Résultat pour la recherche 'mike patton'

Page 2 sur 2

Mes 30 albums préférés (5ème partie)

Mes 30 albums préférés (5ème partie) dans Divers 5144140768_ab93f8f8cc_b

Cinquième et dernière partie du classement consacré à mes albums préférés. Nous sommes dans la dernière ligne droite avec mes 9 (enfin 10) disques préférés, ces albums que je chéris et garde bien au chaud (tout en les prêtant à qui le souhaite bien sûr). Il y a de la place pour un des plus importants auteurs/compositeurs/interprètes français, un artiste majeur qui rangea les pinceaux et brûla ses toiles pour se tourner vers la musique et faire d’un art qu’il trouvait mineur une des plus belles pages de la chanson française.

Succes-mitige-pour-une-vente-Serge-Gainsbourg-a-Nantes_article_popin dans Divers

Serge Gainsbourg

Il y a un comédien génial, acteur chez John Waters, lequel contribua à en faire un vrai personnage de ciné,  touchant car très timide en interview, Diva une fois grimé en femme.  De jeunes américaines, quatre garçons dans le vent, un groupe suédois légendaire. Et une chanteuse anglo-espagnole qui continue de chanter dans la langue de Cervantés.

andrew_curtis_portraits_23

Divine

TheBreeders_2

The Breeders

Jeanette-Dimech-Jeanette-400807

Jeanette

Voici les places 9 à 1. Je le concède j’ai un peu triché, car je mets deux disques à la place 9, en l’occurrence Divine et Niagara. Cela fait donc un top 10 plutôt qu’un top 9.

 

9) Divine /The story so far (1984, Etats-Unis)

Divine-80s-The-Story-So-Far-522478

C’est l’histoire d’un jeune acteur qui fait son coming out ciné et musical. L’histoire d’un jeune homme dont l’aura, l’audace et l’originalité auront marqué les années 70 et 80. Glenn Milstead alias Divine, comédien qui inspira tout le mouvement queer et camp, figure illustre, inoubliable de la Drag Queen qu’il contribua à populariser. Partout dans le monde il est encore célébré comme une figure majeure de l’entertainment, à Amsterdam il y est vénéré comme ailleurs. Son disque The Story So Far est une petite merveille, qui ose prendre le meilleur de Gorgio Moroder, Frankie Goes To Hollywood et du disco. Divine y est exubérante, certes ce n’est pas le plus grand chanteur du monde, mais sa capacité à provoquer avec sensibilité, à laisser transparaître des émotions à fleur de peau et surtout à nous subjuguer par son sens du spectacle demeure fascinant. Porté par des tubes comme You’re think you’re a man, Shake it up, I’m so beautiful, Shoot your shot (incroyablement gonflé) Divine reprend aussi à son compte Blue Monday avec Love Reaction. C’est un des disques les plus parfaits pour faire la fête (« And remember, relax » nous dit Divine en intro de You’re think you’re a man). Un disque symbole LGBTQ. 

 

Image de prévisualisation YouTube

Shake it up

Image de prévisualisation YouTube

You think you’re a man

Image de prévisualisation YouTube

Shoot your shot

Image de prévisualisation YouTube

I’m so beautiful

Image de prévisualisation YouTube

Love Reaction

Image de prévisualisation YouTube

Native Love

En live

Image de prévisualisation YouTube

9) Niagara / Religion (1990, France)

0004228434462_600

Le duo Muriel Moreno et Daniel Chenevez a révolutionné la pop française, en mixant la synthpop et le rock tout en choisissant de chanter en français. Choix judicieux qui a permis au groupe de triompher en France tout en pouvant s’exporter à l’étranger. Religion porté par le single Pendant que les champs brûlent sorti en 1990 est mon disque préféré des deux talentueux artistes et n’a pas vieilli vingt cinq ans après. Daniel composait et réalisait des clips novateurs, portés sur le psychédélisme, colorés et originaux. La voix de Muriel apporte la touche sensuelle et je ne me suis jamais remis de ses tenues en PVC.  L’image fétichiste associée à la pop ont permis au duo d’inscrire son influence. Avec quatre albums seulement Niagara a néanmoins marqué la pop française.

