• Accueil
  • > Recherche : musique handball feminin

Résultat pour la recherche 'musique handball feminin'

[Handball] Mondial féminin 2013 (11ème journée)

[Handball] Mondial féminin 2013 (8ème journée) dans Championnat du monde féminin [Handball] 0_Logo%20SRB%20400x209

Brésil – Hongrie , 1/4 Finale, Mercredi 18 Décembre, 33-31

Pologne – France, 1/4 Finale, Mercredi 18 Décembre, 22-21

Danemark – Allemagne , 1/4 Finale, Mercredi 18 Décembre

Serbie – Norvège , 1/4 Finale, Mercredi 18 Décembre

EDIT 20h02 : C’est finalement le Brésil qui s’impose devant la Hongrie d’Anita Görbicz. Un favori au titre perd donc en 1/4 de finale lui aussi, et c’est donc l’équipe d’Amorim qui se qualifie pour la demi !

Cela pourrait faire un sacré choc Brésil – Pologne.

[Handball] Mondial féminin 2013 (11ème journée) dans Championnat du monde féminin [Handball] 88ab323e0be2fc416c4cb1c2fbc8401c

Kinga Grzyb, ailière polonaise, en réussite aujourd’hui contre la France

• C’est dur de perdre un match. Un match de mondial, en 1/4 de finale. Sur un match couperet. L’équipe de France n’a pas démérité aujourd’hui, mais elle est tombée sur une excellente équipe de Pologne, déjà accrochée à l’idée de renverser des montagnes avec son match en 1/8 de finale face à des roumaines qui menaient pourtant tout au long du match.

Seulement voilà, la combattivité, la pugnacité, la fluidité de jeu était du côté de la Pologne. Pourtant les françaises ont bien commencé à la partie, avec un avantage de +3, avant de connaître un premier trou noir étonnant et inquiétant au bout de dix minutes, 10-5 pour la Pologne. Un 5-0 encaissé qui a fait du mal et qui forcément fait bouger dans les têtes, et pas dans le bon sens. Acculées en défense, les françaises ont aussi multiplié les fautes techniques, dans la transmission de balles (beaucoup trop), et ont raté de nombreux tirs.

Lacrabère a pu être en échec (alors que Siraba Dembelé avait les nerfs pour pouvoir espérer réveiller les siennes, aux côtés de Pineau), mais aussi Baudoin au jet de 7 mètres, et puis Mariama Signaté qui passe complètement à côté de sa partie, ça fait beaucoup, ça fait trop, surtout face à des polonaises hyper rugueuses en défense, tout en faisant au final peu de fautes directes (seulement 2 min au bout de quarante minutes de jeu, autrement dit une défense béton).

Les françaises n »y étaient tout simplement pas. Ou trop tard. Sursaut d’orgueil, de fierté, bien placée, qui arrive malheureusement trop tard, et le pire scénario, perdre d’un petit but, quand un autre a été refusé sur une attaque placée rapide et le bras gauche de Lacrabère qui amène le ballon dans la lucarne, mais le but est refusé. Lourd de conséquence, mais le match était déjà plié. Plié, parce que les polonaises n’ont jamais couru après le score, n’ont jamais semblé en difficulté, n’ont jamais eu à devoir changer systématiquement de tactique dans les phases de jeu offensif. Et la défense en 1-5 étagée française n’a pas réglé les problèmes. Leur jeu était réglé comme du papier à musique : précis, avec de l’impact et de la précision.

Je l’avais écrit : les polonaises étaient très impressionnantes face aux roumaines. Elles étaient pourtant menées avant de gagner de deux petits buts (ce qui aurait largement suffi aujourd’hui aux françaises pour aller de demi-finale). Elles ont su faire preuve d’abnégation contre les roumaines, et encore plus aujourd’hui, de technique assurée, de trouvailles dans le jeu et d’une suprême force tranquille pour gagner contre des françaises qui n’ont pas trouvé l’étincelle.

