mémoire du jamais vu dans l’histoire contemporaine de la France qui l’isole plus que jamais en Europe, la majorité des pays européens étant opposés à cette intervention). Je pensais encore naïvement il y a quelque temps que la musique pouvait adoucir les mœurs. Ce n’est à l’évidence pas aussi simple que cela. C’est surtout le constat de l’échec diplomatique qui prévaut aujourd’hui. Curieuse époque…

 

Alida : Some of us

Alida : Some of us dans NorvègePetit aparté : suite à un problème technique résolu depuis, je n’ai pu écrire cet article hier soir, et le blog n’a donc pas pu être actualisé. Le problème a été néanmoins rapidement résolu, merci encore à Gonne (de l’équipe technique d’unblog.fr) d’avoir fait le nécessaire. Fin de l’aparté.

AlidaSomeOfUs-e1376942750357 dans Norvège

J’aime miser sur de jeunes pousses musicaux et voir évoluer leur carrière. C’est le cas avec Jula Fabiszewska pour la Pologne, avec Jannika B pour la Finlande, et plus récemment avec Alida pour la Norvège. J’avais été plus que charmé par son clip de Feathers qui illustrait le premier single qu’elle lançait au printemps. De retour en Août elle a sorti son nouveau titre Some of us.

Dans quelques jours (semaines ?) le clip.

Image de prévisualisation YouTube

Some of us

 

Lady Gaga : le clip Applause

Lady Gaga : le clip Applause dans Etats-Unis z2832

Le single dans sa version audio avait été révélé il y a une semaine. Grosse déconvenue pour ma part. Certes je ne l’attendais pas démesurément au point de me faire des alertes pour savoir à quel moment il allait être mis en ligne (je l’ai fait pour d’autres artistes cependant, pour Jula notamment). Mais le son ne m’a pas convaincu, la mélodie non plus. Un morceau un peu banal trouvais-je, et surtout l’impression que Lady Gaga en fait des tonnes depuis de mois en s’autoproclamant révolutionnaire dans sa musique, enlevant ainsi toute part de fraîcheur, laquelle avait su émerger de la scène pop en 2008 quand sortait Just Dance puis l’album Fame, suivi de Fame Monster qui était une prolongation géniale de l’univers initial, avec quasiment aucun titre à jeter. Le meilleur de cette période se trouve également dans les faces B reléguées à l’arrière-plan et qui pourtant révèlent des perles.

Lady-Gaga-Applause dans Etats-Unis

Pochette du single Applause (2013)

Le clip d’Applause a été lancé lundi, le 19 août. Un jour plus tard, il avait déjà été vu plus de 7 millions de fois. Tout simplement incroyable, mais pas vraiment surprenant au final. Lady Gaga est devenue (malgré elle ? volontairement) une figure de la pop et une artiste qui utilise les réseaux sociaux (dont un twitter très actif) pour (se) vendre. Qu’importe sa qualité, sa chanson Applause était attendue depuis longtemps, et le longtemps en terme d’Internet et de divulgation des informations, ça veut dire six mois maximum.

Aujourd’hui, il en est à plus de 14 millions de vues. Il me semble de mémoire (mais je peux me tromper) que dans le genre (j’exclus les groupes et les artistes masculins qui ont pu faire bien plus), Rihanna avait fait mieux ou tout aussi bien avec Diamonds à son démarrage. Psy s’est révélé sur la longueur, au départ il n’était pas du tout connu en occident, mais le bouche à oreille et Youtube ont contribué à son immense succès (malgré la médiocrité du morceau).

Image de prévisualisation YouTube

Applause

Dans le clip signé Inez et Vinoodh, deux photographes célèbres de mode, Lady Gaga est grimée, se balade dans des décors mouvants, apparaît sous les traits d’un Pierrot au féminin. Je ne vais pas me lancer dans une analyse détaillée de son clip, mais on retrouve la patte des deux artistes photographes, notamment dans l’emploi du noir et blanc pour ce qui est la partie la moins exposée à la lumière du clip, la plus intime et la plus réussie (mais aussi paradoxalement la plus courte). Avant les délires visuels de la seconde partie du clip, où l’on ne voit plus de robe faite en viande mais une resucée de ce qu’elle pouvait produire dans Born this way (le début d’une certaine paresse artistique à mes yeux, mais ça n’engage que moi), Alejandro, bien loin de la lumière sophistiquée et en même temps d’une forme beaucoup plus épurée, voire éthérée de son style avec le clip, qu’elle réalisa elle-même de The edge of glory.

marrythenightcover

LadyGagaTheEdgeOfGlory

lady-gaga_alejandro_single

Il y a aussi un peu de Marry the night, et une volonté de marier chorégraphie, influences visuelles et picturales (dont La naissance de Vénus de Boticelli ici repris sur un mode plus trash). En fait le clip pourrait se résumer au passage à 0″42 s, quand la chanteuse répété les paroles « I live for the applause, applause, applause« , le port altier, volontairement distante et quelque peu pédante, en tout cas sûre de sa volonté de vouloir plaire, et donc d’être applaudie. Il y a cinq ans, elle s’amusait dans une petite chambre en disant qu’elle voulait simplement danser, aujourd’hui si elle n’est plus admirée (la figure narcissique), rien ne va plus pour elle.