Image de prévisualisation YouTube

Pendant que les champs brûlent

Image de prévisualisation YouTube

J’ai vu

Image de prévisualisation YouTube

La vie est peut-être belle

Image de prévisualisation YouTube

Psychotrope

8) The Breeders / Last Splash (1993, Etats-Unis)

MI0001736760.jpg?partner=allrovi

En marge de sa carrière chez Pixies, Kim Deal sort avec sa soeur, sa bassiste et son batteur le disque qui allait me faire entrer dans le son rock des années 90 un an et demi plus tard sur la foi d’une pochette qui est une des dix plus belles de l’histoire. Ce coeur fruité sur lequel se pose le reflet d’une lumière solaire cache une succession de morceaux de pop/rock qui font aujourd’hui partie des meilleurs du genre. Porté par le single Cannonball, le disque possède aussi un cachet pop sucré parfaitement revendiqué. Très courts, la majeure partie des titres ne dépassent pas 2 min, mais cette espèce d’urgence vibrante fait beaucoup pour la dynamique exceptionnelle du disque. L’album influencera énormément le son de Veruca Salt l’année suivante.

Image de prévisualisation YouTube

Cannonball

Image de prévisualisation YouTube

Saints

Image de prévisualisation YouTubeDivine Hammer

7) Serge Gainsbourg / Love on the beat (1984, France)

serge-gainsbourg-love-on-the-beat

Ce n’est pas l’album le plus cité de l’artiste français mais c’est celui qui m’a permis de le découvrir en 1995. Ne connaissant (quasiment) pas sa musique avant, j’ai découvert ce disque chez ma cousine, d’abord intrigué par la pochette de ce qui peut laisser penser être une femme aux cheveux courts, façon garçonne. La photo de William Klein a fait le tour du monde, le disque aussi. Le premier morceau entendu est celui qui donne son titre au disque, un long poème sexuel, orgasme musical étalé sur 8 minutes, dont le sens de la dynamique et de la métrique n’a pas pris une ride. Dans ce disque Gainsbourg aborde frontalement le thème de l’homosexualité (Kiss Me Hardy, I’m the boy) et le disque fut important de ce point de vue parce qu’il abordait cela avec provocation et surtout en soulignant une profonde sensibilité. Il fut l’objet de vives critiques (sur le prétendu inceste avec Charlotte, une ignominie que Gainsbourg dévoya avec force), mais la chose la plus surprenante est de constater que des années plus tard Love on the beat, le clip est censuré sur Youtube. Idem pour Lemon Incest.  Il demeure un classique. Un chef-d’œuvre.

Image de prévisualisation YouTube

Love on the beat

 Image de prévisualisation YouTube

Sorry Angel

Image de prévisualisation YouTube

Hmmm Hmmm Hmmm

Image de prévisualisation YouTube

Kiss me Hardy

Image de prévisualisation YouTube

I’m the boy

Image de prévisualisation YouTube

Lemon Incest

6) ABBA / Arrival (1976, Suède)

AbbaArrival

Le groupe ABBA est sans doute un des premiers que l’on cite pour donner une définition de la pop. Légendaire depuis 1974 et sa victoire à l’Eurovision, le groupe n’a cessé de trouver un public de plus en plus large, avec des tubes en pagaille. Ce Arrival de 1976 contient Money, Money Money, When i kissed the teacher, Knowing Me Knowing You,  et une des chansons les plus dansantes et joyeuses qui soient : Dancing Queen. Repris partout (y compris dans Priscilla, folle du désert ou Mama Mia), cette chanson est caractéristique de leur univers. Arrival est un album important dans son genre sorti au milieu des années 70, porteur d’une énergie bouillonnante et surtout d’une capacité à composer des mélodies qui ont touché des générations.

Image de prévisualisation YouTube

5) Depeche Mode / Violator (1990, Angleterre)

cover_violator

L’album de la consécration pour Depeche Mode. Nouvelle décennie, nouveau disque, lequel est considéré par beaucoup comme l’aboutissement de leur style avec une étonnante maturité de composition et d’interprétation. C’est un disque que l’on peut écouter à l’envi porté par des morceaux originaux et forts. C’est aussi la collection de tubes, impressionnante, qui en fait un disque marquant : World in my eyes, Personal Jesus, Enjoy the silence, Policy of thruth. Ajoutons la collaboration d’Anton Corbjin qui contribua à forger la force du style visuel du groupe, sur scène, comme dans les clips. Même chez les personnes qui ne sont pas spécialement fans du groupe, un album revient sur toutes les lèvres : Violator.