C’est une page qui se referme déjà, celle d’un Mondial 2013 démarré sur les chapeaux de roue (5 matchs, 5 victoires), achevé par un dernier temps mort et quelques pleurs compréhensibles. Le sacre de 2003 ne connaîtra pas de remake cette année côté tricolore.

Suivons d’encore plus près ces polonaises, étourdissantes parfois dans la qualité de leur jeu, et vraisemblablement la plus grande surprise de ce Mondial. Et si elles allaient au bout ? En tout cas il faudra battre la Hongrie de la géniale Anita Görbicz ou bien le Brésil de Amorim pour l’espérer.

 

[Handball] Mondial féminin 2013 (2ème journée)

[Handball] Mondial féminin 2013 (2ème journée) dans Championnat du monde féminin [Handball] 0_Logo%20SRB%20400x209

 

Monténégro – Corée du Sud, Groupe A, Samedi 7 Décembre 24-22

Hongrie -République Tchèque, Groupe D, Samedi 7 Décembre 35-27

Angola – Argentine, Groupe C, Samedi 7 Décembre 33-23

France- République Démocratique du Congo , Groupe A, Samedi 7 Décembre 31-13

Allemagne – Australie, Groupe D, Samedi 7 Décembre 36-15

Brésil – Algérie, Groupe C, Samedi 7 Décembre 36-20

Pologne – Paraguay, Groupe C, Samedi 7 Décembre 40-6

Pays-Bas – République Dominicaine , Groupe A, Samedi 7 Décembre 44-21

Roumanie – Tunisie, Groupe D, Samedi 7 Décembre 27-17

Danemark- Chine, Groupe B, Samedi 7 Décembre 35-14

Norvège- Espagne, Groupe C , Samedi 7 décembre 22-20

[Commentaires (live)]

EDIT 19h56 : C’est la mi-temps sur un score de 15-8 pour la Roumanie. Match solide pour le moment.

EDIT 19h52 : Le match entre la Roumanie et la Tunisie (visible en ligne en streaming) est assez plaisant à suivre. Les roumaines dominent les tunisiennes par leur jeu rapide et trouvent rapidement des solutions en attaque avec Nechita, Perianu et bien sûr leur meneuse de jeu, le bloc de solidité et d’impact qu’est Cristina Neagu qui est bien présente, et imposer un jeu carré.

Les roumaines arrivent également à créer quelques décalages intéressants, mais même si l’avantage est de +6 pour l’instant à la 25ème minute de jeu, il n’empêche que les tunisiennes ne vont rien lâcher. En tout cas le bloc défensif fait ses preuves. Intéressant aussi de voir que pour le moment Ungeneanu est préférée à Tolnaï dans le but roumain. Et note aussi pour cette excellente joueuse tunisienne qu’est Fatma Sfar Ben Chker . Sinon c’est la musique de I love it d’Icona Pop qui résonne dans la salle.

EDIT 18h41 : Victoire 31-13 pour la France qui s’impose en déroulant tranquillement son jeu. Mariama Signaté avait fait son entrée en jeu, mais ce sont surtout les débutantes qui ont su insuffler de la vitesse et du dynamisme dans le jeu français aujourd’hui. Les congolais ont surtout laisser les françaises prendre rapidement le jeu à leur compte au début de la seconde mi-temps. Mais c’est très bien qu’elles puissent se mesure au niveau du Mondial, ça ne peut que les faire grandir et c’est toujours sympathique de voir des équipes au jeu antagonique s’affronter ainsi

EDIT 17H44 : La France vient donc de rentrer dans la compétition. Une entame de match sérieuse, appliquée. De bonnes phases de jeu offensif, et un but marqué sur attaque placée à la quinzième minute. La défense est là, bien placée, solidaire, Alain Portes ayant opté pour un 0-6 qui fonctionne très bien, avec un jeu au pivot qui pour l’instant ne fait particulièrement d’étincelles, les ailières se chargeant d’assurer le spectacle (notamment Siraba Dembélé, capitaine de l’équipe, suite à la retraite international de Raphaëlle Tervel), alors qu’Audrey Deroin a été en difficulté et mise en échec à deux reprises.