Vous êtres prévenus, Lady Gaga a pris le melon, le statut de star internationale et nous réserve selon elle toujours des surprises pour son nouvel album à paraitre en novembre 2013.

Je vous conseille de réécouter et découvrir sa phase la plus créative, joyeuse et pop, avec les faces B ou titres écartés de son Fame dans son édition CD française mais présents en titres bonus de l’édition japonaise. Elle n’a probablement jamais fait mieux depuis (sauf The Fame Monster) et c’est ma période préférée de l’artiste.

 Image de prévisualisation YouTube

Again Again

Image de prévisualisation YouTube

Paper Gangsta

Image de prévisualisation YouTube

Vanity

Image de prévisualisation YouTube

Disco Heaven

Image de prévisualisation YouTube

Summer boy

Image de prévisualisation YouTube

Retro, Dance, Freak

Image de prévisualisation YouTube

Rock Show

Image de prévisualisation YouTube

Shake your kitty

Image de prévisualisation YouTube

Dirty ice cream

 

 

 

Jula Fabiszewska / Nouveau single

Jula Fabiszewska / Nouveau single dans Pologne 0001SE1YLUGQBG9Y-C116

J’ai eu l’occasion d’évoquer le nom de Jula Fabiszewska au moins trois fois sur ce blog, d’une part parce qu’il s’est avéré qu’elle a été pour moi une révélation musicale l’année dernière, et surtout parce que j’avais fait de son premier album, signé à 21 ans, Na Krawedzi mon album préféré de 2012. J’ai un amour non pas exclusif mais particulier pour la musique polonaise, sa pop, son rock surtout quand il est conjugué au féminin, et ce pays. Quelques unes des plus belles chansons que j’ai écoutées ces dernières années sont originaires du pays de Lech Walesa.

1003358_708386895854294_771660248_n dans Pologne

J’ai immédiatement accroché au style, à la voix et à la beauté incandescente de cette jeune femme. J’ai eu ce que l’on appelle un coup de cœur. Jula Fabiszewska a sorti trois singles en 2012 pour accompagner son premier album. Trois singles qui font la part belle à des instruments mis en avant comme la guitare électrique, la basse et la batterie. A une époque où l’autotune fait parfois des siennes (et des ravages vu les interprétations en live), c’est plaisant d’entendre un son plus naturel. D’autant que le clip de Nie Zatrzymasz Mnie était teinté de cette humour noir et de cette ironie dont les polonais peuvent faire preuve (comme dans Le Décalogue de Kieslowski). De la nouvelle vague qui a émergé, avec Ewa Farna, Kazia Gomola, Ewa Kryza, Ewelina Wisoswka, Aleksandra Pęczek, Marta Podulka, Patty et Ania Frontzcak, c’est ma préférée. Une petite remarque d’ailleurs : la plupart de ces artistes sinon toutes chantent en polonais, et bien qu’il y ait des versions anglaises de leurs titres, leurs chansons s’exportent dans leur langue maternelle.

header

Image de prévisualisation YouTube

Za każdym razem

Image de prévisualisation YouTube

Nie Zatrzymasz Mnie

Image de prévisualisation YouTube

Kiedyś odnajdziemy siebie

Quand on voit en France le nombre d’artistes qui font du hip-hop, du r’n'b, contre lesquels je n’ai rien, mais j’aime aussi entendre d’autres choses, Jula fait partie de celles qui ont opté pour un son pop/rock dès les débuts, ce qui peut-être ne marcherait pas dans l’hexagone (elle y reste quasiment inconnue) fait un carton en Pologne, où elle vient de remporter un trophée Eska aux Eska Awards.

julita-fabiszewska-jula-29004_l

Jula Fabiszewska recevant une récompense bien méritée

uid_67a1a1bb5745930fdad3a9604e8414eb1344618040822_width_603_play_0_pos_3_gs_0Une dédicace

Il n’est pour l’heure actuelle pas donné de date pour son nouvel album, j’espère qu’elle ne va pas se précipiter et que ce nouveau single n’est qu’une mise en bouche (délicieuse) avant un disque pour 2014. Pour l’anecdote Jula Fabiszewska et Nelly Furtado se sont croisées et ont posé ensemble il y a quelques jours.

46925_705932676099716_713777004_nJula Fabiszewska et Nelly Furtado

Le nouveau single de Jula :

Image de prévisualisation YouTube

Slad

Et cette bonne nouvelle d’un nouveau single de Jula n’arrive pas seule, Ewa Farna a aussi promu le sien.

Image de prévisualisation YouTube

Slad

 

 

12345



Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...