Image de prévisualisation YouTube

4) The Beatles / Rubber Soul (1965, Angleterre)

La quintessence de la pop, même si les Beatles ne furent pas les seuls à oeuvrer dans le genre, mais la simplicité, l’accroche évidente des titres, cette façon de toucher à l’universel avec un style et des mots épurés leur ont permis d’atteindre un statut légendaire. Si certains citent John Lennon, je citerai Paul McCartney pour avoir écrit des trésors comme Hey Jude, Michelle, I will, All my loving, etc. J’aime les albums des Beatles, le Blanc notamment, Sergent Pepper, mais là nous sommes à la source, après les débuts de Meet the Beatles, au moment où les morceaux se font plus riches, variés (expérimentations, introduction des sonorités indiennes avec Norwegian Wood) les quatre garçons dans le vent faisaient bouger la musique. Un classique.

Image de prévisualisation YouTube

 

3) Faith No More / King for a day…fool for a lifetime (1995, Etats-Unis)

faith_no_more_king_for_a_day

En 1995 j’achète un single d’un groupe dont je viens de voir, stupéfié, le clip de Digging the grave sur M6. Le chanteur s’appelle Mike Patton mais je l’ignore encore.  J’en parle à mon ami rêveur auquel je dis que je viens de faire, je le crois une découverte majeure (à l’époque nous écoutions beaucoup The Breeders, R.E.M, Nirvana, mais aussi Les Berruriers Noirs, les Thugs, Niagara, Ludwig Von 81). Un peu plus tard je découvre l’album. 1ère écoute : choc instantané. Je n’avais jamais entendu un album de rock aussi varié. Tout y est : la bossa nova, le jazz, le metal, le hard rock, la fusion, la pop. Album éclectique et curieusement sous-estimé au regard de Angel Dust leur précédent, King for a day est un de ces disques dont je ne jette aucun morceau. C’est un disque fantastique que  j’adore tel qu’il est : l’accomplissement artistique d’un groupe qui enchaîne sur quatorze titres les morceaux plus fous, originaux, maîtrisés les uns que les autres. La technique de frappe de Mike Bordin, l’élasticité hallucinante de la voix de Patton (capable de tout chanter) ont marqué mon adolescence.

Image de prévisualisation YouTube

 

2) The Go Go’s / Beauty and The Beat (1981, Etats-Unis)

gogosbeauty

C’est fou ce que l’on peut faire avec l’énergie virevoltante de ses 24 ans quand on est une jeune américaine qui est sur le point de toucher profondément des millions d’auditeurs sur la foi d’un premier disque, qui va s’avérer être un coup de force magistral dans la pop (et aussi le rock). Les auteurs de cette pépite (que j’ai découvert récemment) sont les The Go Go’s un groupe américain punchy des années 80. On est en 1981, Drew Barrymore a 7 ans et ce disque va changer sa vie. Dès sa formidable introduction, Our lips are sealed, le disque montre une cohérence et une puissance remarquables : How Much More, Tonite, Lust to Love, We got te beat, Fading Fast.

Image de prévisualisation YouTube

Our lips are sealed

Image de prévisualisation YouTube

We got the beat

Image de prévisualisation YouTube

How much more

Image de prévisualisation YouTube

Tonite

Image de prévisualisation YouTube

Lust to love

Image de prévisualisation YouTube

Fading Fast

 

1) Jeanette / Corazón de Poeta (1981, Espagne/Angleterre)

jenette

Jeanette est connue pour son interprétation de Porqué te vas ? titre qui figure sur la BOF de Cria Cuervos sorti en 1976. Jeanette était surtout connue pour ce titre, mais c’est loin d’être sa seule chanson. Elle a sorti 8 disques dans sa carrière. Et en 1981 elle sortait Corazón De Poeta . C’est mon album préféré. Ce n’est pas, une nouvelle fois un album parfait, je ne crois pas qu’il en existe, d’autant plus que l’appréciation est subjective. C’est avec ce disque que prend pour moi sens l’expression de l’album romantique. C’est un disque qui parle essentiellement d’amour, de tendresse, de passion amoureuse, de ruptures aussi parfois. Il est chanté intégralement en espagnol, et la langue latine caresse l’auditeur comme peu d’autres disques ont pu/su le faire dans l’histoire de la musique. C’est un disque composé avec des orchestrations soignées et magistralement produit (violons, basse, batterie, guitare acoustique), sans superflu, à fleur de peau. On pourrait voir dans la chanson Un dia es un dia une chanson qui anticipe ce que chantera plus tard Morrisey avec le titre There is a light that never goes out. Jeannette y est sublime de candeur, sa voix douce et fluette, son regard azur ont marqué la chanson pop et ce disque l’est, follement, intégralement. J’en aime tous les titres : Corazon de Poeta, Un dia es un dia, Cuando estoy con el, Frente a Frente, El Muchacho de los ojos tristes, etc. L’album est culte pour les espagnols, des générations entières ont grandi avec. Je le comprends. C’est un album qui me touche profondément.