Le jeu est fluide, et en regardant les nouvelles coéquipières, Grâce Zaadi et Alice Lévêque en particulier, on peut se dire que le band a une belle couverture, sachant que Mariama Signaté n’est pas là (alors qu’elle a clairement le tir le plus puissant du groupe avec Alexandra Lacarbère, gauche quant à elle). Et puis Amandine Leynaud fait une très bonne entame avec un pourcentage de 60%, c’est-à-dire 9/15 et des tirs à 7 mètres stoppés.

Bref la France est confiante devant des congolaises qui sont combattives et qui ne jettent pas l’éponge, le score étant de 15-6;

• Après une belle rencontre hier entre la Serbie et le Japon conclue par une victoire à l’arrachée et sans étincelles des serbes 28-26, c’est désormais au tour de la France de faire son entrée dans la compétition. Une équipe de France sous l’égide d’Alain Portes qui succède à Olivier Krumbholz lequel avait repris les rênes de l’équipe féminine en 1999 en lui permettant d’accéder à la première finale de son histoire, perdue, certes, mais c’était une très belle performance à l’époque. Quatre ans plus tard, les Bleues devenaient championnes pour la première fois du handball féminin, succédant aussi aux Barjots de 1995 en Islande.

Le Mondial 2013 ce sera aussi l’occasion d’accueillir dans le groupe de joueuses de nouvelles filles qui débutent ainsi leur carrière au haut niveau. Il s’agit de Grâce Saadi, Dounia Abdouharim et Audrey Bruneau qui seront toutes deux remplaçantes.

bleues dans Championnat du monde féminin [Handball]

L’équipe des Bleues au complet

La France affronte l’équipe de République Démocratique du Congo à 17H, laquelle participe à son premier mondial. L’ambiance devrait être au rendez-vous, l’enjeu l’étant d’ores et déjà posé : prendre des points, assurer une belle défense cohérente (reste à savoir ce pour quoi va opter le sélectionneur, mais je verrai bien une défense étagée en 0-6, avec pourquoi pas une joueuse avancée à 9 mètres pour contrer les offensives, avant le bloc pivot.

Ce choix relève néanmoins plus des matchs difficiles comme on a pu le voir dans le passé contre les Russes). On espère que les ailières vont briller, qu’Alison Pineau va faire de même en meneuse de joueuse avec son numéro clé 7, et que l’on va marquer le plus de buts possibles, toujours bon pour le goal average.

Il faudra d’ailleurs se méfier des Angolaises qui ont de très grandes qualités techniques et tactiques (leur entraineur est l’un des meilleurs stratèges du monde). On peut partir confiant mais pas hautains ou méprisants face à des joueuses qui joueront aussi crânement leur chance. Comme le rappelle si justement Cléopâtre Darleux sur son blog, l’une de nos trois gardiennes françaises Ayant l’une des meilleures défenses du monde, la France doit rapidement s’imposer.

La rencontre sera à suivre sur le blog, et place ensuite aux analyses de handnews.fr ainsi que Femmes de Défis

Comme vous avez pu le lire en introduction, c’est une journée très chargée aujourd’hui avec pas moins de 11 rencontres, mais seules deux d’entre elles sont diffusées (télé française)  :

France – République Démocratique du Congo / 17h (diffusé en direct sur Sport +)

Espagne – Norvège / 20h 15 (diffusé en différé sur Sport + à 22H45)

La France, les yeux dans ses Bleus

La France, les yeux dans ses Bleus dans Billets d'humeur Ukraine-France-Supportrice_full_diapos_large

Face aux moments difficiles, face aux crises (politiques et sociales), la France a souvent essayé de se raccrocher à un élément fédérateur. Cela a parfois pu être la musique (pendant quelques années Yannick Noah était la personnalité française préférée des français, au moins sur le plan sportif, depuis sa victoire à Roland-Garros en 1983 et la Coupe Davis en 1991, au moment où sortait son triomphe commercial Saga Africa), mais surtout le sport.