Image de prévisualisation YouTube

Corazon de poeta

Image de prévisualisation YouTube

Corazon de Poeta

Image de prévisualisation YouTube

Un dia es un dia

Image de prévisualisation YouTube

Cuando estoy con el

Image de prévisualisation YouTube

Frente a frente

Image de prévisualisation YouTube

Viva al pasodoble

Image de prévisualisation YouTube

El muchacho de los ojos tristes

Image de prévisualisation YouTube

Comienzame a vivir

Image de prévisualisation YouTube

Si te vas, te vas

Image de prévisualisation YouTube

Toda la noche oliendo a ti

Image de prévisualisation YouTube

Acabare Llorando

Javiera Mena : Espada [clip]

Javiera Mena : Espada [clip] dans Chili menota

Il y a les clips. Les clips promotionnels que l’on sent peu réfléchis, parfois tournés à la va-vite (ce qui ne veut pas dire forcément mauvais, mais on pouvait légitimement espérer mieux), les bons et très bons clips, les clips géniaux et les chefs-d’œuvre. Au tout début de l’année en écoutant le single Espada de Javiera Mena, je me suis dit qu’on tenait là un futur hit. J’attendais le clip mais je ne m’attendais pas à un tel effort créatif, à une telle mise en images collant au texte.

Javiera Mena est loin d’être une inconnue au Chili, son pays (lequel a aussi jeté son dévolu sur un certain Mike Patton), puisqu’elle a enregistré des titres et des albums qui ont rencontré un vif succès. Mais en découvrant hier le clip dEspada, je n’ai pu m’empêcher d’une part de penser qu’il s’agit d’un chef-d’oeuvre instantané, et que d’autre part, il allait faire parler de lui. Ce qui est le cas, puisqu’il a été vu plus de 200000 fois en une semaine, et qu’il comptabilise plus de 1000 commentaires.

La jeune Chilienne ne laisse personne indifférent, et surtout elle s’attire l’admiration des magazines web, notamment Feministing.com qui se fend d’un article élogieux ici.

Je le comprends et j’abonde même dans ce sens. Dès l’intro qui reprend le visuel d’un PC de la fin des années 80 jusqu’à la dernière image, le clip d’Espada est un déluge d’idées, convoquant des images sorties tout droit de l’imaginaire d’une jeune femme amoureuse d’une autre femme avec beaucoup de métaphores visuelles sur l’attraction, le désir et la sexualité sans être jamais vulgaire ou provocateur. Il est signé Luis Cerveró

Il y a des images qui ne m’avaient pas frappé au premier visionnage et qui pourtant montrent bien la métaphore du plaisir saphique/ de l’onanisme, comme ce très court passage à partir de 1min 13′s jusqu’à 1 min’15s avec les lettres « Now Open ». Le clip est fabuleusement pop.

Je n’avais pas vu clip plus jubilatoire dans son sens du visuel, de la narration, des images léchées, de l’imagination débordante dans les costumes, le maquillage, les décors, la chorégraphie, le collage depuis Invisible Light (version non censurée) de Scissor Sisters. Officiellement (à mes yeux), le premier chef-d’oeuvre dans le genre du clip de 2014.

Image de prévisualisation YouTube

Espada

 

Anniversaire d’un rêveur

Anniversaire d'un rêveur dans Divers Elodie-Frege-a-l-inauguration-de-la-boutique-L-Eclaireur-a-Paris-le-3-juillet-2013

Un article un peu spécial ce soir et surtout un petit clin d’œil en l’honneur de rêveur lunaire atypique.

Quelques chansons d’artistes que j’espère il appréciera

 

Elodie Frégé

Image de prévisualisation YouTube

Je suis une plage

Alizée

Image de prévisualisation YouTube

Je veux bien

Emmanuelle Seigner

 Image de prévisualisation YouTube

 Femme Fatale

La Femme

Image de prévisualisation YouTube

Anti Taxi

Mike Patton

Image de prévisualisation YouTube

Ford Mustang

Joyeux anniversaire mon très cher rêveur

 

Javiera Mena : Luz de Piedra la Luna

Javiera Mena : Luz de Piedra la Luna dans Chili Javiera-Mena7

Si le Chili est fan de Mike Patton et le lui montre régulièrement, essayons modestement de rendre hommage au Chili de notre côté. J’ai découvert cette jeune chanteuse chilienne Javiera Mena il y a seulement quelques heures et je suis tombé amoureux de sa chanson.  Son clip, magnifique, mélange les couleurs et les sentiments. L’émotion jaillit. La musique est enivrante et c’est rare de pouvoir écouter ce genre de musique en France, mais grâce à Internet et à Youtube, elle devient accessible. Il y a une tonalité électronique bien sûr, mais aussi beaucoup de pop. Une pop fraîche à l’image son interprète. C’est le genre de découverte musicale que j’aime bien faire, comme l’année dernière fut celle de la polonaise Jula Fabiszewska.

Avertissement : il y a de nombreuses images stroboscopiques, à éviter pour les personnes qui sont photo-sensibles, autrement dit pour les personnes qui souffrent d’épilepsie ! Sachez que la chanson est dispo en ligne. Je mets le lien ci-dessous

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Apparemment, Javiera est une superstar au Chili. Et le morceau cité ci-dessus est loin d’être le seul qu’elle ait interprété.

335477241_640 dans Chili

D’autres titres

Image de prévisualisation YouTube

No te cuesta nada

Image de prévisualisation YouTube

Hasta la verdad

Image de prévisualisation YouTube

Al Siguiente Nivel

Image de prévisualisation YouTube

Primera Estrella

javiera_mena_5696_635x

Mike Bordin: idole des jeunes

Mike Bordin: idole des jeunes dans Etats-Unis flat,550x550,075,f

Nous sommes le 1er décembre 2012. Il y a quinze ans et quelques mois sortait le dernier disque de Faith No More intitulé Album of the year (rien que ça). La causticité du titre cachait surtout à l’époque la séparation future qui intervint en 1998. Le groupe se séparait alors après des années de collaborations fructueuses et des albums qui ont marqué la pop et le rock alternatif des années 80-90. Au sein du groupe évoluait bien sûr Mike Patton, figure emblématique, capable de varier sa voix de façon élastique, et musicien accompli en plus d’être un homme d’une humilité et d’une gentillesse incroyables (il signe les autographes sans problème et vient même discuter tranquillement/prendre des photos sans aucune pose avec ses fans).

tumblr_m8y5x54Utr1r4xrm2o1_500 dans Etats-Unis

A la sortie de l’album King for A Day avec Mike Bordin à gauche, Billy Gould à sa gauche, Mike Patton au centre et Roddy Buttum à droite. Il manque juste Trey Spuance qui était guitariste invité sur cet album.

Il y avait aussi Billy Gould et Roddy Buttum. Mike Bordin est le quatrième comparse et celui qui à mes yeux marqua la dynamique du groupe. En qualité de batteur, il est resté derrière les fûts, indéfectible compagnon de route et de musique. Mike Bordin vient de fêter ses 50 ans le 27 novembre. Bien sûr les cheveux, ou plutôt les dreadlocks sont devenus blancs, et le bouc aussi. Mais le batteur possède toujours ce charme et cette petite ironie douce sur le coin des lèvres. A chaque génération ses batteurs emblématiques voire légendaires. Mike Bordin en fait partie. 

faith-no-more

Lorsque le groupe sort The Real Thing, le single Epic propulse les musiciens sur le devant de la scène et leur permet d’acquérir une nouvelle notoriété. C’est l’époque où Mike Patton apparaît les cheveux longs, la voix parfois volontairement nasillarde en déclamant un rock sautillant fait de phrasés qui rappellent parfois ceux d’Anthony Kiedis au début des Red Hot Chili Peppers. Mais le groupe a toujours su évoluer et surprendre. Le mélange sera encore plus détonnant avec King for a day…fool for a lifetime en 1995, car tous les genres ou presque y passent. Et renouvellent le talent brut de Mike Bordin qui est un batteur capable de jouer dans TOUS les styles : bossa nova, rock, punk, hard fm, funk, soul, metal et j’en passe. La première originalité de Mike Bordin, est pour un batteur gaucher de jouer sur une batterie de droitier.