En 1998, la France black-blanc-beur descend dans la rue et crie « Zizou Président ! ». Le joueur français venait de marquer deux buts décisifs en finale de Coupe du Monde de football face à l’équipe rêvée : le Brésil. En 2013, c’est IAM qui parle de xénophobie et les bonnets rouges qui défilent contre l’écotaxe.

La France a une tradition footballistique très forte. C’est le sport roi dans l’hexagone, lequel compte le plus de licenciés. C’est un sport que beaucoup de gamins pratiquent. C’est un sport qui n’a jamais attiré ma sympathie, ni même mon enthousiasme, bien que j’ai eu ma période foot, comme la majorité des gamins de mon âge entre 10 et 14 ans. Juste avant de tomber amoureux du handball, suite à la première victoire des Barjots au Mondial de 1995. C’était il y a presque vingt ans. Le foot est très populaire (voire le nombre de magazines, d’émissions, de reportages, de films aussi qui le décrivent, à l’instar de l’excellent Coup de tête de Jean-Jacques Annaud ou encore A mort l’arbitre ! de Jean-Pierre Mocky).

cpt-2011-11-07-21h40m17s232 dans Billets d'humeur

Le cliché associe souvent le foot à la consommation de pizzas et de bières, à un univers très masculin où règne la mode du tuning. Ce cliché  est de plus en plus mis à mal. C’est aussi un sport qui affiche de plus en plus de fans féminines (il n’y a qu’à voir l’arrière-plan des émissions vedettes dont le Canal Football Club de Canal +, où il n’est pas rare de voir apparaître une blonde ou une brune certainement pas placée là innocemment). Certaines filles se passionnent pour ce sport, inutile de lutter (et pourquoi d’ailleurs ?) c’est un fait.

Supportrices_full_diapos_large

Hier soir, je n’ai pas regardé le match éliminatoire contre l’Ukraine. J’espérais une victoire, je ne vais pas décemment me dire que je souhaite la défaite d’une équipe qui représente tout de même mon pays, même si on peut critiquer les joueurs, certains de leurs comportements et attitudes (le naufrage Ksnyna, l’interview d’Evra, etc). J’aime bien Didier Deschamps, et si je dois confesser ne pas connaître un tiers des joueurs qui évoluent sur le terrain, il m’arrive de regarder certains matchs du championnat anglais ou allemand. Ce qui m’intéresse c’est le jeu qui peut être produit, et je n’ai pas trouvé celui-ci particulièrement alléchant ces derniers mois/dernières années avec l’équipe des Bleus.

1989977932_B971255900Z.1_20131021144707_000_GMV1DEI6S.2-0

la-france-mene-en-ukraine-en-direct

N’ayant pas vu le match mais sentant que l’Ukraine n’avait contrairement à la France rien à perdre, celle-ci, au regard des résumés a livré le match parfait, celui qui déjoue les pronostics, et aussi les attitudes un peu faciles voire méprisantes du type « L’Ukraine ? Une équipe très prenable, certainement la plus faible du groupe…« . Ne jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, et surtout ne jamais sous-estimer son adversaire. Une équipe de France qui se cherche, qui n’a pas de milieu offensif de la stature d’un Zidane, ne peut pas décemment jouer la suffisance. Et bien, de ce que j’ai vu, elle n’a nullement sorti les tripes, et le premier but ukrainien (ce pays que l’on dénigrait tant l’année dernière au moment de l’Euro en parlant d’un sinistre état dictatorial)  est juste splendide dans sa construction.