tumblr_m9xuvzom7U1r9s5bfo1_500

A l’époque de la sortie d’Angel Dust

Cela m’avait frappé et fasciné quand j’ai pour la première découvert le clip de Digging the grave avec ses énormes fûts de toms basses et medium bien après que les premiers albums soient sortis (lorsque j’étais à l’école primaire et au collège en fait pour Angel Dust). Ainsi, son jeu de charleston est toujours placé à gauche et il en joue de la main gauche sans croiser son jeu de la main droite sur cette même charleston avec la caisse claire comme le font habituellement les batteurs droitiers. Le batteur de Muse par exemple, lui croise son bras gauche sur sa charleston placée à droite. Mike Bordin joue avec une grosse caisse qu’il active du pied droit alors qu’une batterie de gaucher l’obligerait à le faire avec le pied gauche.  Je m’étais posé la question il y a quelques années, et j’ai eu ma réponse. 

Autre originalité : Mike Bordin apparaît quasi systématiquement avec des shorts lors des concerts et ses inséparables dreadlocks, qui avec le temps ont poussé. Techniquement le jeu de Bordin est complexe : il emprunte au hard et au metal, tout en étant parfois très classique mais diablement efficace, à l’image de ce qu’il produit sur le titre Ashes to Ashes qui est l’illustration parfaite du couplet calme refrain qui envoie. Son kit Yamaha lui-même est complexe avec pas moins de sept jeux de cymbales Zildjian. Son style évolue encore un peu plus après The Real Thing avec la sortie de Angel Dust. Il allie élégance de jeu (comme il le démontre sur le titre Evidence ou Helpless) comme force brute sur un titre beaucoup plus metal comme Cuckoo for Caca ou Digging the Grave dont le solo est formidable. D’autres titres emblématiques de son style sont Be Aggressive, Midlife Crisis et bien sûr Epic. Avec un tel batteur un album peut rarement être mauvais !  Il est impressionnant en live, pour avoir eu la chance de le voir jouer à Rock en Seine il y a trois ans, à quarante mètres de lui sur la grande scène.

Mike+Bordin

Ce batteur remarquable a donc été appelé par différents groupes après la séparation de Faith No More. Soit pour aider des amis dans le besoin (Korn avec les soucis de leur batteur), soit par amitié et envie de jouer avec ses propres idoles : Ozzy Osborne notamment. Si King for a day..Fool for a lifetime fait partie de mes albums préférés, je garde une nostalgie et un amour particulier également pour Album of the year, souvenirs de la fin des années lycée, et découverte parallèle de Le père Goriot de Balzac que j’avais dévoré en une après-midi un jour de décembre 1997 car je devais le lendemain rendre ma copie !  A ce moment là, la chanson qui me trottait dans la tête et que je venais juste de découvrir était Ashes to Ashes que j’ai écoutée une centaine de fois et dont le rythme ne m’a jamais quitté.

bordinmike2012

Quelques morceaux pour illustrer le jeu de Mike Bordin qui a inspiré de nombreux jeunes batteurs et en inspirera sans aucun doute d’autres

Image de prévisualisation YouTube

Ashes to ashes

Image de prévisualisation YouTube

Stripsearch

Image de prévisualisation YouTube

Digging the grave

Image de prévisualisation YouTube

Evidence

Image de prévisualisation YouTube

Midlife Crisis

Image de prévisualisation YouTube

Cuckoo For Caca

La même en live à Londres

Image de prévisualisation YouTube

Et ici à Download

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Epic

Image de prévisualisation YouTube

From out of Nowhere

Image de prévisualisation YouTube

We care a lot (sans Mike Patton qui arriva dans le groupe en 1989 pour The Real Thing)

Une face B de King for a day

Image de prévisualisation YouTube

I won’t forget you

Image de prévisualisation YouTube

Absolute Zero

A l’époque bénie de Nulle part ailleurs, le groupe était venu interpréter plusieurs titres dans l’émission

Image de prévisualisation YouTube

Digging the grave

Image de prévisualisation YouTube

Stripsearch (avec une basse tout simplement énorme)

Image de prévisualisation YouTube

Ashes to ashes

 

 

12



Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...