Image de prévisualisation YouTube

Il semblerait que l’équipe ukrainienne joue avec des offensives collectives, organisées et agressives (dans le bon sens du terme). Juste après le premier but, le joueur s’en est allé mettre deux droites dans le poteau de corner. C’est amusant, c’est une anecdote, mais c’est surprenant de voir autant de rage dans le fait de vouloir gagner, s’imposer, dans le respect de l’adversaire (sauf sur un tacle TRÈS appuyé, qui vaudra l’expulsion de Koscielny), pour aller en Coupe du Monde. C’est plus simple de jouer à domicile, il y a le public qui pousse (il suffit d’en toucher deux mots à des supporters barcelonais pour en avoir la confirmation). Hier le stade de Kiev était en ébullition, littéralement. 2-0, score sans appel.

les-bleus-vont-ils-surpasser-l-obstacle-ukrainien

Ce qui m’intéresse, au-delà de l’absolue contre-performance d’hier, c’est la rapidité avec laquelle la presse (et cette fois-ci en général) s’est emparée de l’affaire. Difficile pour moi, voire impossible de ne pas y voir une forme de bashing, terme anglo-saxon décrivant la façon dont on affuble du pire, avec le vocabulaire le plus hargneux qui soit, les victimes désignées d’un échec individuel ou collectif. Le cas Hollande est particulièrement évocateur bien qu’il ne soit pas le seul. Ici, le dit naufrage d’une équipe de France hagarde, hier celui d’une odyssée en Afrique du Sud désastreuse. Les titres de presse sont explicites. Il y a plus de 3300 commentaires (!) dans l’article de l’Equipe, « Alerte Rouge« , « La France sombre à Kiev » pour Libération, « Les bleus s’enfoncent » pour Le point, etc.

Si la France ne se qualifie pas pour le Mondial ce sera non pas un drame humain (il ne s’agit pas d’un cyclone), mais l’histoire d’un échec qui peut peser lourd sur la psychologie d’un Etat, sa représentation nationale et ses acteurs, aussi riches, jeunes et bien accompagnés soient-ils. Et puis il y a des enjeux financiers, et l’on sait qu’en période de manifestation sportive, les ventes repartent à la hausse même momentanément. Cela ne peut être que positif, même si ça ne règle pas les problèmes afférents. Néanmoins, pensons aussi à relativiser, même si la presse, en cas de défaite trouvera ses coupables et ses boucs-émissaires. Il ne s’agit que d’un sport et donc d’un jeu au final.

Je me rappelle du 17 novembre 1993 pour le match de barrage contre la Bulgarie de Kostadinov. C’est ce même homme qui en cette soirée de novembre a propulsé sa nation, la Bulgarie en Coupe du Monde (au Brésil) et enterré les espoirs de la France en marquant le deuxième but synonyme d’élimination, alors même que le match nul suffisait. Sur une erreur de relance, il venait marquer, d’un ballon tiré en transversale rentrante sur son coté gauche, crucifiant Bernard Lama. Si, exactement vingt ans plus tard, la même chose se reproduisait mardi 19 novembre 2013 au stade de France, ce serait une première depuis 1994.

Image de prévisualisation YouTube

France- Bulgarie (1993)

 

Handball féminin : le titre européen pour Györ !

Handball féminin : le titre européen pour Györ ! dans Actualités 197683_553139701404613_1390678693_n

Il n’y a pas que le foot et le PSG dans la vie. Il y a aussi le handball, en particulier le handball féminin qui atteint depuis quelques années des sommets. Sans doute parce que les meilleures joueuses du monde évoluent en Europe dans des clubs aussi prestigieux que Györ ou Larvik, justement les deux clubs à s’être retrouvés le week-end dernier à Veszprém pour la finale de la Ligue des Champions féminine, point d’orgue d’une saison largement dominée par ces deux clubs mais aussi celui de Vâlcea dans lequel évolue Cristina Neagu, révélée à l’Euro en 2010.

Le public était au rendez-vous dans une ambiance électrique. Pour couper court, le favori l’a emporté, Györ remportant le trophée, sur un score que je vous laisse néanmoins découvrir au bout des 2heures 19 de cette vidéo, au bout du suspens sur un pénalty qui a fait basculer le match à 1 minute de la fin, à l’image de la saison de Györ : monumentale et perfectionniste. C’est aussi une sacrée revanche pour le club de Györ qui a disputé sept finales mais qui n’avait pour le moment pas obtenu le Graal européen. C’est désormais chose faite et ça me fait très plaisir parce que l’équipe de Györ est une très belle équipe (invaincue dans le championnat hongrois depuis trois ans) !

Image de prévisualisation YouTube

La finale de la Ligue des Champions féminine

A noter que ce match a permis de retrouver en finale deux des meilleures joueuses du monde, à savoir Anita Görbicz qui a fait vaciller l’applaudimètre et le cœur des supporters, Gro Hammerseng, qui n’avait pas joué durant un an avec son club de Larvik. C’est un retour remarqué pour cette grande joueuse qui a permis à son équipe nationale, la Norvège de remporter tous les grands titres majeurs jusqu’en 2010 au moment où elle a commencé à se retirer des terrains pour prendre beaucoup plus de temps auprès de sa fiancée et de son bébé né en 2012.

 dans Actualités

Anita Görbicz soulève le trophée européen

On ne peut qu’être fiers également de voir la France représentée dans cette équipe de Györ grâce à Raphaëlle Tervel, capitaine historique des bleues, qui a joué à l’international depuis 2003  et qui a su garder le groupe français dans sa cohérence jusqu’à sa retraite (?) londonienne.

Sur le papier comme sur le terrain Györ est une équipe qui impressionne : en plus d’Anita Görbicz qui est l’icône du club (et de la Hongrie dans ce sport), on peut compter sur nombre de joueuses de grand talent comme Heidi Løke, Aniko Kovacsics, Jovanka Râdicevic, la gardienne Katrine Lunde, etc.

De plus j’ai appris l’arrivée prochaine de la Monténégrine Katarina  Bulatovic au sein du groupe de Györ et le retour d’Ágnes Hornyák.

Katarina Bulatovic

Holdviola : Des violons, de l’électro hongroise

Holdviola : Des violons, de l'électro hongroise dans Hongrie holdviola
Même si l’équipe de Hongrie vient de perdre sa place en finale de l’Euro de handball féminin 2012, ce n’est pas une raison pour ne plus écouter, par rancoeur, regrets ou dépit ses artistes nationaux. Comme c’est le cas pour Holdviola. J’aurais aimé découvrir ce groupe cette année, auquel cas il aurait fait partie des meilleures musiques. Or, je ne l’ai découvert qu’en début d’année, alors que le disque est sorti en 2010.  Holdviola c’est un trio hongrois qui utilise les instruments traditionnels couplés à une tonalité électro/pop/folk qui rappelle un peu ce que fait NOX. 
Image de prévisualisation YouTube
Százszor ölelj még
Le mariage est réussi et entraînant, à l’instar de la chanson qui m’a fait aimer le groupe, Erdő, erdő, joliment illustrée par un clip mêlant décors naturels, costumes masculins traditionnels et petits effets graphiques.
Image de prévisualisation YouTube
Erdő, erdő
Le groupe a par ailleurs sorti d’autres très bonnes chansons sur cet album Madarka, comme Bánat utca
Image de prévisualisation YouTube
 Bánat utca
Image de prévisualisation YouTube
Et 
Image de prévisualisation YouTube
E Kertemben
Image de prévisualisation YouTube
Vagta
Holdviola, c’est aussi très beau en live, car ce n’est pas si courant d’avoir de la danse traditionnelle/folklorique sur scène en direct
Image de prévisualisation YouTube
Akkor szép az erdő
Image de prévisualisation YouTube
Tavaszi szél 
Image de prévisualisation YouTube
 Egyszer egy madárka
Image de prévisualisation YouTube
 Szivárvány havasán
L’époustouflant  Mikor lesz már nyár
Image de prévisualisation YouTube
12



Dans les vignes |
Penchylabidouille |
Mycustomsavagex46 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VintageVoyageur
| Chateau de Mouchac
| Maisons Arlogis Chartres, c...